Aimia annonce ses résultats pour le quatrième trimestre et l’exercice

////Aimia annonce ses résultats pour le quatrième trimestre et l’exercice
Aimia annonce ses résultats pour le quatrième trimestre et l’exercice 2017-12-07T15:42:48+00:00
27.02.2014

Prévisions atteintes : une année de transformation qui se termine en force et un début solide pour 2014

  • Aéroplan jette des bases solides de croissance grâce à une transition opérationnelle en douceur vers un programme Aéroplan renouvelé et à de nouvelles ententes transformationelles avec TD, la CIBC et AMEX ayant pris effet le 1er janvier 2014
  • Bon progrès en vue d’une diversification à plus long terme du fait de l’apport accru de la région EMOA en 2013, de la réinitialisation des activités aux États-Unis et des nouveaux investissements dans Cardlytics, Smart Button et Think Big depuis le début de 2013
  • Facturation brute en hausse de 4,5 % en devises constantes pour l’exercice
  • BAIIA ajusté était de 350,5 M$2) pour l’exercice, compte non tenu d’un montant de 200 M$ lié aux éléments de transfert
  • Flux de trésorerie disponibles robustes pour le quatrième trimestre donnant lieu à des flux de trésorerie disponibles avant versement de dividendes de 268,1 M$2) pour l’exercice
  • Souplesse financière en place pour gérer l’augmentation prévue de la participation des membres Aéroplan et des échanges grâce à une nouvelle émission d’actions privilégiées en janvier 2014; prévisions pour 2013 atteintes ou dépassées pour tous les indicateurs; prévisions pour 2014 qui reflètent l’incidence de la transformation d’Aéroplan et des ententes avec des entreprises de cartes financières
FAITS SAILLANTS DU QUATRIÈME TRIMESTRE1 Trimestres terminés les
31 décembre
Exercices terminés les
31 décembre
Comparés à l’exercice précédent
(en millions de dollars canadiens, sauf les données par action) 2013 2013 2012 3 2013 2013 2012 3 Variation en %
Ajustés 2 Tels que
présentés
Tels que
présentés
Ajustés 2 Tels que
présentés
Tels que
présentés
Ajustés 2 Devises
constantes 4
Tels que
présentés
Facturation brute 658,1 658,1 615,1 2 366,4 2 366,4 2 243,0 5,5 4,5 5,5
Total des produits des activités ordinaires 687,6 687,6 678,2 1 673,5 1 673,5 2 248,9 (25,6) (27,0) (25,6)
Résultat net 21,2 (125,7) 57,4 (345,8) (492,7) 167,0 ** ** **
Résultat net par action ordinaire 0,11 (0,74) 0,31 (2,10) (2,95) 0,89 ** ** **
BAIIA ajusté 88,9 (111,1) 118,2 350,5 150,5 403,1 (13,0) (12,0) (62,7)
Flux de trésorerie disponibles avant versement de dividendes 120,4 (52,1) 77,1 268,1 95,6 299,5 (10,5) ** (68,1)

**Information non significative

Voir les « Notes du tableau des faits saillants du quatrième trimestre » pour plus de détails sur les notes 1 à 4.

MONTRÉAL, le 26 févr. 2014 /CNW/ – (TSX: AIM) Aimia a annoncé aujourd’hui ses résultats financiers du quatrième trimestre et de l’exercice terminés le 31 décembre 2013. Toutes les données financières sont présentées en dollars canadiens, sauf indication contraire.

Rupert Duchesne, chef de la direction du groupe, a déclaré :

« L’année 2013 a été marquée par des réalisations exceptionnelles dans toutes les régions où nous sommes présents. La facturation brute a augmenté de 4,5 % dans l’ensemble et nous avons atteint ou dépassé nos prévisions pour tous les indicateurs, tout en préparant le terrain pour la croissance mondiale en 2014 et pour l’avenir.

Cette année, nous avons investi dans notre avenir, transformant Aéroplan grâce aux nouvelles ententes avec TD, la CIBC et AMEX et au renouvellement fondamental de la valeur que les membres obtiennent du programme, ce qui, à notre avis, portera la participation à un niveau supérieur. Ce résultat ayant éliminé le risque de migration, il nous permet de mettre l’accent sur l’attraction de nouveaux membres dans le programme et l’établissement de bases solides en vue de notre croissance future.

Le lancement de Distinction en janvier montre que les membres Aéroplan adoptent avec enthousiasme les changements qui confèrent encore plus de valeur à nos primes de fidélisation et notre nouveau partenariat de cartes de crédit financières avec TD a donné lieu à de nouvelles acquisitions de cartes nettement au-dessus de nos attentes, le nombre de nouvelles cartes de crédit acquises étant sept fois plus élevé que dans les deux premiers mois de l’année dernière.

En ce qui concerne le reste de nos activités, nous avons réalisé des progrès satisfaisants en vue d’une diversification à plus long terme du fait de l’apport accru de la région EMOA, de la réinitialisation des activités aux États-Unis et des nouveaux investissements dans Cardlytics, Smart Button et Think Big depuis le début de 2013. »

Faits saillants de l’exercice et du quatrième trimestre (comparaison des périodes terminées les 31 décembre 2013 et 2012, sauf indication contraire)

Consolidé – Hausse de la facturation brute pour l’exercice de 4,5 % en devises constantes, près du haut de la fourchette de prévisions de 3 % à 5 % pour l’exercice

  • La facturation brute de l’exercice s’est élevée à 2 366,4 M$, soit une hausse de 5,5 %, ou de 4,5 % en devises constantes, par rapport à l’exercice 2012. La facturation brute du quatrième trimestre s’est établie à 658,1 M$, soit une hausse de 7,0 %, ou de 4,3 % en devises constantes, par rapport à la période correspondante de 2012.
  • La facturation brute au titre de la vente des unités de fidélisation s’est chiffrée à 1 711,4 M$ pour l’exercice, soit une hausse de 5,1 % par rapport à l’exercice 2012 et une hausse de 4,2 % en devises constantes. Pour le quatrième trimestre, la facturation brute au titre de la vente des unités de fidélisation s’est établie à 464,7 M$, soit une hausse de 8,2 % par rapport au quatrième trimestre de 2012 et une hausse de 5,5 % en devises constantes.
  • Un paiement à la CIBC de 150,0 M$ et une provision au titre de la migration des cartes de 50,0 M$ (les « éléments de transfert ») ont été comptabilisés dans le BAIIA ajusté du quatrième trimestre, ramenant le BAIIA ajusté inscrit pour l’exercice à 150,5 M$.
  • Compte non tenu des éléments de transfert, le BAIIA ajusté de l’exercice 2013 s’est établi à 350,5 M$, soit une baisse de 13,0 % par rapport à l’exercice 2012. Le BAIIA ajusté du quatrième trimestre compte non tenu de ces éléments s’est chiffré à 88,9 M$, soit une baisse de 24,8 % par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent. La modification apportée au taux de désistements du programme Aéroplan a contribué au recul du BAIIA ajusté par rapport à l’exercice précédent.
  • Le BAIIA ajusté tient compte des distributions de placement mis en équivalence qui se sont élevées à 15,7 M$ et à 5,3 M$ , dont des tranches de 14,0 M$ et de 3,6 M$ ont été versées par PLM, pour l’exercice complet et le quatrième trimestre de 2013, respectivement, comparativement à des distributions de 15,7 M$ versées pour l’exercice complet et le quatrième trimestre de 2012.

Canada – Croissance importante au quatrième trimestre et facturation brute de l’exercice en hausse de 0,6 %

  • La facturation brute de l’exercice a augmenté de 0,6 % pour s’établir à 1 300,1 M$. La facturation brute du quatrième trimestre s’est établie à 347,0 M$, contre 336,2 M$ pour la période correspondante de 2012, soit une hausse de 3,2 % principalement attribuable à la hausse des conversions de programmes de partenaires et des acquisitions de cartes ainsi qu’à l’augmentation dans le secteur des voyages non aériens découlant de l’intensification des activités promotionnelles.
  • La facturation brute au titre de la vente des unités de fidélisation a augmenté de 3,8 % au quatrième trimestre et de 0,6 % pour l’exercice pour s’établir à 1 085,8 M$.
  • Compte non tenu des éléments de transfert comptabilisés au quatrième trimestre, le BAIIA ajusté de l’exercice 2013 s’est chiffré à 337,7 M$, soit une baisse de 14,9 % par rapport à l’exercice 2012. Le BAIIA ajusté du quatrième trimestre compte non tenu des éléments de transfert s’est établi à 85,0 M$, soit une diminution de 15,3 % par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent, essentiellement attribuable à l’incidence de 12,9 M$ de la modification apportée au taux de désistements et à la hausse des frais de marketing associée au lancement de Distinction. Cette baisse du BAIIA ajusté a été partiellement compensée par une amélioration du coût d’échange par mille Aéroplan échangé comparativement à 2012.
  • Le nombre de milles Aéroplan émis a reculé de 0,6 % pour l’exercice et augmenté de 2,1 % pour le quatrième trimestre. En prévision du lancement de Distinction en janvier 2014, les échanges de milles ont enregistré une baisse de 8,9 % au quatrième trimestre pour s’établir à 16,3 milliards. Le nombre total de milles échangés pour l’exercice s’est chiffré à 73,0 milliards, en baisse de 1,6 %.
  • Le nouveau partenariat de cartes financières avec TD a engendré de nouvelles acquisitions dans les deux premiers mois de 2014 de sept fois plus élevées que dans les deux premiers mois de 2013.  

Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMOA) – Hausse des ventes d’unités de fidélisation ayant eu un effet favorable sur la facturation brute et le BAIIA ajusté

  • La facturation brute s’est élevée à 704,1 M$, soit une hausse de 10,0  % par rapport à 2012 ou de 7,4 % en devises constantes. La facturation brute du quatrième trimestre s’est chiffrée à 200,0 M$, soit une hausse de 12,6 %, ou de 5,2 % en devises constantes, par rapport à la période correspondante de 2012.
  • La facturation brute au titre de la vente des unités de fidélisation a augmenté de 11,4 % pour l’exercice en devises constantes, hausse principalement attribuable au secteur des épiceries et à la facturation de nouveaux partenaires d’accumulation dans le cadre du programme Nectar UK, ainsi qu’à la vente d’unités de fidélisation dans le cadre du programme Air Miles Moyen-Orient découlant de l’engagement accru des membres, facteurs partiellement compensés par une réduction pour le programme Nectar Italia.
  • Les autres éléments de facturation brute ont baissé de 12,6 M$ et de 2,0 M$ pour l’exercice complet et le quatrième trimestre de 2013, respectivement, comparativement aux périodes correspondantes de 2012, en raison surtout du transfert de la facturation brute d’ISS au Royaume-Uni à la coentreprise i2c depuis la mi-janvier 2013.
  • Le BAIIA ajusté s’est établi à 94,0 M$ pour l’exercice, soit une hausse de 91,1 % par rapport à 2012, compte tenu de l’incidence favorable de 24,0 M$ du jugement définitif dans le cadre du litige concernant la TVA. Compte non tenu de l’incidence du litige concernant la TVA, la marge du BAIIA ajusté s’est élevée à 9,9 % pour l’exercice. Le BAIIA ajusté du quatrième trimestre s’est chiffré à 20,2 M$, soit une hausse de 26,0 % par rapport à la période correspondante de 2012, attribuable à l’augmentation pour Nectar UK et au calendrier des initiatives de marketing ayant accru l’effet de levier, ainsi qu’à une distribution de 1,7 M$ de i2c.
  • Le nombre de points Nectar UK émis a augmenté de 13,5 % et de 14,4 % pour l’exercice et le trimestre, du fait surtout de l’activité accrue dans le secteur des épiceries et des nouveaux partenaires d’accumulation. Les échanges au sein du programme Nectar UK se sont accrus de 12,4 % et de 12,5 % pour l’exercice et le trimestre, en raison de la croissance du nombre de points Nectar en circulation.
  • L’accumulation au titre du programme Nectar Italia a reculé de 14,7 % et de 12,5 % pour l’exercice et le trimestre, respectivement, du fait de la conjoncture économique difficile et de la réduction de l’activité promotionnelle de primes sous forme de points. Les échanges ont diminué de 7,9 % pour l’exercice et de 6,8 % pour le quatrième trimestre.
  • Au Moyen-Orient, l’accumulation a continué d’augmenter au rythme de 4,9 % pour le quatrième trimestre, ce qui a donné lieu à une hausse de 19,4 % pour l’exercice. Les échanges ont aussi augmenté de façon importante pour l’exercice en raison des nouvelles conditions contractuelles qui ont entraîné une activité promotionnelle accrue visant à favoriser une plus grande participation des membres, mais ils ont diminué sensiblement au quatrième trimestre puisqu’à la suite d’une pointe d’échanges au premier trimestre de 2013, les membres ont reconstitué leurs soldes pendant le reste de 2013.

États-Unis et Asie-Pacifique – Solide augmentation de 5,3 % de la facturation brute au quatrième trimestre découlant des nouvelles activités dans la région APAC

  • La facturation brute de l’exercice s’est élevée à 362,7 M$, soit une hausse de 15,1 %, ou de 13,4 % en devises constantes, par rapport à l’exercice 2012. La facturation brute du quatrième trimestre a augmenté de 8,6 %, ou de 5,3 % en devises constantes, pour s’établir à 111,0 M$, le quatrième trimestre étant le premier trimestre correspondant à tenir compte d’EIM depuis son acquisition le 24 septembre 2012.
  • La perte de 3,8 M$ au titre du BAIIA ajusté pour l’exercice s’explique surtout par la hausse des charges opérationnelles découlant principalement de l’inclusion d’EIM et par les investissements visant à soutenir la croissance future. Le BAIIA ajusté s’est chiffré à 8,5 M$ pour le quatrième trimestre, soit une hausse de 26,4 % par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent grâce à l’apport des États-Unis et de la région Asie-Pacifique.
  • Les retards dans l’exécution du plan d’affaires de la direction se sont traduits par la comptabilisation au quatrième trimestre d’une perte de valeur du goodwill de 19,1 M$ (18,0 M$ US) au titre des activités de fidélisation propriétaire aux États-Unis.  

Flux de trésorerie et situation financière
Au 31 décembre 2013, Aimia disposait de 449,1 M$ en trésorerie et équivalents de trésorerie, de 33,7 M$ en liquidités soumises à des restrictions, de 60,7 M$ en placements à court terme et de 269,7 M$ en placements à long terme dans des obligations, soit un total de 813,2 M$.

Les flux de trésorerie disponibles d’Aimia avant versement de dividendes, compte non tenu du paiement à la CIBC de 150,0 M$ et de la taxe de vente harmonisée connexe de 22,5 M$, se sont établis à 268,1 M$ et à 120,4 M$, respectivement, pour l’exercice complet et le quatrième trimestre de 2013, comparativement à 299,5 M$ et à 77,1 M$ pour les périodes correspondantes de 2012. La réduction des flux de trésorerie disponibles pour l’exercice s’explique surtout par la baisse de la trésorerie provenant des activités opérationnelles, partiellement compensée par l’impôt sur le résultat payé moindre pour l’exercice. La hausse des flux de trésorerie disponibles au quatrième trimestre est attribuable à l’augmentation de la trésorerie provenant des activités opérationnelles et à la baisse des dépenses en impôt sur le résultat payé pour ce trimestre.

Dividendes déclarés
Actions ordinaires 
Le conseil d’administration a déclaré un dividende trimestriel de 0,17 $ l’action ordinaire, payable le 31 mars 2014 aux actionnaires inscrits à la clôture des activités le 17 mars 2014.

Actions privilégiées
Le conseil d’administration a également déclaré un dividende trimestriel de 0,40625 $ l’action privilégiée à taux rajusté et à dividende cumulatif, série 1, payable le 31 mars 2014 aux détenteurs inscrits à la clôture des activités le 17 mars 2014 et un dividende trimestriel au prorata de 0,3211 $ l’action privilégiée à taux rajusté et à dividende cumulatif, série 3, payable le 31 mars 2014 aux détenteurs inscrits à la clôture des activités le 17 mars 2014.

Les dividendes payés par Aimia aux résidents canadiens sur les actions ordinaires et privilégiées constituent des « dividendes admissibles » au sens des lois canadiennes de l’impôt.

Prévisions pour 2014

Aimia prévoit en date des présentes que ses résultats pour l’exercice se terminant le 31 décembre 2014 seront les suivants :

2013 Prévisions pour 2014
Facturation brute 2 366,4 M$ Augmentation entre 7 % et 9 % (en devises constantes)1)
BAIIA ajusté 350,5 M$2) Marge du BAIIA ajusté d’environ 12 %1)
Flux de trésorerie disponibles avant versement de dividendes 268,1 M$3) Fourchette cible de 230 M$ à 250 M$1), 4)
Dépenses en immobilisations 54,4 M$ Fourchette d’environ 60 M$ à 70 M$
1) Compte tenu du paiement de 100,0 M$ reçu de la Banque TD le 2 janvier 2014.
2) Représente les chiffres comptabilisés compte non tenu du paiement à la CIBC de 150,0 M$ et de la provision au titre de la migration des cartes de 50,0 M$.
3) Représente les chiffres comptabilisés compte non tenu du paiement à la CIBC de 150,0 M$ et de la taxe de vente harmonisée connexe de 22,5 M$.
4) Compte tenu du montant de 100,0 M$ lié au remboursement d’impôt sur le résultat au titre du report en arrière d’une perte au Canada et du crédit de taxe sur les intrants de 22,5 M$ sur le versement de taxe de vente harmonisée effectué en 2013.

Les prévisions ci-dessus excluent les effets des fluctuations des taux de change et ont été produites à l’aide d’un certain nombre d’hypothèses économiques et de marché, y compris des hypothèses concernant la conjoncture économique des pays dans lesquels la Société exerce ses activités, la concurrence et les lois fiscales applicables aux activités de la Société. La Société tient à rappeler que les hypothèses utilisées pour préparer les prévisions pour 2014, bien qu’elles étaient raisonnables au moment où elles ont été établies, pourraient s’avérer incorrectes ou inexactes. Les prévisions ci-dessus ne tiennent pas compte non plus de l’incidence que pourraient avoir d’éventuels éléments non récurrents ou exceptionnels ou de nouvelles ententes commerciales importantes, cessions, fusions, acquisitions ou autres regroupements d’entreprises ou transactions susceptibles d’être annoncés ou de se produire après le 26 février 2014. L’incidence financière de telles transactions et de tels éléments non récurrents ou exceptionnels peut être complexe et dépend des faits qui se rattachent à chacun d’entre eux. Nous ne pouvons donc décrire l’incidence prévue de façon complète ou la présenter de la manière dont nous connaissons actuellement les risques auxquels sont exposées nos activités. Par conséquent, les résultats réels pourraient différer considérablement de nos attentes énoncées dans le présent communiqué de presse. Les perspectives constituent des énoncés prospectifs au sens des lois sur les valeurs mobilières applicables et doivent être lues parallèlement à la rubrique « Avertissement concernant les énoncés prospectifs ».

Utilisation de mesures non conformes aux PCGR
Afin de mieux comprendre les résultats, les indicateurs suivants sont utilisés :

Résultat avant intérêt, impôt et amortissement ajusté
La direction se sert du BAIIA ajusté en fonction de certains facteurs propres aux activités de la Société, tels que les variations des produits différés et la variation des frais d’échange futurs (le « BAIIA ajusté »), pour évaluer le rendement et mesurer la conformité aux clauses restrictives relatives à la dette. De l’avis de la direction, le BAIIA ajusté aide les investisseurs à comparer le rendement de la Société d’une manière uniforme, sans égard à l’amortissement et aux pertes de valeur du goodwill qui, de par leur nature, sont des éléments hors trésorerie et peuvent varier de façon importante en fonction des méthodes de comptabilisation utilisées et de divers facteurs non opérationnels tels que le coût d’origine. Le BAIIA ajusté tient aussi compte des distributions et des dividendes versés ou à verser par les investissements mis en équivalence.

Le BAIIA ajusté n’est pas une mesure conforme aux PCGR, il ne saurait se substituer au résultat opérationnel ou au résultat net pour mesurer le rendement et il n’est pas comparable aux mesures similaires employées par d’autres émetteurs. Pour un rapprochement avec les PCGR, se reporter au tableau Principales informations et rapprochement du BAIIA, du BAIIA ajusté, du résultat net ajusté et des flux de trésorerie disponibles inclus à l’annexe ci-jointe. Le BAIIA ajusté ne doit pas être utilisé comme mesure exclusive des flux de trésorerie, puisqu’il ne tient compte ni de la croissance du fonds de roulement, ni des dépenses en immobilisations, des remboursements de la dette et d’autres rentrées et sorties de fonds, lesquels sont présentés au tableau des flux de trésorerie.

Résultat net ajusté
Le résultat net ajusté permet d’évaluer la rentabilité d’une manière cohérente avec le BAIIA ajusté. Il correspond au résultat net attribuable aux actionnaires de la Société, ajusté pour exclure l’amortissement des contrats avec des partenaires d’accumulation, des relations clients et de la technologie, la quote-part du résultat net des placements mis en équivalence et les pertes de valeur comptabilisées. Le résultat net ajusté tient compte de la variation des produits différés et de la variation des frais d’échange futurs, déduction faite de l’incidence de l’impôt sur le résultat et de la participation ne donnant pas le contrôle (le cas échéant) dans ces éléments à l’échelle de l’entité. Le résultat net ajusté tient aussi compte des distributions et des dividendes versés ou à verser par les investissements mis en équivalence.

Le résultat net ajusté n’est pas une mesure conforme aux PCGR, il ne saurait se substituer au résultat net pour mesurer la rentabilité et il n’est pas comparable aux mesures similaires employées par d’autres émetteurs. Pour un rapprochement avec les PCGR, se reporter au tableau Principales informations et rapprochement du BAIIA, du BAIIA ajusté, du résultat net ajusté et des flux de trésorerie disponibles inclus à l’annexe ci-jointe.

Flux de trésorerie disponibles normalisés (« Flux de trésorerie disponibles »)
Les flux de trésorerie disponibles sont une mesure non conforme aux PCGR recommandée par l’ICCA en vue d’établir une mesure cohérente et comparable des flux de trésorerie disponibles d’une entité à l’autre à partir des flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles. Cette mesure est utilisée comme indicateur de la solidité et de la performance financière.

Les flux de trésorerie disponibles se définissent comme étant les flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles, comme ils sont comptabilisés selon les PCGR, déduction faite des ajustements pour tenir compte :

a) du total des dépenses en immobilisations inscrit selon les PCGR;
b) des dividendes, quand cela est stipulé, à moins qu’ils ne soient déduits du calcul des flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles.

Pour un rapprochement avec les flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles, se reporter au tableau Principales informations et rapprochement du BAIIA, du BAIIA ajusté, du résultat net ajusté et des flux de trésorerie disponibles inclus à l’annexe ci-jointe.

Le BAIIA et les flux de trésorerie disponibles sont des mesures non conformes aux PCGR recommandées par l’ICCA conformément à sa publication d’octobre 2008, intitulée Améliorer la communication de l’information au moyen de mesures financières hors PCGR – Principes généraux et lignes directrices sur la présentation du BAIIA et des flux de trésorerie disponibles.

Devises constantes
Les taux de change représentent un facteur important dans la compréhension de comparaisons d’une période à l’autre. La présentation de divers indicateurs financiers en devises constantes ou après avoir donné effet à la conversion de devises, en supplément des indicateurs financiers réels, contribue à améliorer la capacité de compréhension des résultats opérationnels et facilite l’évaluation du rendement par rapport aux périodes antérieures. Les informations en devises constantes comparent les résultats entre les périodes, comme si les taux de change n’avaient pas fluctué au cours de la période faisant l’objet de l’analyse. Pour obtenir les résultats en devises constantes, on recalcule les résultats de l’exercice en cours en utilisant les taux de change de l’année précédente. Les résultats calculés en devises constantes devraient se rajouter, et en aucun cas se substituer, aux résultats présentés conformément aux PCGR. Par ailleurs, il se peut que les résultats calculés en devises constantes ne soient pas comparables aux mesures semblables utilisées par d’autres sociétés.

Notes du tableau des faits saillants du quatrième trimestre

1 Les mesures hors PCGR (BAIIA ajusté et flux de trésorerie disponibles) et les devises constantes sont expliquées à la section intitulée « Utilisation de mesures non conformes aux PCGR ». L’arrondissement peut entraîner des écarts dans les variations.
2 Le résultat net et le résultat par action ordinaire ont été ajustés pour tenir compte de l’incidence défavorable du paiement à la CIBC et de la provision au titre de la migration des cartes totalisant 146,9 M$, déduction faite d’un recouvrement d’impôt sur le résultat de 53,1 M$. Le BAIIA ajusté a été ajusté pour tenir compte de l’incidence défavorable du paiement à la CIBC de 150,0 M$ et de la provision au titre de la migration des cartes de 50,0 M$. Les flux de trésorerie disponibles avant versement de dividendes ont été ajustés pour tenir compte du paiement à la CIBC de 150,0 M$ et de la taxe de vente harmonisée connexe de 22,5 M$.
3 L’information financière de 2012 a été retraitée pour rendre compte de l’application rétroactive des modifications apportées à IAS 19. Se reporter à la note 2 des états financiers consolidés d’Aimia pour l’exercice terminé le 31 décembre 2013 pour obtenir de plus amples informations.
4 Les variations en devises constantes sont établies d’après les résultats ajustés de l’exercice terminé le 31 décembre 2013.

 

Téléconférence et webdiffusion pour le quatrième trimestre de 2013 
Aimia tiendra une téléconférence à 8 h HE le jeudi 27 février 2014 pour discuter des résultats financiers du quatrième trimestre de 2013. On peut y participer en composant le 1 888 231‑8191 ou le 647 427-7450, dans la région de Toronto. La téléconférence sera webdiffusée simultanément à l’adresse : http://www.newswire.ca/fr/webcast/detail/1281251/1413547

Une présentation sous forme de diapositives accompagnant la téléconférence sera disponible le soir du 26 février 2014 à l’adresse : http://aimia.com/fr/investors/quarterly-reports.html et une rediffusion de la téléconférence sera disponible pendant les 90 jours qui suivront la diffusion initiale à l’adresse : http://aimia.com/content/aimiawebsite/global/fr/investors/presentations.html.

Les états financiers consolidés audités et le rapport de gestion seront accessibles sur le site Web des Relations avec les investisseurs au : http://aimia.com/fr/investors/quarterly‑reports.html

À propos d’Aimia
Aimia Inc. (« Aimia » ou la « Société ») est un chef de file mondial de la gestion de la fidélisation. Comptant plus de 4 300 employés dans 20 pays, Aimia offre à ses clients, à ses partenaires et à ses membres une expertise avérée pour ce qui est de lancer et de gérer des programmes de fidélisation coalisés, de fournir des services de fidélisation propriétaire, de créer de la valeur grâce à l’analytique de la fidélité et de susciter l’innovation dans les espaces émergents numériques, mobiles et de communication sociale.

Aimia possède et exploite Aéroplan, le programme de fidélisation coalisé par excellence du Canada, Nectar, le plus important programme de fidélisation coalisé du Royaume-Uni, Nectar Italia et Smart Button, un des principaux fournisseurs de solutions de fidélisation fondées sur le modèle libre-service. Aimia détient en outre des participations dans Air Miles Moyen-Orient, Club Premier, le plus important programme de fidélisation coalisé du Mexique, Prismah Fidelidade au Brésil, China Rewards, le premier programme de fidélisation coalisé en Chine qui permet aux membres d’accumuler et d’échanger une monnaie courante, et i2c, coentreprise formée avec Sainsbury’s qui offre des services de connaissances et d’analytique de données aux détaillants et à leurs fournisseurs au Royaume-Uni. Aimia détient aussi une participation minoritaire dans Cardlytics, société américaine fermée dans le domaine du marketing lié aux cartes pour les services bancaires électroniques, et dans Think Big, propriétaire et exploitant de BIG, le programme de fidélisation d’AirAsia et de Tune Group. Aimia est cotée à la Bourse de Toronto (TSX: AIM). Pour obtenir plus de renseignements sur Aimia, veuillez visiter le site www.aimia.com.

Avertissement concernant les énoncés prospectifs
Le présent communiqué de presse contient des énoncés prospectifs. Ces énoncés prospectifs se reconnaissent à l’usage de termes tels que « prévoir », « croire », « pouvoir », « estimer », « s’attendre à », « avoir l’intention de », « planifier », « projeter », parfois employés au futur ou au conditionnel, et à l’emploi d’autres termes semblables, notamment à la mention de certaines hypothèses. Ces énoncés peuvent porter, par exemple, sur des stratégies, des attentes, des activités prévues ou des mesures à venir, mais sans s’y limiter.

De par leur nature, les énoncés prospectifs partent d’hypothèses et sont soumis à d’importants risques et incertitudes. Les prévisions, les prédictions ou les énoncés prospectifs ne sont pas fiables en raison notamment de la nature évolutive des événements externes et des incertitudes auxquelles les activités et la structure de l’entreprise sont soumises en général. La réalité pourra se révéler très différente des résultats exprimés dans les énoncés prospectifs pour de nombreuses raisons, entre autres la dépendance envers les principaux partenaires d’accumulation et les clients, les modifications du programme Aéroplan, l’incapacité de protéger les bases de données et les renseignements personnels des consommateurs, les conflits d’intérêts, un nombre plus élevé que prévu d’échanges contre des primes, la réglementation, la situation de l’économie ou du marché du détail, la concurrence, les problèmes de liquidité d’Air Canada, les perturbations chez Air Canada ou dans l’industrie du voyage, des changements dans le secteur du transport aérien et une hausse des coûts des transporteurs aériens, les coûts d’approvisionnement et de capacité, les frais d’échange futurs non provisionnés, les changements aux programmes de fidélisation coalisés, la nature saisonnière des activités, d’autres facteurs et le rendement antérieur, les activités à l’étranger, les poursuites, la dépendance envers le personnel clé, les relations de travail, le passif au titre des régimes de retraite, les pannes d’équipement électronique et l’incapacité d’utiliser les logiciels tiers, l’incapacité de protéger les droits de propriété intellectuelle, les fluctuations des taux d’intérêt et du change, le niveau d’endettement et clauses restrictives relativement à la dette actuelle et future, l’incertitude des versements de dividendes, la gestion de la croissance, les notations, de même que les autres facteurs précisés dans le présent rapport de gestion et dans les dossiers de divulgation publique d’Aimia déposés auprès des instances de réglementation des valeurs mobilières canadiennes.

Les énoncés prospectifs contenus dans les présentes témoignent des attentes d’Aimia au 26 février 2014 et ils pourraient changer après cette date. Toutefois, Aimia n’a aucunement l’intention ni l’obligation de mettre à jour ou de réviser les énoncés prospectifs, que ce soit en raison d’une nouvelle information, d’un fait nouveau ou pour toute autre raison, sauf si cela est exigé en vertu des règlements en valeurs mobilières applicables.

PRINCIPALES INFORMATIONS ET RAPPROCHEMENT DU BAIIA DU BAIIA AJUSTÉ DU RÉSULTAT NET AJUSTÉ ET DES FLUX DE TRÉSORERIE DISPONIBLES

Exercices terminés les 31 décembre %∆
(en milliers de dollars canadiens sauf l’information sur les actions et les données par action) 2013 2012 (q) 2011 2013 par
rapport à
2012
2012 par
rapport à
2011
Facturation brute 2 366 449 2 243 023 2 233 226 5,5 0,4
Facturation brute au titre de la vente des unités de fidélisation 1 711 376 1 628 429 1 560 801 5,1 4,3
Total des produits des activités ordinaires avant la modification du taux de désistements 2 376 360 2 248 918 2 229 205 5,7 0,9
Modification du taux de désistements (f)(p) (702 812) (113 300) ** **
Total des produits des activités ordinaires (tels que présentés) 1 673 548 2 248 918 2 115 905 (25,6) 6,3
Coût des primes et coûts directs (1 301 795) (g) (1 300 925) (1 332 874) 0,1 (2,4)
Marge brute avant amortissement (a) 371 753 (g) 947 993 783 031 (60,8) 21,1
Amortissement (43 474) (38 425) (36 033) 13,1 6,6
Amortissement des contrats avec des partenaires d’accumulation des relations clients et de la technologie (84 414) (87 234) (93 474) (3,2) (6,7)
Marge brute 243 865 (g) 822 334 653 524 (70,3) 25,8
Charges opérationnelles (908 911) (g)(h)(i) (566 386) (612 548) (i) 60,5 (7,5)
Amortissement des contrats avec des partenaires d’accumulation des relations clients et de la technologie 84 414 87 234 93 474 (3,2) (6,7)
Résultat opérationnel avant amortissement des contrats avec des partenaires d’accumulation des relations clients et de la technologie (580 632) (g)(h)(i) 343 182 134 450 (i) ** **
Amortissement 43 474 38 425 36 033 13,1 6,6
Perte de valeur du goodwill 19 144 53 901 ** **
BAIIA (a)(c) (518 014) (g)(h) 381 607 224 384 ** 70,1
Ajustements :
Variation des produits différés
Facturation brute 2 366 449 2 243 023 2 233 226
Produits des activités ordinaires (1 673 548) (2 248 918) (2 115 905)
Variation des frais d’échange futurs (b) (40 070) (j) 11 640 472
(Variation du nombre net d’unités de fidélisation en cours x coût moyen des primes par unité de fidélisation pour la période)
Distributions de placements mis en équivalence 15 700 15 712
Total partiel des ajustements 668 531 21 457 117 793
BAIIA ajusté (c) 150 517 (g)(h)(j) 403 064 342 177 (62,7) 17,8
Résultat net attribuable aux actionnaires de la Société (498 281) (g)(i)(k)(l)(m) 165 507 (59 678) (i)(p)
Nombre moyen pondéré d’actions 172 514 527 173 015 589 179 146 339
Résultat par action ordinaire (d) (2,95) (g)(i)(k)(l)(m) 0,89 (0,40) (i)(p)
Résultat net attribuable aux actionnaires de la Société (498 281) (g)(i)(k)(l)(m) 165 507 (59 678) (i)(p)
Amortissement des contrats avec des partenaires d’accumulation des relations clients et de la technologie 84 414 87 234 93 474
Quote-part du résultat net des placements mis en équivalence 6 556 (2 917) 4 444
Perte de valeur du goodwill 19 144 53 901
Ajustements du BAIIA ajusté (indiqué plus haut) 668 531 21 457 117 793
Impôts liés aux ajustements (e) (173 245) (196) 6 273
Quote-part de la participation ne donnant pas le contrôle des ajustements ci-haut (3 974) (2 252) (18 042)
Résultat net ajusté (c) 103 145 (g)(l)(m)(n) 268 833 198 165 (61,6) 35,7
Résultat net ajusté par action ordinaire (c)(d) 0,53 (g)(l)(m)(n) 1,49 1,04
Flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles 150 000 (o) 357 443 242 541
Dépenses en immobilisations (54 383) (57 955) (44 919)
Dividendes (126 873) (119 992) (113 481)
Flux de trésorerie disponibles (c) (31 256) (o) 179 496 84 141 ** **
Total de l’actif 5 338 596 5 246 581 4 931 733
Total du passif non courant 2 107 669 1 760 871 1 313 201
Total des dividendes par action privilégiée 1,625 1,625 1,625
Total des dividendes par action ordinaire 0,670 0,630 0,575
a) Compte non tenu de l’amortissement ainsi que de l’amortissement des contrats avec des partenaires d’accumulation des relations clients et de la technologie.
b) Le coût unitaire issu de ce calcul s’applique rétroactivement à toutes les périodes antérieures donnant lieu à une réévaluation du passif au titre des frais d’échange futurs en fonction du dernier coût moyen unitaire disponible.
c) Mesure hors PCGR.
d) Déduction faite des dividendes déclarés sur les actions privilégiées.
e) Les taux d’impôt effectifs correspondant à la charge d’impôt sur le résultat divisée par le résultat avant impôt de la période par entité sont appliqués aux ajustements respectifs de chaque entité notés ci-dessus.
f) L’incidence de la modification apportée au taux de désistements du programme Aéroplan au deuxième trimestre de 2013 a donné lieu à une baisse de 663,6 M$ des produits au titre des unités de fidélisation dont une tranche de 617,0 M$ est attribuable aux exercices antérieurs à 2013 et une tranche de 46,6 M$ au semestre terminé le 30 juin 2013. Pour le troisième trimestre et le quatrième trimestre de 2013 la modification apportée au taux de désistements a entraîné une réduction de 39,2 M$ des produits au titre des unités de fidélisation.
g) Inclut l’incidence favorable de 26,1 M$ (16,4 M£) découlant du jugement définitif dans le cadre du litige concernant la TVA qui a été rendu au deuxième trimestre de 2013. Une tranche de 74,9 M$ (47,0 M£) de ce montant a été portée en réduction du coût des primes et une tranche de 48,8 M$ (30,6 M£) a été ajoutée aux charges opérationnelles.
Avant le jugement définitif Aimia avait comptabilisé un montant de 2,1 M$ (1,4 M£) dans le coût des primes lequel représentait les crédits de taxes sur les intrants accumulés du 1erjanvier 2013 au 31 mars 2013.
h) Inclut l’incidence du paiement à la CIBC de 150,0 M$ et de la provision au titre de la migration des cartes de 50,0 M$.
i) Inclut les pertes de valeur du goodwill de 19,1 M$ et de 53,9 M$ comptabilisées au cours des exercices terminés les 31 décembre 2013 et 2011 respectivement au titre de l’UGT de la fidélisation propriétaire aux États-Unis.
j) La variation des frais d’échange futurs de l’exercice terminé le 31 décembre 2013 inclut l’incidence défavorable découlant de la modification apportée au taux de désistements du programme Aéroplan au deuxième trimestre de 2013 qui s’est chiffrée à 49,9 M$.
k) Inclut l’incidence défavorable découlant de la modification apportée au taux de désistements du programme Aéroplan au deuxième trimestre de 2013 soit 512,6 M$ pour l’exercice terminé le 31 décembre 2013 déduction faite d’un recouvrement d’impôt sur le résultat de 190,2 M$.
l) Inclut l’incidence défavorable attribuable au paiement à la CIBC et à la provision au titre de la migration des cartes totalisant 146,9 M$ déduction faite d’un recouvrement d’impôt sur le résultat de 53,1 M$.
m) Inclut l’incidence favorable du renversement d’intérêts courus comptabilisés antérieurement de 17,3 M$ (10,8 M£) par suite du jugement définitif dans le cadre du litige concernant la TVA qui a été rendu au deuxième trimestre de 2013.
Avant le jugement définitif Aimia avait comptabilisé un montant de 1,1 M$ (0,7 M£) au titre de la charge d’intérêts pour la période du 1er janvier 2013 au 31 mars 2013.
n) Inclut l’incidence défavorable sur la variation des frais d’échange futurs découlant de la modification apportée au taux de désistements du programme Aéroplan au deuxième trimestre de 2013 soit 36,8 M$ pour l’exercice terminé le 31 décembre 2013 déduction faite d’un recouvrement d’impôt sur le résultat de 13,1 M$.
o) Inclut le paiement à la CIBC de 150,0 M$ versé le 27 décembre 2013 à la clôture du contrat d’achat d’actifs et la taxe de vente harmonisée connexe de 22,5 M$.
p) Inclut l’incidence défavorable découlant des modifications apportées aux taux de désistements des programmes Nectar et Air Miles Moyen-Orient qui ont donné lieu à une réduction de 113,3 M$ des produits au titre des unités de fidélisation attribuable aux exercices antérieurs à 2011. Une tranche de 82,0 M$ du montant total des modifications est attribuable au programme Nectar et le solde de 31,3 M$ au programme Air Miles Moyen-Orient.
q) L’information financière de 2012 a été retraitée pour rendre compte de l’application rétroactive des modifications apportées à IAS 19. Se reporter à la note 2 des états financiers consolidés d’Aimia pour l’exercice terminé le 31 décembre 2013 pour obtenir de plus amples informations.
** Information non significative.

Trimestres terminés les 31 décembre %∆
(en milliers de dollars canadiens sauf l’information sur les actions et les données par action) 2013 2012(n) T4
Facturation brute 658 067 615 055 7,0
Facturation brute au titre de la vente des unités de fidélisation 464 673 429 534 8,2
Total des produits des activités ordinaires avant la modification du taux de désistements 706 820 678 179 4,2
Modification du taux de désistements (f) (19 193) **
Total des produits des activités ordinaires (tels que présentés) 687 627 678 179 1,4
Coût des primes et coûts directs (427 407) (412 651) 3,6
Marge brute avant amortissement (a) 260 220 265 528 (2,0)
Amortissement (11 774) (12 013) (2,0)
Amortissement des contrats avec des partenaires d’accumulation des relations clients et de la technologie (23 890) (24 831) (3,8)
Marge brute 224 556 228 684 (1,8)
Charges opérationnelles (400 318) (g)(h) (153 435) **
Amortissement des contrats avec des partenaires d’accumulation des relations clients et de la technologie 23 890 24 831 (3,8)
Résultat opérationnel avant amortissement des contrats avec des partenaires d’accumulation des relations clients et de la technologie (151 872) (g)(h) 100 080 **
Amortissement 11 774 12 013 (2,0)
Perte de valeur du goodwill 19 144 **
BAIIA (a)(c) (120 954) (g) 112 093 **
Ajustements :
Variation des produits différés
Facturation brute 658 067 615 055
Produits des activités ordinaires (687 627) (678 179)
Variation des frais d’échange futurs (b) 34 111 (i) 53 504
(Variation du nombre net d’unités de fidélisation en cours x coût moyen des primes par unité de fidélisation pour la période)
Distributions de placements mis en équivalence 5 313 15 712
Total partiel des ajustements 9 864 6 092
BAIIA ajusté (c) (111 090) (g)(i) 118 185 **
Résultat net attribuable aux actionnaires de la Société (125 592) (h)(j)(k) 56 897
Nombre moyen pondéré d’actions 172 852 768 172 123 799
Résultat par action ordinaire (d) (0,74) (h)(j)(k) 0,31
Résultat net attribuable aux actionnaires de la Société (125 592) (h)(j)(k) 56 897
Amortissement des contrats avec des partenaires d’accumulation des relations clients et de la technologie 23 890 24 831
Quote-part du résultat net des placements mis en équivalence (1 516) 374
Perte de valeur du goodwill 19 144
Ajustements du BAIIA ajusté (indiqué plus haut) 9 864 6 092
Impôts liés aux ajustements (e) (8 171) (1 377)
Quote-part de la participation ne donnant pas le contrôle des ajustements ci-haut (1 041) (889)
Résultat net ajusté (c) (83 422) (k)(l) 85 928 **
Résultat net ajusté par action ordinaire (c)(d) (0,50) (k)(l) 0,48
Flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles (30 243) (m) 100 570
Dépenses en immobilisations (21 858) (23 506)
Dividendes (32 207) (30 374)
Flux de trésorerie disponibles (c) (84 308) (m) 46 690 **
Total de l’actif 5 338 596 5 246 581
Total du passif non courant 2 107 669 1 760 871
Total des dividendes par action privilégiée 0,406 0,406
Total des dividendes par action ordinaire 0,170 0,160
a) Compte non tenu de l’amortissement ainsi que de l’amortissement des contrats avec des partenaires d’accumulation des relations clients et de la technologie.
b) Le coût unitaire issu de ce calcul s’applique rétroactivement à toutes les périodes antérieures donnant lieu à une réévaluation du passif au titre des frais d’échange futurs en fonction du dernier coût moyen unitaire disponible.
c) Mesure hors PCGR.
d) Déduction faite des dividendes déclarés sur les actions privilégiées.
e) Les taux d’impôt effectifs correspondant à la charge d’impôt sur le résultat divisée par le résultat avant impôt de la période par entité sont appliqués aux ajustements respectifs de chaque entité notés ci-dessus.
f) L’incidence de la modification apportée au taux de désistements du programme Aéroplan au deuxième trimestre de 2013 a donné lieu à une baisse de 19,2 M$ des produits au titre des unités de fidélisation pour le trimestre terminé le 31 décembre 2013.
g) Inclut l’incidence du paiement à la CIBC de 150,0 M$ et de la provision au titre de la migration des cartes de 50,0 M$.
h) Inclut une perte de valeur du goodwill de 19,1 M$ comptabilisée au cours du trimestre terminé le 31 décembre 2013 au titre de l’UGT de la fidélisation propriétaire aux États-Unis.
i) La variation des frais d’échange futurs du trimestre terminé le 31 décembre 2013 inclut l’incidence défavorable découlant de la modification apportée au taux de désistements du programme Aéroplan au deuxième trimestre de 2013 qui s’est chiffrée à 12,9 M$.
j) Inclut l’incidence défavorable découlant de la modification apportée au taux de désistements du programme Aéroplan au deuxième trimestre de 2013 soit 14,2 M$ déduction faite d’un recouvrement d’impôt sur le résultat de 5,0 M$.
k) Inclut l’incidence défavorable attribuable au paiement à la CIBC et à la provision au titre de la migration des cartes totalisant 146,9 M$ déduction faite d’un recouvrement d’impôt sur le résultat de 53,1 M$.
l) Inclut l’incidence défavorable sur la variation des frais d’échange futurs découlant de la modification apportée au taux de désistements du programme Aéroplan au deuxième trimestre de 2013 soit 9,5 M$ pour le trimestre terminé le 31 décembre 2013 déduction faite d’un recouvrement d’impôt sur le résultat de 3,4 M$.
m) Inclut le paiement à la CIBC de 150,0 M$ versé le 27 décembre 2013 à la clôture du contrat d’achat d’actifs et la taxe de vente harmonisée connexe de 22,5 M$.
n) L’information financière de 2012 a été retraitée pour rendre compte de l’application rétroactive des modifications apportées à IAS 19. Se reporter à la note 2 des états financiers consolidés d’Aimia pour l’exercice terminé le 31 décembre 2013 pour obtenir de plus amples informations.
** Information non significative.

INFORMATIONS SECTORIELLES

Exercices terminés les 31 décembre
(en milliers de dollars canadiens) 2013 2012(l) 2013 2012 2013 2012 2013 2012 2013 2012 2013 2012(l)
Secteur opérationnel Canada EMOA États-Unis et APAC Siège social(b) Éliminations Données consolidées
Facturation brute 1 300 101 1 292 551 704 120 (c) 639 851 (c) 362 685 (c) 315 205 (c) (457) (4 584) 2 366 449 (c) 2 243 023 (c)
Facturation brute au titre de la vente des unités de fidélisation 1 085 820 1 079 793 625 556 548 636 1 711 376 1 628 429
Produits au titre des unités de fidélisation avant la modification du  taux de désistements 1 096 266 1 109 523 625 307 528 359 1 721 573 1 637 882
Modification du taux de désistements (f) (702 812) (702 812)
Produits au titre des unités de fidélisation (tels que présentés) 393 454 1 109 523 625 307 528 359 1 018 761 1 637 882
Produits au titre des services de fidélisation propriétaire 166 512 158 169 18 531 15 191 362 288 312 337 547 331 485 697
Autres produits des activités ordinaires 47 378 49 731 60 078 75 608 107 456 125 339
Produits intersociétés 17 220 304 237 4 263 (457) (4 584)
Total des produits des activités ordinaires 607 344 1 317 440 704 136 619 462 362 525 316 600 (457) (4 584) 1 673 548 2 248 918
Coût des primes et coûts directs 689 200 693 044 410 900 (i) 438 639 201 695 169 563 (321) 1 301 795 (i) 1 300 925
Marge brute avant amortissement (81 856) 624 396 293 236 (i) 180 823 160 830 147 037 (457) (4 263) 371 753 (i) 947 993
Amortissement (a) 98 762 95 170 16 663 17 005 12 463 13 484 127 888 125 659
Marge brute (180 618) 529 226 276 573 (i) 163 818 148 367 133 553 (457) (4 263) 243 865 (i) 822 334
Charges opérationnelles avant les éléments suivants 438 807 (g) 224 579 195 268 (i) 141 995 164 781 138 277 71 925 53 260 (457) (4 263) 870 324 (g)(i) 553 848
Rémunération fondée sur des actions 19 443 12 538 19 443 12 538
Perte de valeur du goodwill 19 144 19 144
Total des charges opérationnelles 438 807 (g) 224 579 195 268 (i) 141 995 183 925 138 277 91 368 65 798 (457) (4 263) 908 911 (g)(i) 566 386
Résultat opérationnel (619 425) (g) 304 647 81 305 (i) 21 823 (35 558) (4 724) (91 368) (65 798) (665 046) (g)(i) 255 948
BAIIA ajusté (k) 137 664 (g)(h) 396 598 94 000 (i)(j) 49 187 (3 791) 7 365 (77 356) (j) (50 086) (j) 150 517 (g)(h)(i)(j) 403 064 (j)
Dépenses en actifs non courants (d) 33 054 32 269 17 693 18 675 3 636 7 011 2 273 S.O. S.O. 54 383 60 228
Actifs non courants (d) 3 131 097 3 190 837 516 682 (e) 468 782 (e) 78 077 (e) 77 805 (e) 2 244 2 156 S.O. S.O. 3 728 100 (e) 3 739 580 (e)

a) Inclut l’amortissement ainsi que de l’amortissement des contrats avec des partenaires d’accumulation, des relations clients et de la technologie.
b) Inclut les charges qui ne sont pas directement attribuables à un secteur opérationnel. Le siège social inclut également la situation financière et les résultats opérationnels de nos activités en Inde.
c) Inclut la facturation brute aux clients externes de 573,2 M$ au R.-U. et de 227,2 M$ aux États-Unis pour l’exercice terminé le 31 décembre 2013, comparée à une facturation brute aux clients externes de 525,2 M$ au R.-U. et de 191,5 M$ aux États-Unis pour l’exercice terminé le 31 décembre 2012. La répartition de la facturation brute aux clients externes est effectuée selon le pays où résident la responsabilité contractuelle et la responsabilité de gestion du client.
d) Les actifs non courants incluent les montants relatifs au goodwill, aux immobilisations incorporelles et aux immobilisations corporelles.
e) Inclut des actifs non courants de 463,5 M$ au R.-U. et de 69,1 M$ aux États-Unis en date du 31 décembre 2013, comparés à des actifs non courants de 418,2 M$ au R.-U. et de 71,1 M$ aux États-Unis en date du 31 décembre 2012.
f) L’incidence de la modification apportée au taux de désistements du programme Aéroplan au deuxième trimestre de 2013 a donné lieu à une baisse de 663,6 M$ des produits au titre des unités de fidélisation, dont une tranche de 617,0 M$ est attribuable aux exercices antérieurs à 2013 et une tranche de 46,6 M$, au semestre terminé le 30 juin 2013. Pour le troisième trimestre et le quatrième trimestre de 2013, la modification apportée au taux de désistements a entraîné une réduction de 39,2 M$ des produits au titre des unités de fidélisation.
g) Inclut l’incidence du paiement à la CIBC de 150,0 M$ et de la provision au titre de la migration des cartes de 50,0 M$.
h) La variation des frais d’échange futurs de l’exercice terminé le 31 décembre 2013 inclut l’incidence défavorable découlant de la modification apportée au taux de désistements du programme Aéroplan au deuxième trimestre de 2013, qui s’est chiffrée à 49,9 M$.
i) Inclut l’incidence favorable de 26,1 M$ (16,4 M£) découlant du jugement définitif dans le cadre du litige concernant la TVA qui a été rendu au deuxième trimestre de 2013. Une tranche de 74,9 M$ (47,0 M£) de ce montant a été portée en réduction du coût des primes et une tranche de 48,8 M$ (30,6 M£) a été ajoutée aux charges opérationnelles.
Avant le jugement définitif, Aimia avait comptabilisé un montant de 2,1 M$ (1,4 M£) dans le coût des primes, lequel représentait les crédits de taxes sur les intrants accumulés du 1erjanvier 2013 au 31 mars 2013.
j) Le BAIIA ajusté inclut les distributions reçues ou à recevoir des placements mis en équivalence totalisant 15,7 M$ pour l’exercice terminé le 31 décembre 2013, dont une tranche de 14,0 M$ se rapporte à PLM et est prise en compte dans le secteur Siège social et une tranche de 1,7 M$ se rapporte à i2c et est prise en compte dans la région EMOA. Le BAIIA ajusté de l’exercice terminé le 31 décembre 2012 inclut une distribution de 15,7 M$ reçue de PLM qui a été prise en compte dans le secteur Siège social.
k) Mesure hors PCGR.
l) L’information financière de 2012 a été retraitée pour rendre compte de l’application rétroactive des modifications apportées à IAS 19. Se reporter à la note 2 des états financiers consolidés d’Aimia pour l’exercice terminé le 31 décembre 2013 pour obtenir de plus amples informations.

Trimestres terminés les 31 décembre
(en milliers de dollars canadiens) 2013 2012(k) 2013 2012 2013 2012 2013 2012 2013 2012 2013 2012(k)
Secteur opérationnel Canada EMOA É.-U. et APAC Siège social(b) Éliminations Données consolidées
Facturation brute 347 049 336 232 200 046 (c) 177 586 (c) 111 020 (c) 102 265 (c) (48) (1 028) 658 067 (c) 615 055 (c)
Facturation brute au titre de la vente des unités de fidélisation 289 388 278 780 175 285 150 754 464 673 429 534
Produits au titre des unités de fidélisation avant la modification du  taux de désistements 244 609 267 678 271 069 223 728 515 678 491 406
Modification du taux de désistements (f) (19 193) (19 193)
Produits au titre des unités de fidélisation (tels que présentés) 225 416 267 678 271 069 223 728 496 485 491 406
Produits au titre des services de fidélisation propriétaire 45 905 45 314 5 969 4 276 109 010 101 858 160 884 151 448
Autres produits des activités ordinaires 11 496 12 546 18 762 22 779 30 258 35 325
Produits intersociétés 5 48 48 975 (48) (1 028)
Total des produits des activités ordinaires 282 817 325 543 295 848 250 831 109 010 102 833 (48) (1 028) 687 627 678 179
Coût des primes et coûts directs 155 836 172 597 210 259 182 578 61 312 57 529 (53) 427 407 412 651
Marge brute avant amortissement 126 981 152 946 85 589 68 253 47 698 45 304 (48) (975) 260 220 265 528
Amortissement (a) 26 812 25 257 4 745 4 881 4 107 6 706 35 664 36 844
Marge brute 100 169 127 689 80 844 63 372 43 591 38 598 (48) (975) 224 556 228 684
Charges opérationnelles avant les éléments suivants 272 883 (g) 58 796 38 699 36 910 41 219 38 018 22 573 18 172 (48) (975) 375 326 (g) 150 921
Rémunération fondée sur des actions 5 848 2 514 5 848 2 514
Perte de valeur du goodwill 19 144 19 144
Total des charges opérationnelles 272 883 (g) 58 796 38 699 36 910 60 363 38 018 28 421 20 686 (48) (975) 400 318 (g) 153 435
Résultat opérationnel (172 714) (g) 68 893 42 145 26 462 (16 772) 580 (28 421) (20 686) (175 762) (g) 75 249
BAIIA ajusté (j) (114 962) (g)(h) 100 428 20 179 (i) 16 013 8 489 6 718 (24 796) (i) (4 974) (i) (111 090) (g)(h)(i) 118 185 (i)
Dépenses en actifs non courants (d) 13 967 12 351 6 017 8 964 1 874 2 191 S.O. S.O. 21 858 23 506
Actifs non courants (d) 3 131 097 3 190 837 516 682 (e) 468 782 (e) 78 077 (e) 77 805 (e) 2 244 2 156 S.O. S.O. 3 728 100 (e) 3 739 580 (e)

a) Inclut l’amortissement ainsi que l’amortissement des contrats avec des partenaires d’accumulation des relations clients et de la technologie.
b) Inclut les charges qui ne sont pas directement attribuables à un secteur opérationnel. Le siège social inclut également la situation financière et les résultats opérationnels de nos activités en Inde.
c) Inclut la facturation brute aux clients externes de 170,3 M$ au R.-U. et de 68,5 M$ aux États-Unis pour le trimestre terminé le 31 décembre 2013 comparée à une facturation brute aux clients externes de 148,4 M$ au R.-U. et de 67,0 M$ aux États-Unis pour le trimestre terminé le 31 décembre 2012. La répartition de la facturation brute aux clients externes est effectuée selon le pays où résident la responsabilité contractuelle et la responsabilité de gestion du client.
d) Les actifs non courants incluent les montants relatifs au goodwill aux immobilisations incorporelles et aux immobilisations corporelles.
e) Inclut des actifs non courants de 463,5 M$ au R.-U. et de 69,1 M$ aux États-Unis en date du 31 décembre 2013 comparés à des actifs non courants de 418,2 M$ au R.-U. et de 71,1 M$ aux États-Unis en date du 31 décembre 2012.
f) L’incidence de la modification apportée au taux de désistements du programme Aéroplan au deuxième trimestre de 2013 a donné lieu à une baisse de 19,2 M$ des produits au titre des unités de fidélisation pour le trimestre terminé le 31 décembre 2013.
g) Inclut l’incidence du paiement à la CIBC de 150,0 M$ et de la provision au titre de la migration des cartes de 50,0 M$.
h) La variation des frais d’échange futurs du trimestre terminé le 31 décembre 2013 inclut l’incidence défavorable découlant de la modification apportée au taux de désistements du programme Aéroplan au deuxième trimestre de 2013 qui s’est chiffrée à 12,9 M$.
i) Le BAIIA ajusté inclut les distributions reçues ou à recevoir des placements mis en équivalence totalisant 5,3 M$ pour le trimestre terminé le 31 décembre 2013 dont une tranche de 3,6 M$ se rapporte à PLM et est prise en compte dans le secteur Siège social et une tranche de 1,7 M$ se rapporte à i2c et est prise en compte dans la région EMOA. Le BAIIA ajusté du trimestre terminé le 31 décembre 2012 inclut une distribution de 15,7 M$ reçue de PLM qui a été prise en compte dans le secteur Siège social.
j) Mesure hors PCGR.
k) L’information financière de 2012 a été retraitée pour rendre compte de l’application rétroactive des modifications apportées à IAS 19. Se reporter à la note 2 des états financiers consolidés d’Aimia pour l’exercice terminé le 31 décembre 2013 pour obtenir de plus amples informations.

 

SOURCE AIMIA

Médias
Krista Pawley
416 352-3794
krista.pawley@aimia.com

Analystes et investisseurs

Karen Keyes
416 352-3728
karen.keyes@aimia.com