Aimia annonce ses résultats pour le deuxième trimester 2013

////Aimia annonce ses résultats pour le deuxième trimester 2013
Aimia annonce ses résultats pour le deuxième trimester 2013 2017-12-06T20:32:38+00:00
12.08.2013

Les prévisions consolidées concernant la facturation brute et les flux de trésorerie disponibles pour l’exercice complet sont confirmées
La transformation d’Aéroplan est en cours avec le lancement de Distinction et la confirmation de la TD comme partenaire de cartes financières Aéroplan à compter du 1er janvier 2014 

  • Facturation brute de 570,5 M$ pour le deuxième trimestre, en hausse de 2,9 % par rapport à la période correspondante de 2012; progression de 3,7 % de la facturation brute en cumul annuel jusqu’à ce jour
  • BAIIA ajusté de 102,0 M$ au deuxième trimestre inchangé par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent
  • BAIIA ajusté qui reflète l’incidence favorable du jugement définitif dans le cadre du litige concernant la TVA au R.-U. et la modification apportée au taux de désistements du programme Aéroplan
  • Transformation d’Aéroplan en cours avec le lancement de Distinction et confirmation du Groupe Banque TD (« TD ») à titre de partenaire de cartes financières à compter du 1er janvier 2014
  • Confirmation des prévisions pour 2013 d’une croissance de la facturation brute entre 3 % et 5 % et de flux de trésorerie disponibles (avant versement de dividendes) entre 255 M$ et 275 M$
  • Prévisions révisées pour 2013 du BAIIA ajusté qui reflètent les attentes actuelles en ce qui a trait à la facturation brute au Canada et une hausse des frais de commercialisation pour le reste de l’exercice
FAITS SAILLANTS DU DEUXIÈME TRIMESTRE1 Trimestres terminés les 30 juin Comparé au même trimestre de 
l’exercice précédent
(en millions de dollars canadiens,
sauf les données par action)
2013 2013 2012 3 Variation en %
  Ajustés 2 Tels que 
présentés
Tels que 
présentés
Ajustés 2 Devises 
constantes 4
Tels que 
présentés
Facturation brute 570,5 570,5 554,3 2,9 3,1 2,9
Total des produits des activités ordinaires 540,3 (123,3) 504,2 7,1 7,2  **
Résultat net 25,2 (415,2) 35,0 (28,1)  **  **
Résultat net par action ordinaire 0,13 (2,43) 0,19 (31,6)  **  **
BAIIA ajusté 100,2 102,0 102,1 (1,9) (1,4) (0,2)
Flux de trésorerie disponibles avant versement de dividendes 88,7 88,7 74,2 19,5  ** 19,5
** Information non significative.
1 Voir la rubrique intitulée Utilisation de mesures non conformes aux PCGR pour des renseignements supplémentaires concernant les mesures hors PCGR (BAIIA ajusté et flux de trésorerie disponibles) et les devises constantes. L’arrondissement peut entraîner des écarts dans les variations.
2 Les ajustements apportés aux résultats présentés au 30 juin 2013 sont expliqués sous la rubrique intitulée « Notes afférentes au tableau ».
3 Les informations financières de 2012 ont été retraitées pour refléter l’application rétroactive des modifications apportées à IAS 19. Se reporter à la note 2 des états financiers consolidés d’Aimia pour la période terminée le 30 juin 2013 pour obtenir de plus amples informations.
4 Les variations en devises constantes sont fondées sur les résultats ajustés de 2013.

MONTRÉAL, le 12 août 2013 /CNW Telbec/ – (TSX: AIM) Aimia a annoncé aujourd’hui ses résultats financiers du deuxième trimestre et du semestre terminés le 30 juin 2013. Toutes les données financières sont présentées en dollars canadiens, sauf indication contraire.

Rupert Duchesne, chef de la direction du groupe, a déclaré :

« Nous sommes ravis d’avoir confirmé aujourd’hui que la TD deviendra notre partenaire de cartes financières à compter du 1er janvier 2014. Il s’agit d’un élément fondamental, de concert avec le lancement de Distinction, de la transformation à long terme d’Aéroplan. Ces changements ajouteront de la valeur pour tous nos partenaires, y compris Air Canada, et assureront à long terme la croissance au niveau du marché du portefeuille de cartes financières de notre entreprise au Canada. Bien que rien ne puisse garantir que nos discussions en cours avec la CIBC et la TD aboutiront, la conclusion d’une entente serait positive pour les membres d’Aéroplan qui nous ont suivis, depuis 22 ans, tout au long de notre relation avec la CIBC. Pour les deux banques, la conclusion de cette entente leur permettrait d’obtenir une position avantageuse grâce à un programme transformé qui, nous en sommes convaincus, entraînera une participation accrue de consommateurs canadiens de premier plan et une augmentation de la part de marché parmi ces consommateurs.»

« Outre une performance financière solide dans l’ensemble pour le trimestre, les faits nouveaux importants des dernières semaines comprennent également des décisions favorables du Bureau de la concurrence du Canada et de la Cour suprême du Royaume-Uni, ainsi que l’acquisition de Smart Button, laquelle ajoute des ressources innovatrices à notre gamme de produits de fidélisation en plus d’accroître notre présence auprès des clients américains. »

Faits saillants du deuxième trimestre, (comparaison des périodes terminées les 30 juin 2013 et 2012) sauf indication contraire

Consolidé – Croissance de la facturation brute conforme aux prévisions pour l’exercice complet; BAIIA ajusté inchangé par rapport à 2012

  • La facturation brute du deuxième trimestre de 2013 s’est élevée à 570,5 M$, soit une hausse de 2,9 %, ou de 3,1 % en devises constantes, par rapport au deuxième trimestre de 2012, portant la facturation brute pour le premier semestre de 2013 à 1 131,7 M$, soit une hausse de 3,7 %, ou de 3,9 % en devises constantes, par rapport à 2012.
  • À la suite de la forte croissance au premier trimestre de 2013, la facturation brute au titre de la vente des unités de fidélisation s’est chiffrée à 414,2 M$, stable par rapport au deuxième trimestre de l’exercice précédent.
  • Le BAIIA ajusté pour le deuxième trimestre est également demeuré inchangé par rapport à l’exercice précédent, à 102,0 M$. Cette valeur tient compte de l’incidence de la modification apportée au taux de désistements du programme Aéroplan au Canada de 24,8 M$ et de l’incidence favorable du jugement définitif dans le cadre du litige concernant la TVA au R.-U. de 26,6 M$. Le BAIIA ajusté du trimestre tient également compte d’une distribution de 6,9 M$ reçue de PLM. En cumul annuel jusqu’à ce jour, le BAIIA ajusté s’élève à 184,0 M$, soit une baisse de 3,3 % par rapport à 2012.

Canada – Résultats du trimestre qui reflètent l’incidence de la modification apportée au taux de désistements du programme Aéroplan

  • La facturation brute du deuxième trimestre s’est établie à 324,8 M$, contre 332,0 M$ pour le deuxième trimestre de 2012, soit une baisse de 2,2 %; en cumul annuel jusqu’à ce jour, la facturation brute a diminué de 2,1 % pour se chiffrer à 631,9 M$.
  • La facturation brute au titre de la vente des unités de fidélisation a diminué de 2,4 %, en raison surtout de l’incidence continue des changements apportés à la grille d’accumulation d’Air Canada et d’un repli du secteur des services financiers attribuable à la diminution des dépenses de consommation moyennes et aux conversions accrues de programmes de partenaires au cours de l’exercice précédent.
  • Le BAIIA ajusté s’est établi à 77,9 M$ pour le deuxième trimestre, soit une diminution de 26,8 % par rapport à 106,5 M$ pour la période correspondante de l’exercice précédent. Cette baisse découle de l’ajustement de 24,8 M$ attribuable au nouveau taux de désistements du programme Aéroplan en vigueur au deuxième trimestre. Le BAIIA ajusté de l’exercice précédent comprenait une contrepartie reçue d’Air Canada de 5,5 M$ se rapportant aux prestations de retraite.
  • Compte non tenu de l’incidence de la modification apportée au taux de désistements, le BAIIA ajusté s’est élevé à 102,7 M$ ou à 31,6 % (en pourcentage de la facturation brute).
  • Le nombre de milles Aéroplan échangés a augmenté de 4,6 % pour atteindre 18,3 milliards du fait du grand nombre d’échanges contre des primes-voyages, tandis que les émissions ont diminué de 4,5 % par rapport à l’exercice précédent.

Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMOA) – Un BAIIA ajusté solide malgré le ralentissement attendu de la facturation brute au deuxième trimestre

  • La facturation brute du deuxième trimestre de 2013 s’est élevée à 161,3 M$, soit une hausse de 2,3 % ou de 3,4 % en devises constantes par rapport à la période correspondante de 2012. En cumul annuel jusqu’à ce jour, la facturation brute se chiffre à 335,0 M$, soit une hausse de 11,1 % ou de 11,9 % en devises constantes par rapport à la période correspondante de 2012.
  • L’augmentation de la facturation brute pour le trimestre résulte principalement de l’émission d’unités de fidélisation dans le cadre du programme Nectar UK, attribuable au secteur des épiceries et à la facturation des partenaires d’accumulation ajoutés en 2012.
  • Les autres éléments de facturation brute ont baissé de 3,2 M$ pour le trimestre comparativement à la période correspondante de 2012, étant donné qu’une part importante de la facturation brute d’ISS est désormais présentée au sein de la coentreprise i2c. Cette diminution a été essentiellement compensée par la croissance de la facturation brute tirée des activités internationales d’ISS.
  • Le BAIIA ajusté s’est établi à 42,7 M$ pour le trimestre, soit une augmentation de 30,4 M$, dont une tranche de 26,6 M$ est attribuable à l’incidence favorable du jugement définitif dans le cadre du litige concernant la TVA au R.-U. Le BAIIA ajusté du premier semestre s’est chiffré à 60,3 M$, soit une hausse de 44,5 M$ par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent.
  • Le nombre de points Nectar UK émis au cours du trimestre a augmenté de 7,7 % par rapport à la période correspondante de 2012 expliqué par l’augmentation des émissions liées au nouveau commanditaire eBay ainsi qu’à Sainsbury’s et à Homebase. Les échanges au sein du programme Nectar UK se sont accrus de 9,6 % au cours du trimestre, par suite surtout de la croissance du nombre de points Nectar en circulation.
  • Nectar Italia a continué d’afficher de faibles statistiques d’accumulation et d’échanges (baisses respectives de 11,6 % et de 14,4 % par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent) dans une conjoncture de marché qui reste difficile, mais le nombre total d’adhérents a atteint 10,4 millions dans le trimestre.
  • Au Moyen-Orient, l’accumulation est restée solide, affichant une hausse de 27,8 % par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent. Les échanges ont diminué au deuxième trimestre après un niveau d’activité important au premier trimestre de 2013.

États-Unis et Asie-Pacifique – Augmentation de la facturation brute pour le trimestre avec des investissements continus engagés afin de soutenir la croissance future

  • La facturation brute du deuxième trimestre s’est élevée à 84,5 M$, soit une hausse de 28,7 % ou de 27,5 % en devises constantes par rapport à la période correspondante de 2012. En cumul annuel jusqu’à ce jour, la facturation brute a progressé de 12,6 % pour atteindre 165,1 M$.
  • La facturation brute au titre d’Excellence in Motivation (EIM), dont l’acquisition a été conclue le 24 septembre 2012, a représenté 11,4 M$ au deuxième trimestre.
  • Le BAIIA ajusté s’est établi à (6,2) M$, en regard d’un BAIIA ajusté de (0,5) M$ pour le trimestre correspondant de 2012, et le BAIIA ajusté du premier semestre s’est chiffré à (9,9) M$, contre 1,4 M$ pour la période correspondante de 2012.
  • Des frais de démarrage ont continué d’être engagés dans la région de l’APAC au cours du trimestre en prévision du déploiement d’une technologie et d’une plateforme de distribution des primes pour la Standard Chartered Bank plus tard en 2013, tandis que des coûts d’intégration d’EIM et une charge de rémunération différée ainsi que des coûts liés au développement des affaires ont continué d’être engagés aux États-Unis afin de soutenir la croissance future.

Flux de trésorerie et situation de trésorerie
Au 30 juin 2013, Aimia disposait de 499,4 M$ en trésorerie et équivalents de trésorerie, de 30,6 M$ en liquidités soumises à des restrictions, de 23,1 M$ en placements à court terme et de 311,9 M$ en placements à long terme dans des obligations, soit un total de 865,0 M$.

Les flux de trésorerie disponibles d’Aimia (avant versement de dividendes) ont augmenté de 14,5 M$ pour atteindre 88,7 M$ pour le deuxième trimestre de 2013, comparativement à 74,2 M$ pour le deuxième trimestre de 2012. Un montant de 6,9 M$ provenait de la distribution reçue de PLM au deuxième trimestre de 2012. En cumul annuel jusqu’à ce jour, les flux de trésorerie disponibles (avant versement de dividendes) se chiffrent à 79,1 M$.

Dividendes déclarés
Actions ordinaires 
Le conseil d’administration a déclaré un dividende trimestriel de 0,17 $ l’action ordinaire, payable le 30 septembre 2013 aux actionnaires enregistrés à la clôture des activités le 16 septembre 2013.

Actions privilégiées
Le conseil d’administration a également déclaré un dividende trimestriel de 0,40625 $ l’action privilégiée à taux rajusté et à dividende cumulatif de série 1, payable le 30 septembre 2013 aux détenteurs inscrits à la clôture des activités le 16 septembre 2013.

Les dividendes payés par Aimia aux résidents canadiens sur les actions ordinaires et privilégiées constituent des « dividendes admissibles » au sens des lois canadiennes de l’impôt.

Perspectives pour 2013

Compte tenu des ajustements financiers présentés dans le communiqué annonçant la transformation du programme Aéroplan qui a été publié le 27 juin 2013 et des attentes actuelles de la Société concernant ses activités, Aimia a révisé ses prévisions annuelles pour 2013.

Tel qu’il est indiqué dans le communiqué de presse du 12 août 2013, qui faisait le point sur notre entente de carte financière, Aimia poursuit actuellement des discussions avec la TD et la CIBC au sujet d’un cadre général aux termes duquel la CIBC conserverait des cartes détenues par ses clients bancaires existants et la TD acquerrait les cartes restantes. Rien ne garantit que les parties en arriveront à une entente. Aimia ne s’attend pas à un changement important des perspectives pour 2013 advenant la conclusion d’une entente; toutefois, elle fournira des informations supplémentaires si la conclusion d’une entente entraîne des modifications des perspectives.

Aimia prévoit en date des présentes que ses résultats pour l’exercice se terminant le 31 décembre 2013 seront les suivants :

Perspectives consolidées
Résultats réels de 2012 Prévisions initiales (en date du 27 février 2013) Fourchette cible révisée pour 2013
Facturation brute 2 243,0 M$ Croissance de 3 % à 5 % Aucune modification
BAIIA ajusté 402,6 M$ Environ 425 M$ Environ 375 M$

Cette mise à jour reflète :

  • une réduction de 50 M$ qui rend compte de l’incidence pour l’exercice complet du taux de désistements d’Aéroplan moins élevé énoncé le 27 juin 2013
  • une réduction de 25 M$ liée au calendrier de déploiement d’une nouvelle activité dans la région É.-U. et APAC, de la diminution de la facturation brute au Canada et des frais de commercialisation dont l’engagement est maintenant prévu au deuxième semestre de 2013 aux fins de la promotion du lancement du programme Distinction.

Facteurs atténués par :

  • une économie d’environ 25 M$ découlant du jugement relatif à la TVA au R.-U.
Flux de trésorerie disponibles avant dividendes 299,5 M$ De 255 M$ à 275 M$ Aucune modification
Dépenses en immobilisations 58,0 M$ Environ 70 M$ Aucune modification
Impôts Taux d’impôts sur le résultat de 26,2 % au Canada Le taux d’impôts d’Aimia pour 2013 devrait atteindre approximativement 27 % au Canada. La Société ne s’attend pas à ce que ses autres activités à l’étranger donnent lieu à d’importants impôts en trésorerie. Même si le taux d’impôts d’Aimia pour 2013 devrait atteindre approximativement 27 % au Canada, la Société ne prévoit pas devoir faire d’autres versements d’impôts en trésorerie en 2013 du fait de la réalisation des pertes fiscales découlant de l’incidence de la modification apportée au taux de désistements sur le résultat net d’environ 664 M$ qui est décrite précédemment. La Société ne s’attend pas à ce que ses autres activités à l’étranger donnent lieu à d’importants impôts en trésorerie.
Perspectives de croissance de la facturation brute par secteur d’activité
Résultats réels de 2012 Fourchette cible initiale pour 2013 (en date du 27 février 2013) Fourchette cible révisée pour 2013
Canada 1 292,6 M$ De 1 % à 3 % À l’extrémité inférieure de la fourchette de 1 % à 3 %
EMOA 639,9 M$ De 5 % à 7 % Aucune modification
É.-U. et APAC 315,2 M$ Plus de 5 % Aucune modification

Les prévisions ci-dessus excluent les effets des fluctuations des taux de change et ont été produites à l’aide d’un certain nombre d’hypothèses économiques et de marché, y compris des hypothèses concernant la conjoncture économique des pays dans lesquels la Société exerce ses activités, la concurrence et les lois fiscales applicables aux activités de la Société. La Société tient à rappeler que les hypothèses utilisées pour préparer les prévisions pour 2013, bien qu’elles étaient raisonnables au moment où elles ont été établies, pourraient s’avérer incorrectes ou inexactes. Les prévisions ci-dessus ne tiennent pas compte non plus de l’incidence que pourraient avoir d’éventuels éléments non récurrents ou exceptionnels ou de nouvelles ententes commerciales importantes, cessions, fusions, acquisitions ou autres regroupements d’entreprises ou transactions susceptibles d’être annoncés ou de se produire après le 12 août 2013. L’incidence financière de telles transactions et de tels éléments non récurrents ou exceptionnels peut être complexe et dépend des faits qui se rattachent à chacun d’entre eux. Nous ne pouvons donc décrire l’incidence prévue de façon complète ou la présenter de la manière dont nous présentons les risques connus auxquels sont exposées nos activités. Par conséquent, les résultats réels pourraient différer considérablement de nos attentes énoncées dans le présent communiqué de presse. Les perspectives constituent des énoncés prospectifs au sens des lois sur les valeurs mobilières applicables et doivent être lues parallèlement à la rubrique « Avertissement concernant les énoncés prospectifs ».

Utilisation de mesures non conformes aux PCGR
Afin de mieux comprendre les résultats, les indicateurs suivants sont utilisés :

Résultat avant intérêt, impôts et amortissement ajusté
La direction se sert du BAIIA ajusté en fonction de certains facteurs propres aux activités de la Société, tels que les variations des produits différés et la variation des frais d’échange futurs (le « BAIIA ajusté »), pour évaluer le rendement et mesurer la conformité aux clauses restrictives relatives à la dette. De l’avis de la direction, le BAIIA ajusté aide les investisseurs à comparer le rendement de la Société d’une manière uniforme, sans égard à l’amortissement qui, de par sa nature, est un élément hors trésorerie et peut varier de façon importante en fonction des méthodes de comptabilisation utilisées et de divers facteurs non opérationnels tels que le coût d’origine. Le BAIIA ajusté tient aussi compte des distributions et des dividendes versés par les investissements mis en équivalence.

Le BAIIA ajusté n’est pas une mesure conforme aux PCGR, il ne saurait se substituer au résultat opérationnel ou au résultat net pour mesurer le rendement et il n’est pas comparable aux mesures similaires employées par d’autres émetteurs. Pour un rapprochement avec les PCGR, se reporter au tableau Sommaire des résultats opérationnels consolidés et rapprochement du BAIIA, du BAIIA ajusté, du résultat net ajusté et des flux de trésorerie disponibles inclus à l’annexe ci-jointe. Le BAIIA ajusté ne doit pas être utilisé comme mesure exclusive des flux de trésorerie, puisqu’il ne tient compte ni de la croissance du fonds de roulement, ni des dépenses en immobilisations, des remboursements de la dette et d’autres rentrées et sorties de fonds, lesquels sont présentés au tableau des flux de trésorerie.

Résultat net ajusté
Le résultat net ajusté permet d’évaluer la rentabilité d’une manière cohérente avec le BAIIA ajusté. Il correspond au résultat net attribuable aux actionnaires de la Société, ajusté pour exclure l’amortissement des contrats avec des partenaires d’accumulation, des relations clients et de la technologie, la quote-part du résultat net des placements mis en équivalence et les pertes de valeur comptabilisées. Le résultat net ajusté tient compte de la variation des produits différés et de la variation des frais d’échange futurs, déduction faite de l’incidence des impôts sur le résultat et de la participation ne donnant pas le contrôle (le cas échéant) dans ces éléments à l’échelle de l’entité. Le résultat net ajusté tient aussi compte des distributions et des dividendes versés par les investissements mis en équivalence.

Le résultat net ajusté n’est pas une mesure conforme aux PCGR, il ne saurait se substituer au résultat net pour mesurer la rentabilité et il n’est pas comparable aux mesures similaires employées par d’autres émetteurs. Pour un rapprochement avec les PCGR, se reporter au tableau Sommaire des résultats opérationnels consolidés et rapprochement du BAIIA, du BAIIA ajusté, du résultat net ajusté et des flux de trésorerie disponibles inclus à l’annexe ci-jointe.

Flux de trésorerie disponibles normalisés (« Flux de trésorerie disponibles »)
Les flux de trésorerie disponibles sont une mesure non conforme aux PCGR recommandée par l’ICCA en vue d’établir une mesure cohérente et comparable des flux de trésorerie disponibles d’une entité à l’autre à partir des flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles. Cette mesure est utilisée comme indicateur de la solidité et de la performance financière.

Les flux de trésorerie disponibles se définissent comme étant les flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles, comme ils sont comptabilisés selon les PCGR, déduction faite des ajustements pour tenir compte :

a) du total des dépenses en immobilisations inscrit selon les PCGR;
b) des dividendes, quand cela est stipulé, à moins qu’ils ne soient déduits du calcul des flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles.

Pour un rapprochement avec les flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles, se reporter au tableau Sommaire des résultats opérationnels consolidés et rapprochement du BAIIA, du BAIIA ajusté, du résultat net ajusté et des flux de trésorerie disponibles inclus à l’annexe ci-jointe.

Le BAIIA et les flux de trésorerie disponibles sont des mesures non conformes aux PCGR recommandées par l’ICCA conformément à sa publication d’octobre 2008, intitulée Améliorer la communication de l’information au moyen de mesures financières hors PCGR – Principes généraux et lignes directrices sur la présentation du BAIIA et des flux de trésorerie disponibles.

Devises constantes
Les taux de change représentent un facteur important dans la compréhension de comparaisons d’une période à l’autre. La présentation de divers indicateurs financiers en devises constantes ou après avoir donné effet à la conversion de devises, en supplément des indicateurs financiers réels, contribue à améliorer la capacité de compréhension des résultats opérationnels et facilite l’évaluation du rendement par rapport aux périodes antérieures. Les informations en devises constantes comparent les résultats entre les périodes, comme si les taux de change n’avaient pas fluctué au cours de la période faisant l’objet de l’analyse. Pour obtenir les résultats en devises constantes, on recalcule les résultats de l’exercice en cours en utilisant les taux de change de l’année précédente. Les résultats calculés en devises constantes devraient se rajouter, et en aucun cas se substituer, aux résultats présentés conformément aux PCGR. Par ailleurs, il se peut que les résultats calculés en devises constantes ne soient pas comparables aux mesures semblables utilisées par d’autres sociétés.

Notes afférentes au tableau

Les chiffres de 2013 présentés dans la colonne « Ajustés » du tableau à la page 1 rendent compte de ce qui suit :

  • Le total des produits des activités ordinaires exclut l’incidence de la modification apportée au taux de désistements du programme Aéroplan qui s’est traduite par une réduction de 663,6 M$ des produits des activités ordinaires.
  • Le résultat net et le résultat par action ordinaire excluent l’incidence de la modification apportée au taux de désistements du programme Aéroplan qui s’est traduite par une réduction de 663,6 M$ des produits des activités ordinaires, atténuée par un recouvrement d’impôts sur le résultat de 179,8 M$ ainsi que par l’incidence favorable de 26,1 M$ (16,4 M£) sur le résultat opérationnel et le renversement d’intérêts courus comptabilisés antérieurement de 17,3 M$ (10,8 M£) découlant du jugement définitif dans le cadre du litige concernant la TVA.
  • Le BAIIA ajusté exclut l’incidence défavorable de 24,8 M$ sur la variation des frais d’échange futurs découlant de la modification apportée au taux de désistements du programme Aéroplan, ainsi que l’incidence favorable de 26,6 M$ (16,7 M£) découlant du jugement définitif dans le cadre du litige concernant la TVA qui inclut l’impact favorable de 0,5 M$ (0,3 M£) sur la variation des frais d’échange futurs.

Téléconférence et webdiffusion pour le deuxième trimestre de 2013
Aimia tiendra une téléconférence à 8 h HE le mardi 13 août 2013 pour discuter des résultats financiers du deuxième trimestre de 2013. On peut y participer en composant le 1 888 231-8191 (sans frais) ou le 647 427-7450, dans la région de Toronto. La téléconférence sera webdiffusée simultanément à l’adresse : http://www.newswire.ca/fr/webcast/detail/1059057/1151301

Une présentation sous forme de diapositives accompagnant la téléconférence sera disponible le soir du lundi 12 août 2013 à l’adresse : http://www.aimia.com/French/Investisseurs/Rapports-financiers/Rapports-trimestriels/default.aspx et une rediffusion de la téléconférence sera disponible pendant les 90 jours qui suivront la diffusion initiale à l’adresse : http://www.aimia.com/French/Investisseurs/Presentations-et-evenements/Evenements/default.aspx.

Les états financiers consolidés audités et le rapport de gestion seront accessibles sur le site Web des Relations avec les investisseurs au : http://www.aimia.com/French/Investisseurs/Rapports-financiers/Rapports-trimestriels/default.aspx.

Renseignements supplémentaires
Une annonce distincte rendue publique aujourd’hui, disponible sur notre site Web, confirme que la TD deviendra le partenaire de carte de crédit financière d’Aéroplan à compter du 1erjanvier 2014 et fait le point sur les discussions en cours entre Aimia, la TD et la CIBC au sujet d’un cadre général aux termes duquel la CIBC conserverait des cartes détenues par ses clients bancaires existants et la TD acquerrait les cartes restantes. Des avis fournis à Aimia par la CIBC concernant la validité de l’avis et du projet d’entente présentés à la CIBC le 26 juin 2013 sont également disponibles sur notre site Web.

À propos d’Aimia
Aimia Inc. (« Aimia » ou la « Société ») est un chef de file mondial de la gestion de la fidélisation. Comptant plus de 4 000 employés dans plus de 20 pays, Aimia offre à ses clients, à ses partenaires et à ses membres une expertise avérée pour ce qui est de lancer et de gérer des programmes de fidélisation coalisés, de fournir des services de fidélisation propriétaire, de créer de la valeur grâce à l’analytique de la fidélité et de susciter l’innovation dans les espaces émergents numériques, mobiles et de communication sociale.

Aimia possède et exploite Aéroplan, le programme de fidélisation coalisé par excellence du Canada, Nectar, le plus important programme de fidélisation coalisé du Royaume-Uni et Nectar Italia. Aimia détient en outre des participations dans Air Miles Moyen-Orient, Club Premier, le plus important programme de fidélisation coalisé du Mexique, Prismah Fidelidade au Brésil, et i2c, coentreprise formée avec Sainsbury’s qui offre des services de connaissances et d’analytique de données aux détaillants et à leurs fournisseurs au Royaume-Uni. Aimia détient aussi une participation minoritaire dans Cardlytics, société américaine fermée dans le domaine du marketing transactionnel pour les services bancaires électroniques. Aimia est cotée à la Bourse de Toronto (TSX: AIM). Pour obtenir plus de renseignements sur Aimia, veuillez visiter le site www.aimia.com

Avertissement concernant les énoncés prospectifs

Le présent communiqué de presse contient des énoncés prospectifs. Ces énoncés prospectifs se reconnaissent à l’usage de termes tels que « prévoir », « croire », « pouvoir », « estimer », « s’attendre à », « avoir l’intention de », « planifier », « projeter » et d’autres termes semblables, parfois employés au futur ou au conditionnel, et à l’emploi d’autres termes semblables, notamment à la mention de certaines hypothèses. Ces énoncés peuvent porter, par exemple, sur des stratégies, des attentes, des objectifs, des activités prévues ou des mesures à venir.

De par leur nature, les énoncés prospectifs partent d’hypothèses et sont soumis à d’importants risques et incertitudes. Les prévisions, les prédictions ou les énoncés prospectifs ne sont pas fiables en raison notamment de la nature évolutive des événements externes et des incertitudes auxquelles les activités et la structure de l’entreprise sont soumises en général. La réalité pourra se révéler très différente des résultats exprimés dans les énoncés prospectifs pour de nombreuses raisons, entre autres la dépendance envers les principaux partenaires d’accumulation et les clients, la mise en œuvre des améliorations du programme Aéroplan et d’un nouveau partenariat de carte financière et la migration connexe des titulaires de cartes, les conflits d’intérêts, un nombre plus élevé que prévu d’échanges contre des primes, la réglementation, la situation de l’économie ou du marché du détail, la concurrence, les problèmes de liquidité d’Air Canada, les perturbations chez Air Canada ou dans l’industrie du voyage, des changements dans le secteur du transport aérien et une hausse des coûts des transporteurs aériens, les coûts d’approvisionnement et de capacité, les frais d’échange futurs non provisionnés, l’incapacité de protéger les bases de données et les renseignements personnels des consommateurs, les changements aux programmes de fidélisation coalisés, la nature saisonnière des activités, d’autres facteurs et le rendement antérieur, les activités à l’étranger, les poursuites, la dépendance envers le personnel clé, les relations de travail, le passif au titre des régimes de retraite, les pannes d’équipement électronique et l’incapacité d’utiliser les logiciels tiers, l’incapacité de protéger les droits de propriété intellectuelle, les fluctuations des taux d’intérêt et du change, le niveau d’endettement et clauses restrictives relativement à la dette actuelle et future, l’incertitude des versements de dividendes, la gestion de la croissance, les notations de même que les autres facteurs précisés dans ce communiqué de presse et dans le dossier de divulgation publique d’Aimia déposé auprès des instances de réglementation des valeurs mobilières canadiennes.

Les énoncés prospectifs contenus dans les présentes témoignent des attentes d’Aimia au 12 août 2013 et ils pourraient changer après cette date. Toutefois, Aimia n’a aucunement l’intention ni l’obligation de mettre à jour ou de réviser les énoncés prospectifs, que ce soit en raison d’une nouvelle information, d’un fait nouveau ou pour toute autre raison, sauf si cela est exigé en vertu des règlements en valeurs mobilières applicables.

SOMMAIRE DES RÉSULTATS OPÉRATIONNELS CONSOLIDÉS ET RAPPROCHEMENT DU BAIIA, DU BAIIA AJUSTÉ, DU RÉSULTAT NET AJUSTÉ ET DES FLUX DE TRÉSORERIE DISPONIBLES

Trimestres terminés
les 30 juin
  Semestres terminés
les 30 juin
  %∆
(en milliers de dollars canadiens, sauf l’information sur les actions et les données par action) 2013 2012(l) 2013 2012(l) T2 Cumul
annuel
Facturation brute  570 540   554 302 1 131 655   1 090 938   2,9 3,7
Facturation brute au titre de la vente des unités de fidélisation 414 211   414 026 827 560   800 010   3,4
Total des produits des activités ordinaires avant la modification du taux de désistements 540 269   504 233 1 149 772   1 071 958   7,1 7,3
Modification du taux de désistements (f) (663 581)    – (663 581)    –   100,0 100,0
Total des produits des activités ordinaires (tels que présentés) (123 312)   504 233 486 191   1 071 958    **  **
Coût des primes et coûts directs (230 513) (g) (279 900) (583 921) (g) (602 296)   (17,6) (3,1)
Marge brute avant amortissement (a) (353 825) (g) 224 333 (97 730) (g) 469 662    **  **
Amortissement (10 513)   (8 543) (20 833)   (17 005)   23,1 22,5
Amortissement des contrats avec des partenaires d’accumulation, des relations clients et de la technologie (20 091)   (20 820) (40 398)   (41 615)   (3,5) (2,9)
Marge brute (384 429) (g) 194 970 (158 961) (g) 411 042    **  **
Charges opérationnelles (198 221) (g) (140 949) (351 534) (g) (281 765)   40,6 24,8
Amortissement des contrats avec des partenaires d’accumulation, des relations clients et de la technologie 20 091   20 820 40 398   41 615   (3,5) (2,9)
Résultat opérationnel avant amortissement des contrats avec des partenaires d’accumulation, des relations clients et de la technologie (562 559) (g) 74 841 (470 097) (g) 170 892    **  **
Amortissement 10 513   8 543 20 833   17 005   23,1 22,5
BAIIA (a)(c) (552 046) (g) 83 384 (449 264) (g) 187 897    **  **
Ajustements :          
Variation des produits différés          
Facturation brute 570 540   554 302 1 131 655   1 090 938  
Produits des activités ordinaires 123 312   (504 233) (486 191)   (1 071 958)  
Variation des frais d’échange futurs (b) (46 713) (h) (31 337) (19 016) (h) (16 532)  
(Variation du nombre net d’unités de fidélisation en cours x
coût moyen des primes par unité de fidélisation pour la période)
         
Distribution reçue d’un placement mis en équivalence 6 860    – 6 860    –  
Total partiel des ajustements 653 999   18 732 633 308   2 448  
BAIIA ajusté (c) 101 953 (g)(h) 102 116 184 044 (g)(h) 190 345   (0,2) (3,3)
Résultat net attribuable aux actionnaires de la Société (415 286) (g)(i)(j) 34 937 (374 759) (g)(i)(j) 80 315  
Nombre moyen pondéré d’actions   172 386 019     172 203 650 172 335 091     173 011 895  
Résultat par action ordinaire (d) (2,43)  (g)(i)(j) 0,19 (2,21)  (g)(i)(j)  0,43  
Résultat net attribuable aux actionnaires de la Société (415 286) (g)(i)(j) 34 937 (374 759) (g)(i)(j) 80 315  
Amortissement des contrats avec des partenaires d’accumulation, des relations clients et de la technologie 20 091   20 820 40 398   41 615  
Quote-part du résultat net des placements mis en équivalence 1 870   (1 560) 3 592   (2 715)  
Ajustements du BAIIA ajusté (indiqué plus haut) 653 999   18 732 633 308   2 448  
Impôts liés aux ajustements (e) (165 603)   (423) (157 445)   4 865  
Quote-part de la participation ne donnant pas le contrôle des ajustements ci-haut (1 567)   (1 370) (1 492)   (1 392)  
Résultat net ajusté (c) 93 504 (g)(h)(j)(k) 71 136 143 602 (g)(h)(j)(k) 125 136   31,4 14,8
Résultat net ajusté par action ordinaire (c)(d) 0,53  (g)(h)(j)(k) 0,40 0,80  (g)(h)(j)(k)  0,69  
Flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles 99 933   85 467 99 481   116 437  
Dépenses en immobilisations (11 257)   (11 277) (20 342)   (23 933)  
Dividendes (32 123)   (30 349) (62 515)   (59 254)  
Flux de trésorerie disponibles (c) 56 553   43 841 16 624   33 250   29,0 (50,0)
Total de l’actif 5 282 602   4 900 288 5 282 602   4 900 288  
Total du passif non courant 2 341 582   1 549 834 2 341 582   1 549 834  
Total des dividendes par action privilégiée 0,406   0,406 0,813   0,813  
Total des dividendes par action ordinaire 0,170   0,160 0,330   0,310  
** Information non significative.
a) Compte non tenu de l’amortissement ainsi que de l’amortissement des contrats avec des partenaires d’accumulation, des relations clients et de la technologie.
b) Le coût unitaire issu de ce calcul s’applique rétroactivement à toutes les périodes antérieures, donnant lieu à une réévaluation du passif au titre des frais d’échange futurs en fonction du dernier coût moyen unitaire disponible.
c) Mesure hors PCGR.
d) Déduction faite des dividendes déclarés sur les actions privilégiées.
e) Les taux d’impôt effectifs, correspondant à la charge d’impôt sur le résultat divisée par le résultat avant impôts de la période par entité, sont appliqués aux ajustements respectifs de chaque entité notés ci-dessus.
f) Représente l’incidence relative à la modification apportée au taux de désistements du programme Aéroplan, laquelle a donné lieu à une baisse de 663,6 M$ des produits au titre des unités de fidélisation, dont une tranche de 617,0 M$ est attribuable aux exercices antérieurs à 2013, une tranche de 25,1 M$ est attribuable au trimestre terminé le 31 mars 2013 et une tranche de 21,5 M$ est attribuable au trimestre terminé le 30 juin 2013.
g) Inclut l’incidence favorable de 26,1 M$ (16,4 M£) découlant du jugement définitif dans le cadre du litige concernant la TVA. Une tranche de 74,9 M$ (47,0 M£) de ce montant a été portée en réduction du coût des primes et une tranche de 48,8 M$ (30,6 M£) a été ajoutée aux charges opérationnelles.

Avant le jugement définitif, Aimia avait comptabilisé un montant de 2,1 M$ (1,4 M£) dans le coût des primes, lequel représentait les crédits de taxes sur les intrants accumulés du 1erjanvier 2013 au 31 mars 2013.

h) La variation des frais d’échange futurs du trimestre et du semestre terminés le 30 juin 2013 inclut l’incidence défavorable de 24,8 M$ découlant de la modification apportée au taux de désistements du programme Aéroplan, dont une tranche de 12,4 M$ est attribuable au trimestre terminé le 31 mars 2013 et une tranche de 12,4 M$ est attribuable au trimestre terminé le 30 juin 2013.

De plus, la variation des frais d’échange futurs du trimestre terminé le 30 juin 2013 inclut l’incidence favorable de 0,5 M$ (0,3 M£) découlant du jugement définitif dans le cadre du litige concernant la TVA.

i) Inclut l’incidence défavorable de 483,8 M$ découlant de la modification apportée au taux de désistements du programme Aéroplan, déduction faite d’un recouvrement d’impôts sur le résultat de 179,8 M$, dont une tranche de 167,5 M$ est attribuable aux exercices antérieurs à 2013, une tranche de 6,6 M$ est attribuable au trimestre terminé le 31 mars 2013 et une tranche de 5,7 M$ est attribuable au trimestre terminé le 30 juin 2013.
j) Inclut l’incidence favorable du renversement d’intérêts courus comptabilisés antérieurement de 17,3 M$ (10,8 M£) par suite du jugement définitif dans le cadre du litige concernant la TVA.

Avant le jugement définitif, Aimia avait comptabilisé un montant de 1,1 M$ (0,7 M£) au titre de la charge d’intérêts pour la période du 1er janvier 2013 au 31 mars 2013.

k) Inclut l’incidence défavorable de 18,4 M$ sur la variation des frais d’échange futurs découlant de la modification apportée au taux de désistements du programme Aéroplan, déduction faite d’un recouvrement d’impôts sur le résultat de 6,4 M$.
l) L’ information financière de 2012 a été retraitée pour rendre compte de l’application rétroactive des modifications apportées à IAS 19. Se reporter à la note 2 des états financiers consolidés d’Aimia pour la période terminée le 30 juin 2013 pour obtenir de plus amples informations.

** Information non significative.

INFORMATIONS SECTORIELLES

Au 30 juin 2013, la Société comptait trois secteurs opérationnels : Canada, EMOA et É.-U. et APAC. Le tableau ci-dessous présente les principales informations financières par secteur opérationnel :

  Trimestres terminés les 30 juin
(en milliers de dollars canadiens) 2013 2012(k) 2013 2012 2013 2012 2013 2012 2013 2012 2013 2012(k)
Secteur opérationnel Canada EMOA É.-U. et APAC Siège social(b) Éliminations Données consolidées
Facturation brute 324 801 332 000 161 286 (c) 157 592 (c) 84 505 (c) 65 638 (c)  –  – (52) (928) 570 540 (c) 554 302 (c)
Facturation brute au titre de la vente des unités de fidélisation 270 482 277 218 143 729   136 808  –  –  –  –  –  – 414 211   414 026
Produits au titre des unités de fidélisation avant la modification du  taux de désistements 275 033 261 668 106 027   104 977  –  –  –  –  –  – 381 060   366 645
Modification du taux de désistements (f) (663 581)  –  –    –  –  –  –  –  –  – (663 581)    –
Produits au titre des unités de fidélisation (tels que présentés) (388 548) 261 668 106 027   104 977  –  –  –  –  –  – (282 521)   366 645
Produits au titre des services de fidélisation propriétaire 41 711 37 060 4 276   3 123 87 734 67 588  –  –  –  – 133 721   107 771
Autres produits des activités ordinaires 12 080 12 287 13 408   17 530  –  –  –  –  –  – 25 488   29 817
Produits intersociétés  – 3 52   127  – 798  –  – (52) (928)  –    –
Total des produits des activités ordinaires (334 757) 311 018 123 763   125 757 87 734 68 386  –  – (52) (928) (123 312)   504 233
Coût des primes et coûts directs 173 005 158 662 9 244 (h) 87 138 48 264 34 230  –  –  – (130) 230 513 (h) 279 900
Marge brute avant amortissement (507 762) 152 356 114 519 (h) 38 619 39 470 34 156  –  – (52) (798) (353 825) (h) 224 333
Amortissement (a) 24 130 23 298 3 727   3 829 2 747 2 236  –  –  –  – 30 604   29 363
Marge brute (531 892) 129 058 110 792 (h) 34 790 36 723 31 920  –  – (52) (798) (384 429) (h) 194 970
Charges opérationnelles avant les éléments suivants 53 212 57 043 83 232 (h) 36 638 42 446 31 866 15 589 12 405 (52) (798) 194 427 (h) 137 154
Rémunération fondée sur des actions  –  –  –    –  –  – 3 794 3 795  –  – 3 794   3 795
Total des charges opérationnelles 53 212 57 043 83 232 (h) 36 638 42 446 31 866 19 383 16 200 (52) (798) 198 221 (h) 140 949
Résultat opérationnel (585 104) 72 015 27 560 (h) (1 848)   (5 723) 54 (19 383) (16 200)  –  – (582 650) (h) 54 021  
BAIIA ajusté (j)  77 938 (g) 106 483 42 743 (h) 12 291   (6 205) (458) (12 523) (i) (16 200)  –  – 101 953 (g)(h)(i) 102 116  
Dépenses en actifs non courants (d) 6 964 5 235 3 829   3 946 464 2 096  –  – S.O. S.O. 11 257   11 277
Actifs non courants (d) 3 155 846 3 222 938 467 060 (e) 463 006 (e) 76 943 (e) 43 275 (e) 2 263 2 213 S.O. S.O. 3 702 112 (e) 3 731 432 (e)
a) Inclut l’amortissement ainsi que l’amortissement des contrats avec des partenaires d’accumulation, des relations clients et de la technologie.
b) Inclut les charges qui ne sont pas directement attribuables à un secteur opérationnel. Le siège social inclut également la situation financière et les résultats opérationnels de nos activités en Inde.
c) Inclut la facturation brute aux clients externes de 129,9 M$ au R.-U. et de 52,5 M$ aux États-Unis pour le trimestre terminé le 30 juin 2013, comparée à une facturation brute aux clients externes de 127,1 M$ au R.-U. et de 39,3 M$ aux États-Unis pour le trimestre terminé le 30 juin 2012. La répartition de la facturation brute aux clients externes est effectuée selon le pays où résident la responsabilité contractuelle et la responsabilité de gestion du client.
d) Les actifs non courants incluent les montants relatifs au goodwill, aux immobilisations incorporelles et aux immobilisations corporelles.
e) Inclut des actifs non courants de 416,7 M$ au R.-U. et de 71,2 M$ aux États-Unis en date du 30 juin 2013, comparés à des actifs non courants de 411,9 M$ au R.-U. et de 36,8 M$ aux États-Unis en date du 30 juin 2012.
f) Représente l’incidence relative à la modification apportée au taux de désistements du programme Aéroplan, laquelle a donné lieu à une baisse de 663,6 M$ des produits au titre des unités de fidélisation, dont une tranche de 617,0 M$ est attribuable aux exercices antérieurs à 2013, une tranche de 25,1 M$ est attribuable au trimestre terminé le 31 mars 2013 et une tranche de 21,5 M$ est attribuable au trimestre terminé le 30 juin 2013.
g) La variation des frais d’échange futurs du trimestre terminé le 30 juin 2013 inclut l’incidence défavorable de 24,8 M$ découlant de la modification apportée au taux de désistements du programme Aéroplan, dont une tranche de 12,4 M$ est attribuable au trimestre terminé le 31 mars 2013 et une tranche de 12,4 M$ est attribuable au trimestre terminé le 30 juin 2013..
h) Inclut l’incidence favorable de 26,1 M$ (16,4 M£) découlant du jugement définitif dans le cadre du litige concernant la TVA. Une tranche de 74,9 M$ (47,0 M£) de ce montant a été portée en réduction du coût des primes et une tranche de 48,8 M$ (30,6 M£) a été ajoutée aux charges opérationnelles.
De plus, la variation des frais d’échange futurs prise en compte dans le BAIIA ajusté du trimestre terminé le 30 juin 2013 inclut l’incidence favorable de 0,5 M$ (0,3 M£) découlant du jugement définitif dans le cadre du litige concernant la TVA.
i) Le BAIIA ajusté inclut une distribution reçue d’un placement mis en équivalence, PLM, totalisant 6,9 M$ pour le trimestre terminé le 30 juin 2013.
j) Mesure hors PCGR.
k) L’information financière de 2012 a été retraitée pour rendre compte de l’application rétroactive des modifications apportées à IAS 19. Se reporter à la note 2 des états financiers consolidés d’Aimia pour la période terminée le 30 juin 2013 pour obtenir de plus amples informations.

 

 

SOURCE AIMIA

Renseignements :Renseignements :

Médias
JoAnne Hayes
416-352-3706
joanne.hayes@aimia.com

Analystes et investisseurs
Karen Keyes
416-352-3728
karen.keyes@aimia.com