Aimia annonce ses résultats pour le premier trimestre de 2017 et fait une mise au point au sujet des pourparlers avec Air Canada

////Aimia annonce ses résultats pour le premier trimestre de 2017 et fait une mise au point au sujet des pourparlers avec Air Canada
Aimia annonce ses résultats pour le premier trimestre de 2017 et fait une mise au point au sujet des pourparlers avec Air Canada 2017-12-05T16:23:34+00:00

10.05.2017

MONTRÉAL, le 10 mai 2017 /CNW Telbec/ – Aimia Inc. (TSX: AIM), une société de marketing propulsé par les données et l’analytique de la fidélité, annonce aujourd’hui ses résultats du trimestre terminé le 31 mars 2017.

Le présent communiqué de presse doit être lu conjointement avec les états financiers consolidés et le rapport de gestion s’y rapportant, qui peuvent être obtenus à l’adresse http://aimia.com/fr/investors/quarterly-reports.html.

Faits saillants stratégiques :

  • Une mise à jour a été faite concernant les partenariats clés, le modèle opérationnel et les plans de financement :
  • Les pourparlers récents portent Aimia à croire qu’Air Canada n’a pas l’intention actuellement de renouveler le partenariat relatif au programme Aéroplan qui expire en juin 2020; Aimia étudie les possibilités qui s’offrent à elle après 2020
  • Des mesures continuent d’être prises pour simplifier et orienter l’activité et des économies annualisées de 70 M$ sont attendues à compter de 2019
  • Le remboursement anticipé de billets garantis de premier rang échéant en janvier 2018 est planifié
  • Rupert Duchesne prend sa retraite et le chef de la direction intérimaire du groupe, David Johnston, assume cette fonction de manière permanente
  • La nouvelle politique adoptée en matière de dividendes cible un ratio de distribution lié aux flux de trésorerie générés

Faits saillants opérationnels1) :

  • La facturation brute a diminué de 4,3 % en devises constantes, s’établissant à 525,2 M$, le programme Aéroplan ayant affiché une croissance de 5,0 % pour le trimestre
  • La marge du BAIIA ajusté s’est établie à 11,2 %, reflétant une discipline rigoureuse au chapitre de la gestion des charges d’exploitation, qui a entrainé une diminution de 8 % des charges d’exploitation par rapport à l’exercice précédent
  • Les flux de trésorerie disponibles avant versement de dividendes se sont établis à (23,8) M$, ce qui rend compte des tendances saisonnières au chapitre des échanges et de la baisse de la facturation brute dans le cadre du programme Nectar
  • Les prévisions pour 2017 ont été réaffirmées; une nouvelle mesure, le « rendement du capital investi », est établie
  • Un dividende trimestriel de 0,20 $ par action ordinaire a été déclaré

Mise au point stratégique

  • Au cours des trois derniers exercices, Aimia a simplifié et réorienté les activités considérablement et a fait croître le nombre de titulaires de cartes financières visés par ses contrats avec la Banque TD et la CIBC en vigueur jusqu’au début de 2024. Vu l’importance des partenariats de fidélisation coalisée, d’un modèle opérationnel fortement aligné et d’un bilan favorable sur lesquels appuyer l’activité, ces questions continuent d’être au cœur de notre stratégie au cours des deux ou trois prochains exercices.
  • Partenariats de fidélisation coalisée clés :  Les coalitions formées par Aimia sont au cœur d’une activité génératrice de trésorerie et nous continuons d’étudier les façons dont nos membres peuvent accumuler et échanger des primes. Le renouvellement prochain des contrats avec Air Canada et Sainsbury’s représente une occasion de renouveler le modèle de coalition pour assurer des rendements acceptables à la fois pour Aimia et pour les partenaires piliers actuels et futurs.

    Aimia et Air Canada ont entrepris des pourparlers et, eu égard à la teneur des pourparlers très récents, Aimia en est venue à croire qu’Air Canada n’a pas l’intention actuellement de renouveler son partenariat avec Aéroplan à son expiration en juin 2020. L’entente existante avec Aimia et les engagements d’achat existants d’Air Canada envers Aimia demeurent en place jusqu’en juin 2020.

    Aimia est fermement convaincue qu’un renouvellement du partenariat à long terme de la société serait la meilleure solution et l’option qui causerait le moins d’inconvénients aux clients des deux sociétés, surtout les grands voyageurs d’Air Canada. Bien qu’Aimia demeure prête à poursuivre les pourparlers avec Air Canada, la planification stratégique de la société avait déjà envisagé en parallèle d’autres possibilités après 2020 dans le but d’assurer aux membres du programme Aéroplan le maintien d’un accès à de bonnes solutions d’échange pour des primes aériennes à l’avenir. Vu l’état des pourparlers actuels, nous continuerons d’étudier activement ces solutions de rechange.

« Notre partenariat s’est révélé à la fois puissant et fructueux au fil des ans, réunissant l’une des meilleures compagnies aériennes mondiales et l’un des chefs de file des programmes de fidélisation à l’échelle mondiale », a déclaré David Johnston, le nouveau chef de la direction du groupe Aimia. « Les décisions stratégiques proactives que nous continuons de prendre visent à renforcer notre souplesse financière et à procurer la meilleure solution possible à nos actionnaires et aux autres parties prenantes. Il ne faut pas oublier que nous sommes plus qu’un simple programme pour grands voyageurs : nous offrons un programme de primes aériennes dont la valeur, la souplesse et l’accessibilité distinguent le programme Aéroplan auprès de nos 5 millions de membres.

« Les membres peuvent continuer d’accumuler et d’échanger des primes avec Air Canada, car notre contrat demeure en vigueur jusqu’en 2020. Nous collaborerons avec Air Canada afin d’offrir un service ininterrompu aux membres du programme Aéroplan. »

Les milles des membres demeureront au sein d’Aéroplan. Au cours des trois prochains exercices, Aéroplan continuera d’acheter des billets auprès d’Air Canada pour offrir des primes à ses 5 millions de membres. 

Le contrat d’achat d’Aéroplan avec Air Canada garantit une certaine capacité à Aéroplan en échange d’un volume considérable et de la certitude d’achats de billets à l’avance, ce qui fait d’Aéroplan le plus gros client d’Air Canada et génère d’importants flux de trésorerie pour Air Canada.

  • Alignement de notre modèle opérationnel : Aimia se dote de la souplesse voulue dans son modèle opérationnel et son rythme d’exploitation annualisé dans le but d’atténuer les changements importants pouvant survenir en ce qui concerne les contrats et de faciliter la transition grâce à l’accélération des économies de coûts qui devaient initialement être amorcées en 2018 et en 2019. La priorité demeurera accordée à la protection de la solidité, de la durabilité et de la croissance de nos coalitions.

    La société s’attend également à trouver d’autres sources d’économies à mesure qu’elle continuera de simplifier son activité. Ces mesures devraient commencer à porter leurs fruits en 2018, la cible d’économies annualisées totales étant fixée à 70 M$ à compter de 2019, ce qui aidera à contrebalancer les changements qui pourront être apportés au mode d’accumulation avec Air Canada ou à la répartition ou au coût des primes aériennes à Milles fixes, lesquels pourraient faire baisser la facturation brute ou augmenter les achats de primes aériennes à prix plus élevé. Une réduction importante des dépenses en immobilisations est aussi prévue pour 2018, principalement par suite de l’achèvement des investissements dans l’analytique dans le secteur Coalitions internationales.

    Conformément à son désir de maximiser les rendements pour les actionnaires, la société examine aussi les unités opérationnelles et les investissements en fonction de leur contribution au rendement du capital investi à moyen terme et cet examen pourrait conduire à de nouvelles ventes d’actifs.

  • Profil des échéances en matière de financement : La société prévoit reporter l’échéance de ses financements jusqu’en 2020 en tirant 200 M$ sur sa facilité de crédit renouvelable de 300 M$. Le produit sera affecté au remboursement de billets garantis de premier rang de 200 M$ avant leur échéance de janvier 2018. Cette mesure permettra aussi de réduire le taux d’intérêt d’environ 60 points de base pour le ramener à 4,4 %, tout en maintenant à environ 2 fois le ratio emprunts/BAIIA ajusté. 

Changement au sein de la direction

  • Comme Aimia l’a annoncé dans un communiqué distinct diffusé aujourd’hui, Rupert Duchesne a pris sa retraite de la société après un congé-maladie de quatre mois. Il a aussi démissionné de ses fonctions au sein du conseil d’administration d’Aimia. David Johnston, qui assumait cette fonction à titre intérimaire, a été nommé chef de la direction du groupe Aimia avec prise d’effet le 11 mai 2017.
  • M. Johnston sera également désigné comme candidat au conseil d’administration d’Aimia à l’assemblée générale annuelle des actionnaires de la société qui se tiendra le 11 mai 2017. 

Faits saillants des résultats consolidés1)

FAITS SAILLANTS1)

Trimestres terminés les 31 mars

(en millions de dollars canadiens, sauf les montants par action)

2017

2016

Variation en
%

Variation en %
en devises
constantes

Facturation brute

525,2

573,0

(8,3)

(4,3)

Total des produits des activités ordinaires

524,8

570,1

(7,9)

(4,4)

Résultat d’exploitation

5,5

(8,9)

**

**

BAIIA ajusté

58,8

48,7

20,7

26,1

Rendement du capital investi2)

6,3 %

6,5 %

(0,2) pp

**

Résultat net

9,6

(13,1)

**

**

Résultat par action ordinaire

0,04

(0,12)

**

**

Résultat net ajusté par action ordinaire

0,22

0,13

69,2

**

Flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation

(11,7)

0,6

**

**

Flux de trésorerie disponibles avant versement
de dividendes

(23,8)

(18,9)

(25,9)

**

Flux de trésorerie disponibles avant versement
de dividendes par action ordinaire

(0,18)

(0,15)

(20,0)

**

** Information non significative

Se reporter à la rubrique « Notes » pour obtenir des précisions sur les notes des tableaux du présent communiqué de presse.

Le programme Aéroplan affiche une forte croissance, et le programme Nectar accuse une baisse en raison du calendrier prévu des campagnes promotionnelles et des fluctuations des cours de change

La facturation brute a reculé de 8,3 % (ou 47,8 M$) pour s’établir à 525,2 M$ pour le trimestre. Environ la moitié de cette diminution (soit 23,4 M$ ou 4,0 %) est attribuable à l’incidence défavorable des fluctuations des cours de change qui a été observée essentiellement dans le secteur Coalitions internationales en raison de la faiblesse de la livre sterling. Les principaux secteurs3) ont affiché une baisse de 7,4 % pour s’établir à 492,0 M$.

  • La facturation brute au titre des unités de fidélisation de nos programmes coalisés a diminué de 9,3 M$, ou 2,2 %, en devises constantes, en raison principalement d’une baisse affichée par le programme Nectar, laquelle a été en partie contrebalancée par la croissance affichée par le programme Aéroplan.
  • La diminution en devises constantes de 15,1 M$, ou 10,2 %, au titre des services de fidélisation et autres tient compte de l’incidence d’environ 9,6 M$ des cessions des activités liées aux services d’amélioration et des activités de Cardlytics U.K. au cours de l’exercice précédent, ainsi que de l’incidence de 4,9 M$ découlant de l’impartition de l’échange de cartes-cadeaux dans le secteur Coalitions des Amériques qui a entraîné la comptabilisation du montant net des produits des activités ordinaires.
  • Coalitions des Amériques La facturation brute a augmenté de 10,2 M$, ou 3,3 %. La facturation brute au titre des unités de fidélisation d’Aéroplan a augmenté de 5,4 %, grâce à la hausse des volumes d’achat liés aux cartes de crédit financières et à l’augmentation de la facturation brute d’Air Canada qui a découlé de l’accroissement de la capacité.
  • Coalitions internationales La facturation brute a diminué de 24,1 M$, ou 14,4 %, en devises constantes, la facturation brute au titre des unités de fidélisation ayant fléchi de 24,7 M$, ou 17,5 %, en devises constantes. Le programme Nectar a contribué en grande partie à ce recul, affichant une baisse de 23,0 M$, en raison essentiellement du calendrier des campagnes menées par Sainsbury’s et de l’arrêt prévu des activités de Homebase.
  • La facturation brute des Solutions mondiales de fidélisation a diminué de 3,1 M$, ou 5,6 %, en devises constantes. Les ventes fondées sur des plateformes et les services connexes ont représenté environ 14 % de la facturation brute du secteur pour le trimestre.
  • Au cours du trimestre, la facturation brute du secteur Siège social et autres se rapportant aux activités de FCE aux États-Unis, qui étaient présentées comme étant détenues en vue de la vente au 31 mars 2017, et aux activités liées aux services d’amélioration, qui ont été vendues en juillet 2016, a diminué de 7,5 M$, ou 17,9 %, en devises constantes.

La marge reflète l’incidence favorable de la hausse des distributions et de la baisse des dépenses d’exploitation

  • Le BAIIA ajusté s’est établi à 58,8 M$, ce qui a représenté 11,2 % de la facturation brute, en comparaison de 48,7 M$, ou 8,5 % de la facturation brute pour l’exercice précédent. Si l’on ne tient pas compte des indemnités de départ, les principaux secteurs ont contribué à hauteur de 59,7 M$, ce qui représente une marge de 12,1 %, en comparaison de 9,7 % au cours de l’exercice précédent.
  • Le BAIIA ajusté s’est amélioré de 12,7 M$ en devises constantes, en raison principalement d’une discipline rigoureuse au chapitre de la gestion des charges d’exploitation, d’un accroissement de l’apport du programme Aéroplan attribuable à une augmentation de la facturation brute et à une diminution du coût unitaire, ainsi que d’une augmentation des distributions de placements mis en équivalence. Cette amélioration a été en partie contrebalancée par la vente des activités liées aux services d’amélioration et par une baisse de l’apport du programme Nectar qui a découlé d’une diminution de la facturation brute.

Les flux de trésorerie disponibles rendent compte des tendances saisonnières au chapitre des échanges et de la diminution de la facturation brute dans le cadre du programme Nectar

  • Les flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation ont diminué de 12,3 M$ pour s’établir à (11,7) M$, ce qui s’explique principalement par l’écart défavorable sur le calendrier du fonds de roulement, malgré l’incidence positive de la diminution des charges d’exploitation en trésorerie, du coût des primes et des coûts directs. Les flux de trésorerie disponibles avant versement de dividendes ont diminué de 4,9 M$ pour se chiffrer à (23,8) M$. Les dépenses en immobilisations ont diminué de 7,4 M$ pour s’établir à 12,1 M$.
  • Les flux de trésorerie disponibles avant versement de dividendes se sont chiffrés à (0,18) $ par action ordinaire pour le trimestre, ou 1,15 $ par action ordinaire sur une base normalisée pour les 12 derniers mois, ce qui correspond à un rendement des flux de trésorerie disponibles de 12,7 %, selon le cours de clôture de l’action au 31 mars 2017.
  • Au cours du trimestre, des dividendes totalisant 34,7 M$ ont été versés aux actionnaires, dont une tranche de 30,5 M$ a été versée aux actionnaires ordinaires  

Progrès relatif à la simplification et à l’orientation de l’activité

  • Des progrès significatifs continuent d’être faits au chapitre de la réduction des charges d’exploitation. Les charges d’exploitation, compte non tenu de la rémunération fondée sur des actions, ont diminué de 9,1 M$, ou 5,6 %, en devises constantes, au premier trimestre en comparaison du trimestre correspondant de l’exercice précédent, ce qui reflète la rationalisation des activités et la cession d’actifs non essentiels en cours. Les charges d’exploitation trimestrielles des principaux secteurs, compte non tenu de la rémunération fondée sur des actions et des indemnités de départ, se sont ainsi établies à 118,6 M$. D’autres mesures actuellement mises en place pour simplifier nos finances et nos entreprises de marque internationale devraient améliorer la marge du BAIIA ajusté de l’exercice pour la porter autour de 12,0 %.  
  • La vente des activités de fidélisation des canaux et des employés aux États-Unis a été conclue le 1er mai 2017, et les activités de distribution de primes d’Aimia en Nouvelle-Zélande ont été vendues à l’équipe de gestion locale le 8 mai 2017. Plus de 500 employés quitteront Aimia à la suite de ces deux opérations. En Nouvelle‑Zélande, le rachat par l’équipe de gestion obligera Aimia à se défaire de ses installations locales et à centraliser depuis d’autres bureaux les services de soutien à la clientèle des solutions de fidélisation sur ce marché, ce qui devrait contribuer à améliorer la marge de Solutions de fidélisation mondiales.

Rendement du capital investi1)

  • La nouvelle mesure du « rendement du capital investi » vise à permettre d’évaluer l’efficacité avec laquelle le capital est déployé pour générer des rendements.
  • À la fin de 2016, le rendement du capital investi s’établissait à 6,0 %. Pour la période de 12 mois terminée le 31 mars 2017, il se chiffrait à 6,3 %, en comparaison de 6,5 % pour la période de 12 mois terminée le 31 mars 2016, la diminution étant attribuable à la reprise de la provision au titre de la migration des cartes incluse dans le BAIIA ajusté de la période correspondante précédente  

Prévisions pour 2017

Aimia confirme de nouveau ses prévisions pour l’exercice se terminant le 31 décembre 2017 et continue de s’attendre à déclarer ce qui suit :

  • La facturation brute des principaux secteurs devrait demeurer essentiellement la même et se chiffrer à environ 2,1 G$;
  • La marge du BAIIA ajusté des principaux secteurs devrait s’établir à environ 12,0 %;
  • Les flux de trésorerie disponibles avant versement de dividendes devraient être supérieurs à 220 M$.

Les prévisions ne tiennent pas compte de l’incidence des dépenses ou des paiements relatifs aux indemnités de départ ou d’autres mesures susceptibles de découler de la restructuration, de la cession d’actifs non essentiels ou de changements aux contrats conclus avec les principaux partenaires.

Les principaux secteurs excluent les résultats des activités de fidélisation des canaux et des employés aux États-Unis vendues en mai 2017 qui faisaient partie du secteur Siège social et autres. Les données correspondantes de l’exercice précédent excluent également les résultats des activités liées aux services d’amélioration vendues en juillet 2016. Les résultats de ces deux activités étaient comptabilisés au sein du secteur Siège social et autres. Les prévisions n’ont pas été ajustées pour tenir compte des résultats des activités en Nouvelle-Zélande, qui devaient générer en 2017 une facturation brute d’environ 36 M$ et un BAIIA ajusté de 0,4 M$ et qui avaient été incluses dans les principaux secteurs. À la date de clôture de la vente, les activités en Nouvelle-Zélande avaient généré une facturation brute d’environ 15 M$ et un BAIIA ajusté de 0,1 M$.

Se reporter à la rubrique « Énoncés prospectifs » ci-après pour plus de précisions concernant les hypothèses sous-jacentes aux prévisions présentées ci-dessus et les risques qui s’y rapportent.

Dividendes trimestriels pour les actionnaires

  • Le modèle d’affaires d’Aimia génère des flux de trésorerie, et le Conseil reconnaît l’importance qu’ont eue les dividendes dans la proposition d’investissement aux investisseurs.
  • Le Conseil a déclaré un dividende trimestriel de 0,20 $ par action ordinaire, payable le 30 juin 2017, aux actionnaires inscrits à la fermeture des bureaux le 16 juin 2017. Ce dividende, sur une base annualisée, refléterait un ratio de distribution de 55 % des flux de trésorerie disponibles avant versement de dividendes annuels en fonction de nos prévisions actuelles.

Le montant du dividende sur les actions ordinaires traduit l’intention du Conseil d’atteindre un ratio de distribution davantage fondé sur les flux de trésorerie disponibles avant versement de dividendes annuels prévus et reflétant l’évaluation par le Conseil de la stratégie, des perspectives, des prévisions des flux de trésorerie et de l’évolution du bilan à moyen terme de la Société.

Téléconférence trimestrielle avec les investisseurs et webdiffusion

Aimia tiendra une téléconférence à 8 h 30 HAE le jeudi 11 mai 2017 pour discuter des résultats financiers du premier trimestre de 2017. On peut y participer en composant le 1 888 231-8191 ou le 647 427-7450, dans la région de Toronto. La téléconférence sera webdiffusée simultanément à l’adresse http://event.on24.com/r.htm?e=1350491&amps=1&k=027FD2435D81C21F7AA3E8C54F1B1915.

Une présentation sous forme de diapositives des résultats pour le premier trimestre de 2017 accompagnant la téléconférence sera disponible le soir du 10 mai 2017 à l’adresse : http://aimia.com/en/investors/presentations.html et une rediffusion de la téléconférence sera disponible pendant les 90 jours qui suivront la diffusion initiale à l’adresse : http://aimia.com/content/aimiawebsite/global/en/investors/events.html.

Le présent communiqué de presse a été examiné par le comité d’audit d’Aimia et approuvé par le conseil d’administration de la Société, sur recommandation du comité d’audit, avant sa publication.

Notes

  1. Les mesures financières hors PCGR (BAIIA ajusté, rendement du capital investi, résultat net ajusté par action ordinaire, flux de trésorerie disponibles avant versement de dividendes et flux de trésorerie disponibles avant versement de dividendes par action ordinaire) et les devises constantes sont expliquées à la section intitulée « Mesures financières hors PCGR ».
  2. Le rendement du capital investi pour la période de 12 mois terminée le 31 mars 2016 inclut l’incidence favorable de 33,6 M$, déduction faite d’une charge d’impôt sur le résultat de 12,1 M$, découlant de l’ajustement de la provision au titre de la migration des cartes.
  3. Les principaux secteurs excluent les résultats des activités de fidélisation des canaux et des employés aux États-Unis vendues en mai 2017. Les données correspondantes de l’exercice précédent excluent également les résultats des activités liées aux services d’amélioration vendues en juillet 2016. Les résultats de ces deux activités étaient comptabilisés au sein du secteur Siège social et autres.  

À propos d’Aimia

Aimia Inc. (TSX : AIM) est une entreprise de marketing propulsé par les données et d’analytique de la fidélité. Nous fournissons à nos clients les connaissances sur leur propre clientèle dont ils ont besoin pour prendre des décisions commerciales plus éclairées, pour bâtir à long terme des relations individuelles pertinentes et gratifiantes, faisant évoluer l’échange de valeur dans l’intérêt mutuel de nos clients et des consommateurs.

Avec ses 2 300 employés présents dans 15 pays, Aimia forme des partenariats avec des groupes d’entreprises (coalitions) et des compagnies individuelles afin de les aider à générer, à recueillir et à analyser des données sur les collectionneurs, et à obtenir des connaissances pouvant servir à personnaliser l’activité commerciale.

Nous avons recours pour cela à nos propres programmes de fidélisation coalisés, comme Aéroplan au Canada, Nectar au Royaume-Uni et Air Miles Moyen-Orient; à la prestation de services axés sur les stratégies de fidélisation, le développement, la mise en œuvre et la gestion de programmes – soutenus par des produits et des plateformes technologiques de premier plan, comme les plateformes de fidélisation Aimia Entreprise et SaaS – et par l’entremise de nos services d’analytique et de connaissances, comme Intelligent Shopper Solutions. Nous possédons une participation dans des programmes de fidélisation comme Club Premier au Mexique et Think Big, un partenariat avec Air Asia et Tune Group. Nos clients sont variés et nous répondons à leurs besoins uniques grâce à notre expertise, sans pareille dans l’industrie, des biens de consommation courante, de la vente au détail, des services financiers et des secteurs du voyage et du transport aérien à l’échelle mondiale.

Pour obtenir plus de renseignements sur Aimia, visitez www.aimia.com.

Mesures financières hors PCGR

Aimia utilise les mesures financières hors PCGR suivantes qui, de l’avis de la société, fournissent aux investisseurs et aux analystes des renseignements supplémentaires utiles pour mieux comprendre les résultats et évaluer le potentiel de la société. Les PCGR désignent les principes comptables généralement reconnus du Canada, qui s’entendent des Normes internationales d’information financière (« IFRS »). Se reporter aux pages 9 à 14 du rapport de gestion pour obtenir une définition complète de toutes les mesures financières hors PCGR et à la page 17 du rapport de gestion pour obtenir un rapprochement des mesures financières hors PCGR avec les PCGR.

BAIIA AJUSTÉ

Le BAIIA ajusté n’est pas une mesure conforme aux PCGR, il ne saurait se substituer au résultat d’exploitation ou au résultat net pour mesurer le rendement et il n’est pas comparable aux mesures similaires employées par d’autres émetteurs. Nous sommes d’avis que le BAIIA ajusté n’est pas directement comparable à une mesure PCGR. Toutefois, un rapprochement avec le résultat d’exploitation est présenté à la page 17 du rapport de gestion du trimestre terminé le 31 mars 2017. La direction se sert du BAIIA ajusté pour évaluer le rendement et pour mesurer la conformité aux clauses restrictives relatives à la dette. De l’avis de la direction, le BAIIA ajusté aide les investisseurs à comparer le rendement de la société d’une manière uniforme, sans égard à l’amortissement et aux pertes de valeur, qui de par leur nature sont des éléments hors trésorerie et peuvent varier de façon importante en fonction des méthodes comptables utilisées ou de divers facteurs non liés à l’exploitation tels que le coût d’origine.

Le BAIIA ajusté correspond au résultat d’exploitation, ajusté pour exclure l’amortissement et les pertes de valeur et ajusté en fonction de certains facteurs propres aux activités de la société, tels que les variations des produits différés et des frais d’échange futurs. Le BAIIA ajusté tient aussi compte des distributions et des dividendes reçus ou à recevoir des placements mis en équivalence. Le BAIIA ajusté ne doit pas être utilisé comme mesure exclusive des flux de trésorerie, puisqu’il ne tient compte ni de la croissance du fonds de roulement, ni des dépenses en immobilisations, des remboursements de la dette et d’autres rentrées et sorties de fonds présentées dans les tableaux des flux de trésorerie.

Rendement du capital investi

Le rendement du capital investi n’est pas une mesure conforme aux PCGR et il n’est pas comparable aux mesures similaires employées par d’autres émetteurs. La direction utilise le rendement du capital investi afin d’évaluer l’efficacité avec laquelle elle répartit son capital pour générer des rendements.

Le rendement du capital investi correspond au résultat d’exploitation ajusté après impôt exprimé en pourcentage du capital investi moyen. Le résultat d’exploitation ajusté après impôt correspond au BAIIA ajusté diminué de la charge d’amortissement, calculé en fonction du taux d’imposition canadien prévu par la loi, sur une période de 12 mois. Une description du BAIIA ajusté et du rapprochement de celui-ci avec le résultat d’exploitation est présentée à la rubrique précédente. Le capital investi correspond à la somme du total des capitaux propres, de la marge des produits différés (qui correspond aux produits différés diminués du passif relatif aux frais d’échange futurs, calculé en fonction du taux d’imposition canadien prévu par la loi), du cumul de l’amortissement des contrats avec des partenaires d’accumulation et des relations clients et de la dette nette (qui correspond à la dette à long terme, y compris la partie courante, diminuée de la trésorerie et des équivalents de trésorerie, déduction faite de toute réserve au titre des échanges incluse dans la trésorerie et les équivalents de trésorerie aux termes d’une exigence contractuelle), dont la moyenne est établie entre le solde d’ouverture et le solde de clôture sur une période de 12 mois.

Résultat net ajusté

Le résultat net ajusté n’est pas une mesure conforme aux PCGR, il ne saurait se substituer au résultat net pour mesurer la rentabilité et il n’est pas comparable aux mesures similaires employées par d’autres émetteurs.

Le résultat net ajusté permet d’évaluer la rentabilité d’une manière cohérente avec le BAIIA ajusté. Il correspond au résultat net attribuable aux actionnaires de la société, ajusté pour exclure l’amortissement des contrats avec des partenaires d’accumulation, des relations clients et de la technologie, la quote-part du résultat net des placements mis en équivalence et les pertes de valeur comptabilisées. Le résultat net ajusté tient compte de la variation des produits différés et de la variation des frais d’échange futurs, déduction faite de l’incidence de l’impôt sur le résultat et de la participation ne donnant pas le contrôle (le cas échéant) dans ces éléments à l’échelle de l’entité. Le résultat net ajusté tient aussi compte des distributions et des dividendes reçus ou à recevoir des placements mis en équivalence.

Résultat net ajusté par action ordinaire

Le résultat net ajusté par action ordinaire n’est pas une mesure conforme aux PCGR, il ne saurait se substituer au résultat net par action ordinaire pour mesurer la rentabilité par action ordinaire et il n’est pas comparable aux mesures similaires employées par d’autres émetteurs.

Le résultat net ajusté par action ordinaire permet d’évaluer la rentabilité par action ordinaire d’une manière cohérente avec le résultat net ajusté. Il correspond au résultat net ajusté diminué des dividendes déclarés sur les actions privilégiées, divisé par le nombre moyen pondéré de base et dilué d’actions ordinaires.

Flux de trésorerie disponibles, flux de trésorerie disponibles avant versement de dividendes et flux de trésorerie disponibles avant versement de dividendes par action ordinaire

Les flux de trésorerie disponibles et les flux de trésorerie disponibles avant versement de dividendes sont des mesures non conformes aux PCGR et ne sont pas comparables aux mesures similaires utilisées par d’autres émetteurs. Elles permettent d’établir une mesure cohérente et comparable des flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation et sont utilisées comme indicateur de la solidité et de la performance financières. Les flux de trésorerie disponibles se définissent comme étant les flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation, comme ils sont comptabilisés selon les PCGR, déduction faite des ajustements pour tenir compte a) du total des dépenses en immobilisations inscrit selon les PCGR et b) des dividendes versés.

Les flux de trésorerie disponibles avant versement de dividendes se définissent comme étant les flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation, comme ils sont comptabilisés selon les PCGR, déduction faite des dépenses en immobilisations inscrites selon les PCGR.

Les flux de trésorerie disponibles avant versement de dividendes par action ordinaire sont une mesure des flux de trésorerie tirés des activités d’exploitation, par action. Ils se calculent comme suit : flux de trésorerie disponibles avant versement de dividendes, déduction faite des dividendes versés sur les actions privilégiées et au titre des participations ne donnant pas le contrôle, divisés par le nombre moyen pondéré d’actions ordinaires en circulation.

Rapprochement avec les PCGR

Pour un rapprochement des mesures financières hors PCGR ci-dessus avec les PCGR, se reporter à la page 17 du rapport de gestion du trimestre terminé le 31 mars 2017.

Devises constantes

Les taux de change représentent un facteur important dans la compréhension de comparaisons d’une période à l’autre. La présentation de divers indicateurs financiers en devises constantes ou après la conversion de devises, en supplément des indicateurs financiers réels, contribue à améliorer la capacité de compréhension des résultats d’exploitation et facilite l’évaluation du rendement par rapport aux périodes antérieures. Les informations en devises constantes comparent les résultats entre les périodes, comme si les taux de change n’avaient pas fluctué au cours de la période faisant l’objet de l’analyse. Pour obtenir les résultats en devises constantes, on recalcule les résultats de la période en cours en utilisant les taux de change de la période correspondante de l’exercice précédent. Les résultats calculés en devises constantes devraient se rajouter, et en aucun cas se substituer aux résultats présentés conformément aux PCGR. Par ailleurs, il se peut que les résultats calculés en devises constantes ne soient pas comparables aux mesures semblables utilisées par d’autres sociétés. La Société utilise les devises constantes principalement pour ses activités à l’étranger (celles dont la monnaie fonctionnelle n’est pas le dollar canadien). Les secteurs Coalitions internationales et SFM exercent leurs activités en diverses monnaies étrangères. Au sein du secteur Siège social et autres, les activités de fidélisation des canaux et des employés aux États-Unis ont cours en dollars américains, et les activités liées à l’élaboration de produits à l’échelle mondiale sont exercées principalement en livres sterling.

Énoncés prospectifs

Le présent communiqué de presse contient des énoncés prospectifs. Ces derniers se reconnaissent en général à l’usage de termes tels que « perspectives », « prévisions », « cibles », « hypothèses » et d’autres expressions semblables, ou à l’emploi de la forme future ou conditionnelle de termes comme « prévoir », « croire », « pouvoir », « estimer », « s’attendre à », « avoir l’intention de », « planifier » ou « projeter ». Ces énoncés peuvent porter, par exemple, sur des stratégies, des attentes, des objectifs, des activités prévues ou des mesures à venir sans s’y limiter.

Les prévisions ci-dessus (dont la facturation brute, la marge du BAIIA ajusté et les flux de trésorerie disponibles avant versement de dividendes) constituent des énoncés prospectifs. Aimia a établi les prévisions ci-dessus à l’aide d’un certain nombre d’hypothèses économiques et de marché, ainsi que des hypothèses concernant les devises et la conjoncture économique des pays dans lesquels la société exerce ses activités, la concurrence et les lois fiscales applicables à ses activités. La société tient à rappeler que les hypothèses utilisées pour préparer les prévisions ci-dessus, bien qu’elles étaient raisonnables au moment où elles ont été établies, pourraient s’avérer incorrectes ou inexactes. Les prévisions ci-dessus ne tiennent pas compte non plus de l’incidence que pourraient avoir d’éventuels éléments non récurrents ou exceptionnels ou de nouvelles ententes commerciales importantes, cessions, fusions, acquisitions ou autres regroupements d’entreprises ou transactions susceptibles d’être annoncés ou de se produire après le 10 mai 2017. L’incidence financière de telles transactions et de tels éléments non récurrents ou exceptionnels peut être complexe et dépend des faits qui se rattachent à chacun d’entre eux. Nous ne pouvons donc décrire l’incidence prévue de façon complète ou la présenter de la manière dont nous connaissons actuellement les risques auxquels sont exposées nos activités. Par conséquent, les résultats réels pourraient différer considérablement de nos attentes énoncées dans le présent communiqué de presse.

De par leur nature, les énoncés prospectifs partent d’hypothèses et sont soumis à d’importants risques et incertitudes. Les prévisions, les prédictions ou les énoncés prospectifs ne sont pas fiables en raison notamment de la nature évolutive des événements externes et des incertitudes auxquelles les activités et la structure de l’entreprise sont soumises en général. La réalité pourra se révéler très différente des résultats exprimés dans les énoncés prospectifs pour de nombreuses raisons, entre autres la dépendance envers les partenaires d’accumulation importants et les clients, l’incapacité de protéger les bases de données, la cybersécurité et la protection des renseignements personnels des consommateurs, la dépendance envers les partenaires d’échange, les conflits d’intérêts, un nombre plus élevé que prévu d’échanges contre des primes, la réglementation, la situation de l’économie ou du marché de détail, la concurrence, les problèmes de liquidité d’Air Canada ou les perturbations touchant l’industrie du voyage, des changements dans le secteur du transport aérien et une hausse des coûts des transporteurs aériens, les coûts d’approvisionnement et de capacité, les frais d’échange futurs non provisionnés, les changements aux programmes de fidélisation coalisés, la nature saisonnière des activités, d’autres facteurs et le rendement antérieur, les activités à l’étranger, les poursuites, la dépendance envers le personnel clé, les relations de travail, le passif au titre des régimes de retraite, les pannes d’équipement électronique, l’incapacité d’utiliser les logiciels tiers et l’impartition, l’incapacité de protéger les droits de propriété intellectuelle, les fluctuations des taux d’intérêt et du change (y compris le risque de change sur ses activités étrangères libellées dans une autre monnaie que le dollar canadien, soit principalement la livre sterling et l’exposition aux fluctuations découlant de la variation des cours de change), le niveau d’endettement et les clauses restrictives relativement à la dette actuelle et future, l’incertitude des versements de dividendes, la gestion de la croissance, les notations, les audits effectués par les autorités fiscales de même que les autres facteurs précisés dans les autres documents publics d’Aimia déposés auprès des organismes de réglementation en valeurs mobilières canadiens.

Les énoncés prospectifs contenus dans les présentes témoignent des attentes d’Aimia au 10 mai 2017 et ils pourraient changer après cette date. Toutefois, Aimia n’a aucunement l’intention ni l’obligation de mettre à jour ou de réviser les énoncés prospectifs, que ce soit en raison d’une nouvelle information, d’un fait nouveau ou pour toute autre raison, sauf si cela est exigé en vertu des règlements en valeurs mobilières applicables.

SOURCE AIMIA

Analystes et investisseurs: Karen Keyes, 647 428-5280, karen.keyes@aimia.com ; Médias : Cheryl Kim, 647 329-5139, cheryl.kim@aimia.com

HIGHLIGHTS (1) Three Months Ended March 31
(in millions of Canadian dollars,
except per share amounts)
2017 2016 YoY %
Change
YoY %
Constant
Currency (C.C.)
Gross Billings 525.2 573.0 (8.3) (4.3)
Total Revenue 524.8 570.1 (7.9) (4.4)
Operating Income (Loss) 5.5 (8.9) ** **
Adjusted EBITDA 58.8 48.7 20.7 26.1
ROIC(2) 6.3% 6.5% (0.2) pp **
Net Earnings (Loss) 9.6 (13.1) ** **
Earnings (Loss) per Common Share 0.04 (0.12) ** **
Adjusted Net Earnings per Common Share 0.22 0.13 69.2 **
Cash from (used in) Operating Activities (11.7) 0.6 ** **
Free Cash Flow before Dividends Paid (23.8) (18.9) (25.9) **
Free Cash Flow before Dividends Paid per Common Share (0.18) (0.15) (20.0) **

** Information not meaningful

Please refer to “Notes” for details on notations that appear on tables in this Press Release.

 

Strong Aeroplan growth; expected campaign phasing and currency driving Nectar decline

Gross Billings were down 8.3% (or $47.8 million) to $525.2 million in the quarter. Currency accounted for around half of the decline (at $23.4 million or 4.0%) mainly in the International Coalitions division as a result of the weakness of the pound sterling. Gross Billings in the core business(3) were down 7.4% to $492.0 million.

  • Gross Billings from Loyalty Units in our coalition programs were down $9.3 million or 2.2%, on a constant currency basis, mainly due to a reduction at Nectar which was offset in part by growth at Aeroplan.
  • In Loyalty Services and Other, the decline of $15.1 million or 10.2% on a constant currency basis, included an impact of around $9.6 million due to last year’s disposals of Enhancement Services and Cardlytics U.K. as well as the impact of $4.9 million related to the outsourcing of the fulfilment of gift cards in the
  • Americas Coalitions division which resulted in a net revenue accounting treatment.
    Americas Coalitions Gross Billings were up $10.2 million or 3.3%. Within this, Aeroplan Loyalty Unit Gross Billings were up 5.4% on higher purchase volumes on financial cards and higher Air Canada Gross Billings as a result of increased capacity.
  • International Coalitions Gross Billings were down $24.1 million or 14.4% on a constant currency basis, with Loyalty Units Gross Billings down $24.7 million or 17.5% on a constant currency basis. Nectar was the main contributor, down $23.0 million mainly due to the phasing of Sainsbury’s campaigns and the expected exit of Homebase.
  • Global Loyalty Solutions Gross Billings were down $3.1 million or 5.6% on a constant currency basis. Platform-based sales and related services accounted for around 14% of divisional Gross Billings in the quarter.
  • In the quarter, Gross Billings from Corporate and Other, related to the U.S. CEL business which was presented as held for sale at March 31, 2017 and the Enhancement Services business sold in July 2016, were down $7.5 million or 17.9% on a constant currency basis.

Margin benefiting from higher distributions and lower opex

  • Adjusted EBITDA was $58.8 million or 11.2% of Gross Billings, compared to $48.7 million or 8.5% last year. On a pre-severance basis, the core business contributed $59.7 million, representing a margin of 12.1%, compared to 9.7% in the previous year.
  • A $12.7 million improvement in Adjusted EBITDA on a constant currency basis was mainly due to strong operating cost discipline, a higher Aeroplan contribution as a result of higher Gross Billings and lower unit cost, and higher distributions from equity accounted investments. The improvement was partially offset by the sale of the Enhancement Services business and the lower Nectar contribution as a result of lower Gross Billings.

Free Cash Flow reflective of seasonal redemption patterns and lower Nectar Gross Billings ·

  • Cash from operating activities was down $12.3 million to $(11.7) million, mainly due to the unfavourable variance on the timing of working capital, with lower cash operating expenses, cost of rewards and direct costs being positive contributors. Free Cash Flow before Dividends Paid decreased $4.9 million to $(23.8) million. Capital expenditures were down $7.4 million to $12.1 million.
  • Free Cash Flow before Dividends Paid in the quarter was $(0.18) per common share or $1.15 per common share on a normalized trailing 12-month basis, reflecting a Free Cash Flow yield of 12.7% based on the closing share price at March 31, 2017.
  • $34.7 million in total dividends was paid to shareholders in the quarter, of which $30.5 million was paid to common shareholders.

Progress on simplifying and focusing the business

  • Significant progress continues to be made on reducing operating expenses. First quarter operating expenses excluding share-based compensation were down $9.1 million or 5.6% on a constant currency basis over the same period last year, reflecting the ongoing streamlining of operations and the exit of non-core activities. This reduction took quarterly operating expenses in the core business excluding share-based compensation and severance to $118.6 million. Further measures currently underway will simplify our finance and global brand organizations and are expected to help underpin an improvement in full year Adjusted EBITDA margin to around 12.0%.
  • The sale of U.S. Channel and Employee Loyalty business was completed on May 1, 2017, and Aimia’s rewards sourcing and fulfillment business in New Zealand was sold on May 8, 2017, to the local management team. Over 500 employees were transferred out of Aimia’s business in conjunction with these two transactions. The management buyout in New Zealand will also see Aimia exit its local presence and centralize customer support for loyalty solutions clients in that market out of the other offices, which is expected to contribute to margin improvement in Global Loyalty Solutions.

Return on Invested Capital(1)

  • The introduction of a Return on Invested Capital (ROIC) metric is aimed at assessing the efficiency with which capital is being allocated to generate returns.
  • For the year ended 2016, ROIC was 6.0%. For the twelve months ended March 31, 2017, it was 6.3%, compared to 6.5% for the twelve months ended March 31, 2016. The decrease was attributable to the migration provision reversal included in the comparative period Adjusted EBITDA.

2017 Guidance

Aimia is reconfirming its guidance for the year ending December 31, 2017 and continues to expect to report the following:

  • Gross Billings: core business to be broadly stable at around $2.1 billion
  • Adjusted EBITDA margin: core business to be around 12.0%
  • Free Cash Flow before Dividends Paid: above $220 million

The guidance excludes the impact of severance expenses or payments, any further actions related to restructuring, disposals of non-core assets or as a consequence of any changes in major partner contracts.

The “core business” excludes the results of the U.S. Channel and Employee Loyalty business sold in May 2017 within the Corporate & Other division. Comparatives for the prior year also exclude the results of the Enhancement Services business sold in July 2016. The results of both these businesses have been reported within the Corporate & Other division. Guidance has not been adjusted for the results of the New Zealand business which had been expected to deliver around $36 million of Gross Billings and $0.4 million of Adjusted EBITDA in 2017 and had been taken into account within the core business. At the sale completion date, the New Zealand business had delivered Gross Billings of around $15 million and Adjusted EBITDA of $0.1 million.

See “Forward-Looking Statements” below regarding assumptions underlying the above guidance and risks related thereto.

Quarterly Dividends to Shareholders

  • Aimia’s business model is cash generative and the Board recognizes that the dividend on the common shares has been an important element of the investment proposition for investors.
  • The Board has declared a quarterly dividend of $0.20 per common share, payable on June 30, 2017, to shareholders of record at the close of business on June 16, 2017. On an annualized basis and on the basis of current guidance, this dividend level would reflect a payout of around 55% of the annual Free Cash Flow before Dividends Paid.
  • The common share dividend level reflects the Board’s intention to more closely align to a payout ratio based on the expected annual Free Cash Flow before Dividends Paid and subject to the Board’s evaluation of the Company’s medium term strategy, outlook, cash flow expectations and balance sheet development.

Quarterly Conference Call and Audio Webcast Information

Aimia will host a conference call to discuss its first quarter 2017 financial results at 8:30 a.m. EDT on Thursday, May 11, 2017. The call can be accessed by dialling 1-888-231-8191 or 647-427-7450 for the Toronto area. The call will be simultaneously webcast at: http://event.on24.com/r.htm?e=1350491&s=1&k=027FD2435D81C21F7AA3E8C54F1B1915

A slide presentation for Q1 2017 results intended for simultaneous viewing with the conference call will be available the evening of May 10, 2017 at: /investors/presentations and an archived audio webcast will be available at: /investors/events for ninety days following the original broadcast.

This quarterly earnings release was reviewed by Aimia’s Audit Committee and was approved by the company’s Board of Directors, on the Audit Committee’s recommendation, prior to its release.

Notes

  1. Non-GAAP financial measures (Adjusted EBITDA, Return on Invested Capital, Adjusted Net Earnings per common share, Free Cash Flow before Dividends Paid and Free Cash Flow before Dividends Paid per Common Share) and constant currency are explained in the section entitled “Non-GAAP Financial Measures”.
  2. ROIC for the twelve-month period ended March 31, 2016 includes the favourable impact of the adjustment to the Card Migration Provision of $33.6 million, net of an income tax expense of $12.1 million.
  3. The “core business” excludes the results of the U.S. Channel and Employee Loyalty (CEL) business sold in May 2017. Comparatives for the prior year also exclude the results of the Enhancement Services business sold in July 2016. The results of both these businesses have been reported within the Corporate & Other division.

About Aimia

Aimia Inc. (TSX: AIM) is a data-driven marketing and loyalty analytics company. We provide our clients with the customer insights they need to make smarter business decisions and build relevant, rewarding and long-term one-to-one relationships, evolving the value exchange to the mutual benefit of both our clients and consumers.

With about 2,300 employees across 15 countries, Aimia partners with groups of companies (coalitions) and individual companies to help generate, collect and analyze customer data and build actionable insights.

We do this through our own coalition loyalty programs such as Aeroplan in Canada, Nectar in the U.K., and Air Miles Middle East, and through provision of loyalty strategy, program development, implementation and management services underpinned by leading products and technology platforms such as the Aimia Loyalty Platform – Enterprise and Aimia Loyalty Platform – SaaS, and through our analytics and insights business, including Intelligent Shopper Solutions. In other markets, we own stakes in loyalty programs, such as Club Premier in Mexico and Think Big, a partnership with Air Asia and Tune Group. Our clients are diverse, and we have industry-leading expertise in the fast-moving consumer goods, retail, financial services, and travel and airline industries globally to deliver against their unique needs.

For more information about Aimia, visit www.aimia.com.

Non-GAAP Financial Measures

Aimia uses the following non-GAAP financial measures which it believes provides investors and analysts with additional information to better understand results as well as assess its potential. GAAP means generally accepted accounting principles in Canada and represents International Financial Reporting Standards (“IFRS”). Please refer to the MD&A on pages 8 to 11 for a complete definition on all non-GAAP financial measures and page 14 for a reconciliation of non-GAAP financial measures to GAAP.

Adjusted EBITDA

Adjusted EBITDA is not a measurement based on GAAP, is not considered an alternative to operating income or net earnings in measuring performance, and is not comparable to similar measures used by other issuers. We do not believe that Adjusted EBITDA has an appropriate directly comparable GAAP measure. As an alternative, we do however provide a reconciliation to operating income on page 14 of the Management Discussion & Analysis (MD&A) for the three months ended March 31, 2017. Adjusted EBITDA is used by management to evaluate performance, and to measure compliance with debt covenants. Management believes Adjusted EBITDA assists investors in comparing the Corporation’s performance on a consistent basis without regard to depreciation and amortization and impairment charges, which are non-cash in nature and can vary significantly depending on accounting methods and non-operating factors such as historical cost.

Adjusted EBITDA is operating income adjusted to exclude depreciation, amortization and impairment charges, as well as adjusted for certain factors particular to the business, such as changes in deferred revenue and Future Redemption Costs. Adjusted EBITDA also includes distributions and dividends received or receivable from equity-accounted investments. Adjusted EBITDA should not be used as an exclusive measure of cash flow because it does not account for the impact of working capital growth, capital expenditures, debt repayments and other sources and uses of cash, which are disclosed in the statements of cash flows.

Return on Invested Capital

Return on invested capital (“ROIC”) is not a measurement based on GAAP and is not comparable to similar measures used by other issuers. ROIC is used by management to assess the efficiency with which it allocates its capital to generate returns.

ROIC is calculated as adjusted operating income after taxes expressed as a percentage of the average invested capital. Adjusted operating income after taxes is Adjusted EBITDA less depreciation and amortization, tax effected at the Canadian statutory rate, on a rolling twelve-month basis. A description of Adjusted EBITDA as well as its reconciliation to operating income is presented in the preceding section. Invested capital is the sum of total equity, deferred revenue margin (calculated as deferred revenue less future redemption cost liability, tax effected at the Canadian statutory rate), accumulated amortization of Accumulation Partners’ contracts and customer relationships, and net debt (calculated as long-term debt, including the current portion, less cash and cash equivalents, net of any contractually required redemption reserve amount included in cash and cash equivalents), averaged between the beginning and ending balance over a rolling twelve-month period.

Adjusted Net Earnings

Adjusted Net Earnings is not a measurement based on GAAP, is not considered an alternative to net earnings in measuring profitability, and is not comparable to similar measures used by other issuers.

Adjusted Net Earnings provides a measurement of profitability calculated on a basis consistent with Adjusted EBITDA. Net earnings attributable to equity holders of the Corporation are adjusted to exclude Amortization of Accumulation Partners’ contracts, customer relationships and technology, share of net earnings (loss) of equity accounted investments and impairment charges. Adjusted Net Earnings includes the Change in deferred revenue and Change in Future Redemption Costs, net of the income tax effect and non-controlling interest effect (where applicable) on these items at an entity level basis. Adjusted Net Earnings also includes distributions and dividends received or receivable from equity-accounted investments.

Adjusted Net Earnings per Common Share

Adjusted Net Earnings per Common Share is not a measurement based on GAAP, is not considered an alternative to Net Earnings per Common Share in measuring profitability per Common Share and is not comparable to similar measures used by other issuers.

Adjusted Net Earnings per Common Share provides a measurement of profitability per Common Share on a basis consistent with Adjusted Net Earnings. Calculated as Adjusted Net Earnings less dividends declared on preferred shares divided by the number of weighted average number of basic and diluted common shares.

Free Cash Flow, Free Cash Flow before Dividends Paid and Free Cash Flow before Dividends paid per Common Share

Free Cash Flow and Free Cash Flow before Dividends Paid are non-GAAP measures and are not comparable to similar measures used by other issuers. They are used in order to provide a consistent and comparable measurement of cash generated from operations and used as indicators of financial strength and performance. Free Cash Flow is defined as cash flows from operating activities, as reported in accordance with GAAP, less adjustments for: (a) total capital expenditures as reported in accordance with GAAP; and (b) dividends paid.

Free Cash Flow before Dividends Paid is defined as cash flows from operating activities as reported in accordance with GAAP, less capital expenditures as reported in accordance with GAAP.

Free Cash Flow before Dividends Paid per Common Share is a measurement of cash flow generated from operations on a per share basis. It is calculated as follows: Free Cash Flow before Dividends Paid minus dividends paid on preferred shares and non-controlling interests over the weighted average number of common shares outstanding.

Reconciliation to GAAP

For a reconciliation of the above Non-GAAP financial measures to GAAP, please refer to page 14 of the Management Discussion & Analysis for the three months ended March 31, 2017.

Constant Currency

Because exchange rates are an important factor in understanding period to period comparisons, the presentation of various financial metrics on a constant currency basis or after giving effect to foreign exchange translation, in addition to the reported metrics, help improve the ability to understand operating results and evaluate performance in comparison to prior periods. Constant Currency information compares results between periods as if exchange rates had remained constant over the periods. Constant Currency is derived by calculating current period results using foreign currency exchange rates from the same period in the prior year. Results calculated on a Constant Currency basis should be considered in addition to, not as a substitute for, results reported in accordance with GAAP and may not be comparable to similarly titled measures used by other companies. Constant Currency is a basis of consideration mostly for Aimia’s foreign operations (those with a functional currency which is not the Canadian dollar). Our International Coalitions and GLS segments operate under varying foreign currencies. Within Corporate & Other, the U.S. Channel and Employee Loyalty business operates in U.S. dollars and global product development activities operate primarily in pounds sterling.

Forward-Looking Statements

Forward-looking statements are included in this news release. These forward-looking statements are typically identified by the use of terms such as “outlook”, “guidance”, “target”, “forecast”, “assumption” and other similar expressions or future or conditional terms such as “anticipate”, “believe”, “could”, “estimate”, “expect”, “intend”, “may”, “plan”, “predict”, “project”, “will”, “would”, and “should”. Such statements may involve but are not limited to comments with respect to strategies, expectations, planned operations or future actions.

The above guidance (including Gross Billings, Adjusted EBITDA margin and Free Cash Flow before Dividends Paid) constitutes forward-looking statements. Aimia made a number of economic and market assumptions in preparing its above guidance as well as assumptions regarding currencies and the performance of the economies in which the Corporation operates and market competition and tax laws applicable to the Corporation’s operations. The Corporation cautions that the assumptions used to prepare the above guidance, although reasonable at the time they were made, may prove to be incorrect or inaccurate. In addition, the above guidance does not reflect the potential impact of any non-recurring or other special items or of any new material commercial agreements, dispositions, mergers, acquisitions, other business combinations or other transactions that may be announced or that may occur after May 10, 2017. The financial impact of these transactions and non-recurring and other special items can be complex and depends on the facts particular to each of them. We therefore cannot describe the expected impact in a meaningful way or in the same way we presently know about the risks affecting our business. Accordingly, our actual results could differ materially from our expectations as set forth in this news release.

Forward-looking statements, by their nature, are based on assumptions and are subject to important risks and uncertainties. Any forecasts, predictions or forward-looking statements cannot be relied upon due to, among other things, changing external events and general uncertainties of the business and its corporate structure. Results indicated in forward-looking statements may differ materially from actual results for a number of reasons, including without limitation, dependency on Significant Accumulation Partners and clients, failure to safeguard databases, cyber security and consumer privacy, reliance on Redemption Partners, conflicts of interest, greater than expected redemptions for rewards, regulatory matters, retail market/economic conditions, industry competition, Air Canada liquidity issues or air travel industry disruptions, airline industry changes and increased airline costs, supply and capacity costs, unfunded future redemption costs, changes to coalition loyalty programs, seasonal nature of the business, other factors and prior performance, foreign operations, legal proceedings, reliance on key personnel, labour relations, pension liability, technological disruptions, inability to use third-party software and outsourcing, failure to protect intellectual property rights, interest rate and currency fluctuations (including currency risk on our foreign operations which are denominated in a currency other than the Canadian dollar, mainly the pound sterling, and subject to fluctuations as a result of foreign exchange rate variations), leverage and restrictive covenants in current and future indebtedness, uncertainty of dividend payments, managing growth, credit ratings, audit by tax authorities, as well as the other factors identified throughout Aimia’s public disclosure records on file with the Canadian securities regulatory authorities.

The forward-looking statements contained herein represent Aimia’s expectations as of May 10, 2017 and are subject to change after such date. However, Aimia disclaims any intention or obligation to update or revise any forward-looking statements whether as a result of new information, future events or otherwise, except as required under applicable securities regulations.

SOURCE AIMIA

Analysts and Investors, Karen Keyes, 647-428-5280, karen.keyes@aimia.com; Media, Cheryl Kim, 647-329-5139 cheryl.kim@aimia.com