Aimia annonce ses résultats pour le troisième trimestre de 2014

////Aimia annonce ses résultats pour le troisième trimestre de 2014
Aimia annonce ses résultats pour le troisième trimestre de 2014 2017-12-07T14:02:21+00:00
12.11.2014
FAITS SAILLANTS 1) Trimestres terminés les
30 septembre
Périodes de neuf mois terminées les
30 septembre
(en millions de dollars canadiens, sauf les données par action) 2014 2013 Variation
en %
Variation
en %
devises
constantes
2014 2013 Variation
en %
Variation
en %
devises
constantes
Facturation brute5) 633,2 576,7 9,8 % 5,8 % 1 998,5 1 708,4 17,0 % 12,1 %
Total des produits des activités ordinaires2) 543,4 499,7 8,7 % 4,9 % 1 707,7 985,9 73,2 % 66,2 %
Résultat net2) 3) (24,1) 2,5 ** ** (59,2) (367,0) ** **
Résultat par action ordinaire2) 3) (0,17) 0,00 ** ** (0,44) (2,21) ** **
BAIIA ajusté3) 5) 63,9 85,7 -25,4 % ** 254,2 269,2 -5,6 % **
Résultat net ajusté par action ordinaire3) 5) 0,18 0,28 -35,7 % ** 0,83 1,08 -23,1 % **
Flux de trésorerie disponibles avant versement de dividendes4) 5) 6) 56,3 68,5 -17,8 % ** 269,9 147,7 82,7 % **
** Information non significative
Voir les « Notes explicatives des tableaux financiers » à la fin du présent communiqué de presse pour plus de détails sur les notes 1 à 11.

MONTRÉAL, le 12 nov. 2014 /CNW Telbec/ – (TSX: AIM) Aimia a annoncé aujourd’hui ses résultats du trimestre terminé le 30 septembre 2014. Toutes les données financières sont présentées en dollars canadiens, sauf indication contraire.

Faits saillants :

  • La facturation brute a affiché une hausse de 9,8 % pour le trimestre, stimulée par la facturation brute au Canada, laquelle a augmenté de 14,8 % grâce au dynamisme soutenu du nouveau programme Aéroplan et à l’incidence favorable du change.
  • Les flux de trésorerie disponibles avant versement de dividendes se sont chiffrés à 56 M$ pour le trimestre et à 270 M$ pour l’exercice à ce jour.
  • Les prévisions pour l’exercice 2014 en entier sont confirmées.
  • Visa et MasterCard ont annoncé une réduction des frais d’interchange moyens qui entrera en vigueur d’ici avril 2015. Même si cette annonce réduit l’incertitude entourant cette question, la pleine incidence de cette réduction sur Aimia dépendra de la manière précise dont elle sera mise en œuvre.

Rupert Duchesne, chef de la direction du groupe, a déclaré :

« L’essor soutenu de nos partenaires de cartes financières et le succès du programme Aéroplan ont contribué à la solide performance d’Aimia pour le trimestre. Cependant, le dynamisme sous-jacent des activités en EMOA a ralenti en raison du calendrier des activités promotionnelles et de la concurrence exercée dans le secteur des épiceries au Royaume-Uni sur notre principal partenaire d’épicerie. Dans tous les secteurs où nous sommes présents, nous avons continué d’accélérer le développement de nos services d’analytique des données grâce à l’augmentation de la participation des clients dans l’ensemble des régions. De plus, nous progressons sans cesse afin d’élargir la portée de nos activités en Asie-Pacifique, alors que nous explorons de nouvelles occasions de fidélisation coalisée, de fidélisation propriétaire et d’analytique des données avec nos clients nouveaux et existants. »

« En ce qui concerne l’avenir, l’annonce récente de la réduction des frais d’interchange moyens au Canada clarifie cet enjeu qui faisait planer une forte incertitude sur notre rendement futur. Nous sommes très heureux d’avoir maintenant des indications et nous entendons collaborer étroitement avec nos partenaires financiers de manière à élaborer une solution optimale en vue d’assurer le maintien de la proposition de valeur de premier plan faite aux membres du programme Aéroplan. »

Faits saillants des résultats consolidés

Faits saillants des résultats consolidés1) Trimestres terminés
les 30 septembre
Périodes de
neuf mois terminées
les 30 septembre
Trimestres terminés
les 30 septembre
Périodes de
neuf mois terminées
les 30 septembre
(en millions de dollars canadiens) 2014 2013 2014 2013 Variation
en %
Variation
en %
devises
constantes
Variation
en %
Variation
en %
devises
constantes
Facturation brute5) 633,2 576,7 1 998,5 1 708,4 9,8 % 5,8 % 17,0 % 12,1 %
Part de la facturation brute tirée de la vente d’unités de fidélisation5) 472,4 419,1 1 512,2 1 246,7 12,7 % 8,9 % 21,3 % 16,3 %
Part des services de fidélisation propriétaire et autres 160,8 157,6 486,3 461,7 2,0 % -2,3 % 5,3 % 0,7 %
BAIIA ajusté5) 63,9 85,7 254,2 269,2 -25,4 % ** -5,6 % **
Part des distributions des placements mis en équivalence 3,8 3,5 11,2 10,4 8,6 % ** 7,7 % **
Part de l’incidence de la TVA 24,0 ** ** ** **
Flux de trésorerie disponibles avant versement de dividendes4) 5) 6) 56,3 68,5 269,9 147,7 -17,8 % ** 82,7 % **
Part des flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation4) 5) 6) 68,1 80,7 321,4 180,2 -15,6 % ** 78,4 % **
Part des dépenses en immobilisations (11,8) (12,2) (51,5) (32,5) -3,3 % ** 58,5 % **
** Information non significative
Voir les « Notes explicatives des tableaux financiers » à la fin du présent communiqué de presse pour plus de détails sur les notes 1 à 11.

Trimestre terminé le 30 septembre 2014 :

  • La facturation brute a affiché une hausse de 9,8 % grâce au rendement élevé au Canada et à l’incidence favorable du change. En devises constantes, la facturation brute a affiché une hausse de 5,8 %.
  • La facturation brute tirée de la vente d’unités de fidélisation a affiché une hausse de 12,7 %, tandis que les services de fidélisation propriétaire et les autres éléments de facturation brute ont affiché une hausse de 2,0 %.
  • Le BAIIA ajusté a diminué pour s’établir à 63,9 M$, en comparaison de 85,7 M$ pour la période correspondante de l’exercice précédent, en raison surtout du coût plus élevé des primes du programme Aéroplan, de la diminution de la facturation brute des programmes coalisés dans la région EMOA et des charges d’exploitation plus élevées, en partie compensés par la hausse de la facturation brute au Canada.
  • Les flux de trésorerie disponibles avant versement de dividendes se sont chiffrés à 56,3 M$, les flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation ayant diminué en raison de la hausse du coût des primes, du dépôt de 20,7 M$ versé à Revenu Québec en lien avec un avis de cotisation pour 2008 et de l’augmentation des charges d’exploitation, partiellement contrebalancés par la hausse de la facturation brute, la diminution des dépenses en immobilisations et les variations des actifs d’exploitation nets.

Période de neuf mois terminée le 30 septembre 2014 :

  • La facturation brute a affiché une hausse de 17,0 %, ou de 12,1 % en devises constantes, et elle rend compte du versement de 100,0 M$ reçu de TD effectué au premier trimestre, du rendement élevé enregistré au Canada et de l’incidence favorable du change. Compte non tenu de l’incidence favorable du versement de 100,0 M$ reçu de TD, la facturation brute aurait augmenté de 11,1 %.
  • La facturation brute a augmenté pour les neuf premiers mois de 2014, en raison de la hausse de 21,3 % de la vente d’unités de fidélisation et de 5,3 % des services de fidélisation propriétaire et autres.
  • Le BAIIA ajusté s’est établi à 254,2 M$, en comparaison de 269,2 M$ pour la période correspondante de l’exercice précédent, et il rend compte du versement de 100,0 M$ reçu de TD et de l’augmentation de la facturation brute, en partie contrebalancés par la hausse du coût des primes et des activités promotionnelles liées à la transformation du programme Aéroplan. Le BAIIA ajusté de l’exercice précédent rendait également compte de l’incidence positive d’un montant de 24,0 M$ lié à la TVA comptabilisé au deuxième trimestre de 2013.
  • Les flux de trésorerie disponibles avant versement de dividendes se sont chiffrés à 269,9 M$, les dépenses en immobilisations ayant été plus que compensées par la hausse des flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation, y compris un produit en trésorerie de 100,0 M$ tiré du montant reçu de TD au premier trimestre, et par les remboursements d’impôt au Canada de 105,9 M$, contrebalancés par un dépôt de 20,7 M$ versé à Revenu Québec.

Prévisions pour 2014*

Pour l’exercice se terminant le 31 décembre 2014, Aimia maintient ses prévisions (dernière mise à jour, le 13 août 2014).

Aimia prévoit actuellement présenter les résultats suivants :

2013 Prévisions
(actualisées en date du
13 août 2014)**
Fourchette cible pour 2014
(actualisée en date du
12 novembre 2014)
Facturation brute 2 366,4 M$ Croissance entre 7 % et 9 %
(en devises constantes)5)
Aucune modification
BAIIA ajusté1) 350,5 M$7) Marge du BAIIA ajusté d’environ 12 %5) Aucune modification
Flux de trésorerie disponibles avant versement de dividendes1) 268,1 M$8) Excédent de 270 M$5) 9) Aucune modification
Dépenses en immobilisations 54,4 M$ Fourchette d’environ 70 M$ à 80 M$ Aucune modification
Voir les « Notes explicatives des tableaux financiers » à la fin du présent communiqué de presse pour plus de détails sur les notes 1 à 11.
* Voir la « Déclaration sur les hypothèses relatives aux prévisions » à la fin du présent communiqué de presse pour plus de détails sur les hypothèses utilisées lors de la préparation des prévisions pour 2014.
** Modification des prévisions initiales établies le 26 février 2014 prévoyant des flux de trésorerie disponibles entre 230 M$ et 250 M$.

Faits saillants des résultats par région

Faits saillants par région1) Trimestres terminés
les 30 septembre
Périodes de
neuf mois terminées
les 30 septembre
Trimestres terminés
les 30 septembre
Périodes de
neuf mois terminées
les 30 septembre
(en millions de dollars canadiens) 2014 2013 2014 2013 Variation
en %
Variation
en %
devises
constantes
Variation
en %
Variation
en %
devises
constantes
Facturation brute consolidée5)10) 633,2 576,7 1 998,5 1 708,4 9,8 % 5,8 % 17,0 % 12,1 %
Part du Canada5) 368,5 321,0 1 166,4 953,0 14,8 % 14,8 % 22,4 % 22,4 %
Part de la région EMOA 183,1 169,1 567,9 504,1 8,3 % -2,7 % 12,7 % -1,2 %
Part de la région É.-U. et APAC 82,0 86,6 264,9 251,7 -5,3 % -10,4 % 5,2 % 0,0 %
Produits des activités ordinaires consolidés2)10) 543,4 499,7 1 707,7 985,9 8,7 % 4,9 % 73,2 % 66,2 %
Part du Canada2) 313,5 287,6 977,9 324,5 9,0 % 9,0 % ** **
Part de la région EMOA 147,2 127,1 461,9 408,3 15,8 % 4,2 % 13,1 % -0,6 %
Part de la région É.-U. et APAC 83,1 85,0 268,6 253,5 -2,2 % -7,4 % 6,0 % 0,6 %
(en millions de dollars canadiens) 2014 2013 2014 2013 Marge de
2014
Marge de
2013
Marge de
2014
Marge de
2013
BAIIA ajusté consolidé5) 63,9 85,7 254,2 269,2 10,1 % 14,9 % 12,7 % 15,8 %
Part du Canada5) 73,6 87,9 273,3 253,4 20,0 % 27,4 % 23,4 % 26,6 %
Part de la région EMOA 11,1 20,2 45,5 80,6 6,1 % 11,9 % 8,0 % 16,0 %
Part de la TVA 24,0 4,8 %
Part de la région É.-U. et APAC (4,2) (2,4) (10,2) (12,3) -5,1 % -2,8 % -3,9 % -4,9 %
Part du siège social (16,6) (20,0) (54,4) (52,5) ** ** ** **
** Information non significative
Voir les « Notes explicatives des tableaux financiers » à la fin du présent communiqué de presse pour plus de détails sur les notes 1 à 11.

Canada : Facturation brute au Canada stimulée par la transformation du programme Aéroplan

  • La facturation brute a augmenté de 14,8 % pour le trimestre, grâce à la robuste croissance de la facturation brute tirée de la vente d’unités de fidélisation qui a découlé de la hausse des acquisitions de cartes, des conversions de programmes de partenaires, notamment une promotion de 19,4 M$ offerte par le principal partenaire financier d’Aéroplan à l’égard du portefeuille de cartes de crédit transféré, de la légère hausse du prix de vente des unités de fidélisation attribuable aux nouvelles ententes avec des entreprises de cartes de crédit financières et de la croissance enregistrée par le secteur des voyages. Les autres éléments de facturation brute ont été relativement stables par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent.
  • Le BAIIA ajusté s’est établi à 73,6 M$ pour le trimestre, en comparaison de 87,9 M$ pour la période correspondante de l’exercice précédent. Cette baisse rend compte de l’augmentation du coût des primes, qui a été en partie contrebalancée par la hausse de la facturation brute, la réduction des frais de marketing et de promotion et la baisse des honoraires professionnels par rapport à l’exercice précédent.
  • Les produits des activités ordinaires se sont accrus de 9,0 % par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent pour s’établir à 313,5 M$, en raison essentiellement de l’augmentation de la hausse des volumes d’échange.
  • Pour l’exercice à ce jour, la facturation brute s’est chiffrée à 1 166,4 M$, en hausse de 22,4 % en raison notamment du versement unique de 100,0 M$ reçu de TD effectué au premier trimestre, le dynamisme du programme Aéroplan dans le secteur financier incluant une promotion de 19,4 M$ offerte par le principal partenaire financier du programme à l’égard du portefeuille de cartes de crédit transféré et des hausses dans les secteurs du voyage et du commerce de détail, partiellement contrebalancés par la baisse du volume d’activités des clients pour les services de fidélisation propriétaire et par la diminution d’autres éléments de facturation brute. Compte non tenu du versement unique de 100,0 M$ reçu de TD, la facturation brute aurait été en hausse de 11,9 %.
  • Pour l’exercice à ce jour, le BAIIA ajusté s’est établi à 273,3 M$, en hausse de 7,9 % grâce à l’incidence positive du versement de 100,0 M$ reçu de TD et à la croissance de la facturation brute, en partie annulée par la hausse du coût des primes, par l’augmentation de 33,3 M$ des frais d’échange futurs attribuable à la hausse des milles promotionnels émis dans le cadre des acquisitions de nouvelles cartes de crédit financières et par l’augmentation des frais de marketing et de promotion.
  • Les produits des activités ordinaires se sont élevés à 977,9 M$ pour l’exercice à ce jour, en comparaison de 324,5 M$ pour la période correspondante de l’exercice précédent. Cette augmentation s’explique par l’incidence défavorable de 617,0 M$ attribuable à la modification apportée au taux de désistements au deuxième trimestre de 2013 ainsi que par la croissance des volumes d’échanges du programme Aéroplan.

Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMOA) : L’incidence favorable du change entraîne une hausse de la facturation brute

  • La facturation brute s’est chiffrée à 183,1 M$ pour le troisième trimestre, en hausse de 8,3 % en raison de l’incidence favorable du change, de la croissance des services d’analytique et de connaissances ainsi que des services de fidélisation propriétaire. En devises constantes, la facturation brute a baissé de 2,7 %, en raison de la diminution de la facturation brute des programmes coalisés qui a découlé essentiellement de la variation du calendrier des activités promotionnelles du programme Nectar UK, de la conjoncture économique difficile en Italie et des variations de l’accumulation dans la région du Moyen-Orient.
  • Pour le trimestre, le BAIIA ajusté s’est établi à 11,1 M$, en baisse comparativement à celui de 20,2 M$ inscrit pour la période correspondante de l’exercice précédent, ce qui s’explique par la baisse de la facturation brute des programmes coalisés, par l’augmentation des charges d’exploitation liées aux coûts d’élaboration de produits à l’échelle mondiale et par un ajustement non récurrent de la charge de retraite.
  • Les produits des activités ordinaires ont augmenté de 15,8 % pour se chiffrer à 147,2 M$ pour le trimestre, en raison surtout de l’incidence favorable du change, de la croissance des services d’analytique et de connaissances ainsi que des services de fidélisation propriétaire.
  • La facturation brute s’est établie à 567,9 M$ pour l’exercice à ce jour, en hausse de 12,7 % principalement grâce à l’incidence favorable du change. En devises constantes, la facturation brute a diminué de 1,2 %, la baisse de la facturation brute au titre des unités de fidélisation des programmes Air Miles Moyen-Orient et Nectar Italia ayant été partiellement contrebalancée par une augmentation de la facturation brute au titre des unités de fidélisation du programme Nectar UK.
  • Le BAIIA ajusté s’est chiffré à 45,5 M$ pour l’exercice à ce jour, en hausse comparativement à celui de 80,6 M$ inscrit pour la période correspondante de l’exercice précédent. Cette baisse s’explique principalement par l’incidence favorable de 24,0 M$ découlant du jugement définitif rendu au deuxième trimestre de 2013 relativement au litige concernant la TVA, par la diminution de la facturation brute des programmes Air Miles Moyen-Orient et Nectar Italia et par la hausse des charges d’exploitation liées essentiellement aux coûts d’élaboration de produits à l’échelle mondiale et à un ajustement non récurrent de la charge de retraite.
  • Les produits des activités ordinaires ont grimpé de 13,1 % pour s’établir à 461,9 M$ pour l’exercice à ce jour, du fait de l’incidence favorable du change, de la croissance des services d’analytique et de connaissances, de la hausse des volumes d’échanges du programme Nectar UK et de l’activité des clients accrue dans les services de fidélisation propriétaire, partiellement neutralisées par une diminution des échanges pour Air Miles Moyen-Orient et Nectar Italia et par une réduction de l’apport pour Air Miles Moyen-Orient.

États-Unis et Asie-Pacifique : Recul de la facturation brute attribuable à la baisse du volume de distribution de primes aux États-Unis

  • La facturation brute a reculé de 5,3 % pour s’établir à 82,0 M$ pour le trimestre et a diminué de 10,4 % en devises constantes, en raison principalement d’une réduction du volume de distribution de primes aux États-Unis.
  • Le BAIIA ajusté a diminué de 1,8 M$ pour le trimestre pour s’établir à (4,2) M$, en raison de la baisse de la facturation brute et de la hausse des charges d’exploitation par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent.
  • Les produits des activités ordinaires ont reculé de 2,2 % au troisième trimestre pour se chiffrer à 83,1 M$, en raison de la baisse du volume de distribution de primes aux États-Unis.
  • La facturation brute s’est élevée à 264,9 M$ pour l’exercice à ce jour, en hausse de 5,2 % en raison surtout de l’incidence favorable du change. En devises constantes, la facturation brute est demeurée relativement stable pour la période de neuf mois terminée le 30 septembre 2014, l’augmentation des activités liées aux clients nouveaux et existants ayant été neutralisée par la baisse du volume de distribution de primes aux États-Unis.
  • Le BAIIA ajusté s’est accru de 2,1 M$ pour s’établir à (10,2) M$ pour la période de neuf mois terminée le 30 septembre 2014, la hausse de la marge brute ayant été partiellement contrebalancée par l’augmentation des charges d’exploitation.
  • Pour l’exercice à ce jour, les produits des activités ordinaires se sont chiffrés à 268,6 M$, en hausse de 6,0 % en raison principalement de l’incidence favorable du change et d’une croissance nette des nouvelles activités, en partie contrebalancées par la baisse du volume de distribution de primes aux États-Unis.

Siège social

  • Le BAIIA ajusté du siège social s’est établi à (16,6) M$ pour le trimestre, ce qui représente une amélioration de 3,4 M$ par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent, attribuable à la diminution de la charge de rémunération fondée sur des actions et à la baisse des honoraires professionnels et de consultation, contrebalancées par l’augmentation des coûts visant à soutenir la croissance des entreprises mondiales.
  • Pour l’exercice à ce jour, le BAIIA ajusté du siège social s’est chiffré à (54,4) M$, en comparaison de (52,5) M$ pour la période correspondante de l’exercice précédent, l’écart étant attribuable à l’augmentation des coûts visant à soutenir la croissance des entreprises mondiales, partiellement contrebalancée par une diminution des honoraires professionnels et de consultation et par une baisse de la charge de rémunération fondée sur des actions.

Faits saillants de l’exploitation

Faits saillants de l’exploitation1) Trimestres
terminés les
30 septembre
Périodes de
neuf mois
terminées les
30 septembre
Trimestres
terminés les
30 septembre
Périodes de
neuf mois
terminées les
30 septembre
(en millions de dollars canadiens) 2014 2013 2014 2013 Variation
en %
Variation
en %
Facturation brute consolidée tirée de la vente d’unités de fidélisation (75 % de la facturation brute totale*)5) 472,4 419,1 1 512,2 1 246,7 12,7 % 21,3 %
Part du Canada (67 % des unités de fidélisation*) 5) 316,4 269,3 1 017,6 796,4 17,5 % 27,8 %
Part de la région EMOA (33 % des unités de fidélisation*) 156,0 149,8 494,6 450,3 4,1 % 9,8 %
Produits des activités ordinaires consolidés au titre des unités de fidélisation2) 382,4 343,7 1 211,7 522,3 11,3 % **
Produits des activités ordinaires tirés des milles Aeroplan 233,9 210,1 733,8 699,5 11,3 % 4,9 %
Produits des activités ordinaires au titre des désistements d’Aeroplan2) 28,6 25,7 89,8 (531,4) 11,3 % **
Part du Canada2) 262,5 235,8 823,6 168,1 11,3 % **
Part de la région EMOA 119,9 107,9 388,1 354,2 11,1 % 9,6 %
Variation consolidée des produits différés2)5) 89,8 77,0 290,8 722,5 16,6 % -59,8 %
Part du Canada2)5) 55,0 33,4 188,5 628,5 64,7 % -70,0 %
Part de la région EMOA 35,9 42,0 106,0 95,8 -14,5 % 10,6 %
* Le pourcentage de la facturation brute se rapporte au troisième trimestre de 2014.
** Information non significative.
Voir les « Notes explicatives des tableaux financiers » à la fin du présent communiqué de presse pour plus de détails sur les notes 1 à 11.

Facturation brute et produits des activités ordinaires tirés de la vente d’unités de fidélisation au Canada

La facturation brute au titre des unités de fidélisation au Canada a représenté 50 % du total de la facturation brute consolidée et 67 % de la facturation brute au titre des unités de fidélisation consolidée pour le trimestre.

L’augmentation de 17,5 % de la facturation brute au titre des unités de fidélisation enregistrée pour le trimestre est essentiellement attribuable à la hausse des acquisitions de cartes, aux conversions de programmes de partenaires du secteur des services financiers, notamment la promotion de 19,4 M$ offerte par le principal partenaire financier du programme à l’égard du portefeuille de cartes de crédit transféré, ainsi qu’à la légère hausse du prix de vente par unité de fidélisation attribuable aux nouvelles ententes avec des entreprises de cartes de crédit financières et aux meilleurs résultats dégagés par le secteur des voyages. Ces facteurs, excluant l’augmentation du prix de vente, combinés aux milles promotionnels offerts à l’acquisition de nouvelles cartes de crédit financières, ont conduit à une augmentation de 14,8 % des milles Aéroplan émis.

La facturation brute attribuable au secteur des services financiers a enregistré une hausse de 25,2 % pour le trimestre, en raison surtout des facteurs mentionnés ci-dessus.

  • Après une période de croissance exceptionnelle de membres Aéroplan actifs pour la première moitié de l’année, le total des cartes de crédit actives bimarques reste stable. La priorité consiste maintenant à inciter les détenteurs de nouvelles cartes à effectuer des dépenses. Le nombre net de nouvelles cartes acquises a augmenté le nombre de membres AMEX de plus de 52 % par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent; et
  • La légère hausse du prix de vente d’une unité de fidélisation attribuable aux nouvelles ententes avec des entreprises de cartes de crédit financières;

La hausse de 27,8 % de la facturation brute au titre des unités de fidélisation enregistrée depuis le début de l’exercice rend compte du versement de 100,0 M$ reçu de TD au premier trimestre de 2014, d’une augmentation de 21,3 % enregistrée par le secteur des services financiers par suite de la hausse des acquisitions de cartes, des conversions accrues de programmes de partenaires, et une promotion de 19,4 M$ avec le partenaire financier principal et des meilleurs résultats dégagés par les secteurs des voyages et du commerce de détail.

Les produits des activités ordinaires au titre des unités de fidélisation au Canada se sont chiffrés à 262,5 M$ pour le trimestre, en hausse de 11,3 % en raison des volumes d’échanges plus élevés. Les primes émises au cours du trimestre ont augmenté de 17,2 % et les primes-voyages, de 24,0 %, du fait surtout de la hausse des échanges contre des primes-voyages découlant de l’offre de primes-voyages améliorée dans le cadre du programme Distinction lancé en janvier 2014. Le nombre de milles échangés a augmenté de 11,0 % au cours du troisième trimestre. Compte non tenu de l’incidence de 617,0 M$ de la modification apportée au taux de désistements au deuxième trimestre de 2013, les produits des activités ordinaires au titre des unités de fidélisation ont augmenté de 38,5 M$ depuis le début de l’exercice à ce jour pour s’établir à 206,6 M$, en raison principalement de la croissance des volumes d’échanges.

Facturation brute et produits des activités ordinaires tirés de la vente d’unités de fidélisation dans la région EMOA

La facturation brute au titre des unités de fidélisation dans la région EMOA a représenté 24,6 % du total de la facturation brute consolidée et 33,0 % de la facturation brute au titre des unités de fidélisation sur une base consolidée pour le trimestre. La facturation brute au titre des unités de fidélisation dans la région EMOA pour le trimestre est attribuable à 83,7 % au programme Nectar UK.

La facturation brute au titre des unités de fidélisation pour la région EMOA a affiché une hausse de 4,1 % pour le trimestre, grâce essentiellement à l’incidence favorable du change. En devises constantes, la facturation brute au titre des unités de fidélisation pour la région EMOA a diminué de 6,6 % par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent, en raison principalement du calendrier des activités promotionnelles du programme Nectar UK, d’une baisse des accumulations, incluant la réduction de l’offre aux membres liée au produit d’un partenaire d’accumulation principal du programme Air Miles Moyen-Orient, et des répercussions de la conjoncture économique difficile sur le programme Nectar Italia.

Les émissions de points dans le cadre du programme Nectar UK ont affiché une baisse de 3,4 % pour le trimestre, tandis que les unités de fidélisation émises par Air Miles Moyen-Orient et Nectar Italia ont affiché une baisse respective de 7,4 % et de 4,8 %.

Pour l’exercice à ce jour, la facturation brute au titre des unités de fidélisation s’est établie à 494,6 M$, en hausse de 9,8 % en raison essentiellement de l’incidence favorable du change. Exclusion faite de l’incidence du change, la baisse opérationnelle est principalement attribuable à l’apport moindre fourni par le principal partenaire d’accumulation du programme, à la réduction de l’offre aux membres d’Air Miles Moyen-Orient et aux répercussions de la conjoncture économique difficile sur le programme Nectar Italia, partiellement compensés par l’augmentation des activités promotionnelles du principal partenaire d’accumulation de Nectar UK.

Les produits des activités ordinaires au titre des unités de fidélisation ont augmenté de 11,1 % pour s’établir à 119,9 M$ pour le troisième trimestre, en raison principalement de l’incidence favorable du change. Les échanges dans le cadre des programmes Nectar UK et Air Miles Moyen-Orient ont augmenté respectivement de 1,9 % et de 2,0 %, mais cette hausse a été compensée par la baisse de 8,7 % des échanges dans le cadre de Nectar Italia, liée à la réduction des activités promotionnelles et à la conjoncture économique difficile.

Pour l’exercice à ce jour, les produits des activités ordinaires au titre des unités de fidélisation se sont établis à 388,1 M$, en hausse de 9,6 % en raison de l’incidence favorable du change et de l’augmentation des échanges pour Nectar UK, facteurs qui ont été en partie contrebalancés par un volume d’échanges moins important pour Air Miles Moyen-Orient et Nectar Italia et par l’apport supplémentaire fourni par le principal partenaire d’accumulation du programme Air Miles Moyen-Orient afin de soutenir la participation accrue des membres à la période correspondante de 2013. Comparativement à la période de neuf mois correspondante de l’exercice précédent, le volume d’échanges du programme Nectar a augmenté de 6,4 %, tandis que celui des programmes Nectar Italia et Air Miles Moyen-Orient a diminué respectivement de 12,4 % et de 38,7 %.

Coût des primes et coûts directs

Coût des primes et coûts directs Trimestres terminés 
les 30 septembre
Périodes de
neuf mois terminées
les 30 septembre
Trimestres terminés
les 30 septembre
Périodes de
neuf mois terminées
les 30 septembre
(en millions de dollars canadiens) 2014 2013 2014 2013 Variation
en %
Variation
en %
devises
constantes
Variation
en %
Variation
en %
devises
constantes
Coût des primes et coûts directs consolidés 353,2 290,4 1 112,2 874,4 21,6 % 17,2 % 27,2 % 21,9 %
Part du Canada 210,2 157,6 653,9 533,4 33,4 % 33,4 % 22,6 % 22,6 %
Part de la région EMOA 98,5 84,9 314,0 273,4 16,0 % 4,0 % 14,9 % 0,6 %
Part de l’incidence de la TVA (72,8) ** ** ** **
Part de la région É.-U. et APAC 44,5 47,9 144,3 140,4 -7,1 % -12,5 % 2,8 % -2,2 %
Voir les « Notes explicatives des tableaux financiers » à la fin du présent communiqué de presse pour plus de détails sur les notes 1 à 11.

Pour le trimestre, le coût des primes et les coûts directs ont représenté 65,0 % des produits des activités ordinaires (65,1 % pour l’exercice à ce jour), ce qui représente une marge brute avant amortissement de 35,0 % (34,9 % pour l’exercice à ce jour).

Le coût des primes et les coûts directs ont augmenté de 21,6 % pour se chiffrer à 353,2 M$ pour le trimestre, en raison essentiellement de la hausse du coût des primes, de l’augmentation des échanges au Canada et de l’incidence défavorable du change, en partie contrebalancées par la baisse des coûts directs dans la région États-Unis et APAC.

Une tranche de 52,6 M$ de cette augmentation est attribuable au Canada, ce qui représente une hausse de 33,4 % pour le troisième trimestre par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent. L’augmentation du coût des primes au Canada s’explique par les frais d’échange plus élevés par mille Aéroplan, qui ont augmenté de 35,9 M$ en raison de l’offre améliorée de primes-voyages aux termes du nouveau programme Distinction et de la hausse de 15,3 M$ du volume d’échanges.

Dans la région EMOA, le coût des primes et les coûts directs ont augmenté de 13,6 M$ pour le trimestre, en raison essentiellement de l’incidence défavorable du change. En outre, l’augmentation s’explique par l’intensification des échanges pour Nectar UK et par la croissance des activités des services d’analytique et de connaissances et des services de fidélisation propriétaire, facteurs en partie annulés par une baisse des échanges pour Nectar Italia.

Depuis le début de l’exercice, le coût des primes a augmenté dans toutes les régions, en raison principalement de la hausse du coût d’échange par mille Aéroplan et du volume d’échanges du programme Aéroplan ayant entraîné une augmentation au Canada, l’incidence de la TVA pour l’exercice précédent et l’incidence des cours de change ayant entraîné la hausse des coûts directs et du coût des primes dans les régions EMOA, États-Unis et APAC.

Flux de trésorerie disponibles

Flux de trésorerie disponibles1) Trimestres
terminés les
30 septembre
Périodes de
neuf mois
terminées les
30 septembre
Trimestres
terminés les
30 septembre
Périodes de
neuf mois
terminées les
30 septembre
(en millions de dollars canadiens) 2014 2013 2014 2013 Variation
en %
Variation
en %
Flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation4)5)6) 68,1 80,7 321,4 180,2 -15,6 % 78,4 %
Dépenses en immobilisations (11,8) (12,2) (51,5) (32,5) -3,3 % 58,5 %
Flux de trésorerie disponibles avant versement de dividendes4)5)6) 56,3 68,5 269,9 147,7 -17,8 % 82,7 %
Flux de trésorerie disponibles avant versement de dividendes par action ordinaire4)5)6)11) 0,29 0,38 1,47 0,81 -23,7 % 81,5 %
Dividendes versés (actions ordinaires et privilégiées) (36,4) (32,2) (107,1) (94,7) 13,0 % 13,1 %
Flux de trésorerie disponibles4)5)6) 19,9 36,3 162,8 53,0 -45,2 % **
** Information non significative
Voir les « Notes explicatives des tableaux financiers » à la fin du présent communiqué de presse pour plus de détails sur les notes 1 à 11.

Pour le troisième trimestre de 2014, les flux de trésorerie disponibles avant versement de dividendes se sont établis à 56,3 M$, soit 0,29 $ par action ordinaire. Pour l’exercice à ce jour, les flux de trésorerie disponibles avant versement de dividendes se sont chiffrés à 269,9 M$, soit 1,47 $ par action ordinaire.

Le recul de 12,2 M$ enregistré pour le trimestre par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent est en grande partie attribuable à la baisse des flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation qui a résulté de la hausse du coût des primes et des coûts directs, au dépôt de 20,7 M$ versé à Revenu Québec et à l’augmentation des charges d’exploitation, facteurs qui ont été partiellement contrebalancés par la hausse de la facturation brute, par la diminution des dépenses en immobilisations et par les variations des actifs d’exploitation nets.

Pour l’exercice à ce jour, les flux de trésorerie disponibles avant versement de dividendes se sont établis à 269,9 M$, ce qui représente une hausse de 122,2 M$. L’augmentation, qui est principalement attribuable à la hausse des flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation, notamment le versement de 100,0 M$ reçu de TD, le remboursement d’impôt de 83,4 M$ et le montant de 22,5 M$ au titre de la taxe de vente harmonisée lié au paiement à la CIBC, a été neutralisée par le coût des primes plus élevé et les coûts directs, par l’augmentation des charges d’exploitation, par le dépôt de 20,7 M$ versé à Revenu Québec et par la hausse des dépenses en immobilisations.

Les dépenses en immobilisations se sont établies à 11,8 M$ pour le trimestre et à 51,5 M$ pour l’exercice à ce jour, et elles reflètent essentiellement les investissements dans les technologies de l’information et les dépenses liées à l’immobilier, notamment la relocalisation de notre siège social dans la nouvelle tour Aimia de Montréal à la fin d’avril 2014.

Les dividendes versés pour le trimestre se sont élevés à 36,4 M$ (107,1 M$ pour l’exercice à ce jour). De ce montant, une tranche de 31,3 M$ se rapporte aux dividendes trimestriels versés aux actionnaires ordinaires (92,1 M$ pour l’exercice à ce jour).

Informations sur les dividendes et les actions

Montant du dividende
Date de déclaration du dividende Par action
ordinaire
Par action
privilégiée,
série 1
Par action
privilégiée,
série 3
27 février 2013 0,160 $ 0,406250 $
13 mai 2013 0,170 $ 0,406250 $
12 août 2013 0,170 $ 0,406250 $
13 novembre 2013 0,170 $ 0,406250 $
26 février 2014 0,170 $ 0,406250 $ 0,321100 $
13 mai 2014 0,180 $ 0,406250 $ 0,390625 $
13 août 2014 0,180 $ 0,406250 $ 0,390625 $
12 novembre 2014 0,180 $ 0,406250 $ 0,390625 $

Actions ordinaires
Le conseil d’administration a déclaré un dividende trimestriel de 0,18 $ par action ordinaire, payable le 31 décembre 2014 aux actionnaires inscrits à la clôture des activités le 17 décembre 2014.

Au 30 septembre 2014, il y avait 174 026 383 actions ordinaires en circulation. Pour le trimestre terminé le 30 septembre 2014, le nombre moyen pondéré de base et dilué d’actions ordinaires était de 173 992 899.

Actions privilégiées
Le conseil d’administration a également déclaré un dividende trimestriel de 0,40625 $ par action privilégiée à taux rajusté et à dividende cumulatif, série 1, et un dividende trimestriel de 0,390625 $ par action privilégiée à taux rajusté et à dividende cumulatif de série 3, payables le 31 décembre 2014 dans les deux cas aux détenteurs inscrits à la clôture des activités le 17 décembre 2014.

Au 30 septembre 2014, il y avait 6 900 000 actions privilégiées à taux rajusté et à dividende cumulatif de série 1, en circulation et 6 000 000 d’actions privilégiées à taux rajusté et à dividende cumulatif de série 3, en circulation.

Les dividendes payés par Aimia aux résidents canadiens sur ses actions ordinaires et privilégiées constituent des « dividendes admissibles » au sens des lois canadiennes de l’impôt.

Distributions et placements

Distributions
Une distribution de 3,8 M$ de PLM a été reçue au troisième trimestre de 2014, comparativement à une distribution de 3,5 M$ au troisième trimestre de 2013.

Placements

Les placements actuels sont notamment les suivants :

Placements
Appellation Pays % détenu par
Aimia
Placements dans des partenariats
PLM Premier S.A.P.I. de CV Mexique 48,9 %
Prismah Fidelidade S.A. Brésil 50,0 %
Insight 2 Communications LLP Royaume-Uni 50,0 %
Think Big Malaisie n.d.
Placements dans des entreprises associées et autres
China Rewards Chine n.d.
Cardlytics États-Unis n.d.
Travel Club Espagne 25,0 %
Factal Analytics Inde n.d.
n.d. : non dévoilé

État de la situation financière et situation financière

À la fin de septembre 2014, Aimia avait des engagements aux termes de ses emprunts à long terme (incluant les intérêts) totalisant 788,1 M$, dont une tranche de 7,2 M$ vient à échéance en 2014.

Obligations contractuelles liées à la dette à long terme (en millions de dollars canadiens)
Total 2014 2015 2016 2017 2018 Par la
suite
Dette à long terme 650,0 200,0 200,0 250,0
Intérêts 138,1 7,2 37,4 37,4 30,5 18,6 7,0
Total de la dette à long terme et des intérêts 788,1 7,2 37,4 37,4 230,5 218,6 257,0

Au 30 septembre 2014, Aimia avait des billets garantis de premier rang en cours d’un montant de 650,0 M$, dont les dates d’échéance s’échelonnent jusqu’au 17 mai 2019. Les billets garantis de premier rang de série 2, de 150,0 M$ sont venus à échéance le 2 septembre 2014 et ont été remboursés à partir des fonds en caisse.

Aimia disposait aussi d’un montant autorisé de 300,0 M$ aux termes de sa facilité de crédit renouvelable venant à échéance le 23 avril 2018 et avait des lettres de crédit irrévocables d’un montant global de 51,2 M$ qui réduisent le montant disponible sur cette facilité. La disponibilité continue de la facilité de crédit est sous réserve du respect, par Aimia, de certaines clauses restrictives relatives au ratio de levier financier, au service de la dette et au ratio de couverture des intérêts, ainsi que de certaines autres obligations de faire et de ne pas faire, notamment le fait de plafonner les distributions versées sous forme de dividendes ou de remboursement de capital au cours d’un exercice donné, comme le prescrivent les ententes de crédit. Au 30 septembre 2014, Aimia respectait toutes ces clauses restrictives.

Au 30 septembre 2014, Aimia avait une dette nette de (299,7) M$, laquelle inclut une dette à long terme de 650,0 M$ moins 615,2 M$ en trésorerie et des placements à long terme en obligations, des placements à court terme et des liquidités soumises à restrictions totalisant 334,5 M$.

La trésorerie disponible, incluant la trésorerie et les équivalents de trésorerie, les placements à court terme et les placements à long terme en obligations, totalisait 436,0 M$, après déduction de la réserve au titre des échanges de 487,9 M$ liée à ses programmes au Canada et au Royaume-Uni.

Téléconférence trimestrielle avec les investisseurs et webdiffusion

Aimia tiendra une téléconférence à 8 h HE le jeudi 13 novembre 2014 pour discuter des résultats financiers du troisième trimestre de 2014. On peut y participer en composant le 1 888 231-8191 ou le 647 427-7450, dans la région de Toronto. La téléconférence sera webdiffusée simultanément à l’adresse : http://www.newswire.ca/fr/webcast/detail/1281433/1413777

Une présentation sous forme de diapositives accompagnant la téléconférence sera disponible le soir du 12 novembre 2014 à l’adresse : http://www.aimia.com/content/aimiawebsite/global/fr/investors/presentations.html et une rediffusion de la téléconférence sera disponible pendant les 90 jours qui suivront la diffusion initiale à l’adresse : http://www.aimia.com/fr/investors/events.html

Les états financiers consolidés audités et le rapport de gestion seront accessibles sur le site Web des Relations avec les investisseurs, à l’adresse : http://www.aimia.com/fr/investors/quarterly-reports.html

Notes explicatives des tableaux financiers

  1. Les mesures hors PCGR (BAIIA ajusté, résultat net ajusté par action ordinaire et flux de trésorerie disponibles avant versement de dividendes) et les devises constantes sont expliquées aux sections intitulées « Sensibilité aux taux de change et devises constantes » et « Utilisation de mesures non conformes aux PCGR ». Des écarts sont possibles en raison de l’arrondissement des chiffres.
  2. Le total des produits des activités ordinaires pour la période de neuf mois terminée le 30 septembre 2013 tient compte de l’incidence non comparable de la modification apportée au taux de désistements du programme Aéroplan, qui s’est traduite par une réduction des produits des activités ordinaires au titre des unités de fidélisation de 617,0 M$. Le résultat net et le résultat par action ordinaire pour la période de neuf mois terminée le 30 septembre 2013 tiennent compte aussi de l’incidence non comparable de la modification apportée à l’estimation des taux de désistement de 449,5 M$, déduction faite d’un recouvrement d’impôt sur le résultat de 167,5 M$.
  3. Le BAIIA ajusté, le résultat net et le résultat net ajusté pour la période de neuf mois terminée le 30 septembre 2013 tiennent compte de l’incidence favorable qui représente respectivement 24,0 M$, 40,2 M$ et 40,2 M$ découlant du jugement définitif dans le cadre du litige concernant la TVA. Voir le rapport de gestion pour le trimestre et la période de neuf mois terminés le 30 septembre 2014 pour plus de détails.
  4. Inclut un montant de 83,4 M$ reçu de l’Agence du revenu du Canada au cours de la période de neuf mois terminée le 30 septembre 2014 au titre du remboursement d’impôt lié au report en arrière d’une perte au Canada.
  5. La facturation brute et le BAIIA ajusté incluent le versement de 100,0 M$ reçu de TD au cours de la période de neuf mois terminée le 30 septembre 2014. Le résultat net ajusté par action ordinaire inclut le versement totalisant 73,4 M$ reçu de TD au cours de la période de neuf mois terminée le 30 septembre 2014, déduction faite d’une charge d’impôt sur le résultat de 26,6 M$.
  6. Inclut le crédit au titre de la taxe de vente harmonisée de 22,5 M$ reçu au cours de la période de neuf mois terminée le 30 septembre 2014.
  7. Représente les chiffres comptabilisés exclusion faite du paiement à la CIBC de 150,0 M$ et de la provision au titre de la migration des cartes de 50,0 M$.
  8. Représente les chiffres comptabilisés exclusion faite du paiement à la CIBC de 150,0 M$ et de la taxe de vente harmonisée connexe de 22,5 M$.
  9. Inclut 100,0 M$ au titre du remboursement d’impôt lié au report en arrière d’une perte au Canada et un crédit de taxes sur les intrants de 22,5 M$ lié au paiement de la taxe de vente harmonisée effectué en 2013.
  10. L’écart entre le total consolidé et les totaux partiels par région résulte des éliminations intersociétés.
  11. Calculé comme suit : (flux de trésorerie disponibles avant versement de dividendes moins les dividendes versés sur les actions privilégiées) / nombre moyen pondéré d’actions ordinaires en circulation.

Sensibilité aux taux de change et devises constantes

Sensibilité aux taux de change
Aimia est exposée au risque de change sur ses activités étrangères libellées dans une autre monnaie que le dollar canadien, soit principalement la livre sterling. Par conséquent, Aimia est exposée aux fluctuations découlant de la variation des cours de change.

Devises constantes
Les taux de change représentent un facteur important dans la compréhension de comparaisons d’une période à l’autre. La présentation de divers indicateurs financiers en devises constantes ou après la conversion de devises, en supplément des indicateurs financiers réels, contribue à améliorer la capacité de compréhension des résultats d’exploitation et facilite l’évaluation du rendement par rapport aux périodes antérieures. Les informations en devises constantes comparent les résultats entre les périodes, comme si les taux de change n’avaient pas fluctué au cours de la période faisant l’objet de l’analyse. Pour obtenir les résultats en devises constantes, on recalcule les résultats de l’exercice en cours en utilisant les taux de change de l’année précédente. Les résultats calculés en devises constantes devraient se rajouter, et en aucun cas se substituer, aux résultats présentés conformément aux PCGR. Par ailleurs, il se peut que les résultats calculés en devises constantes ne soient pas comparables aux mesures semblables utilisées par d’autres sociétés.

Utilisation de mesures non conformes aux PCGR
Afin de mieux comprendre les résultats, les indicateurs suivants sont utilisés :

Résultat avant intérêt, impôt et amortissement ajusté
La direction se sert du BAIIA ajusté en fonction de certains facteurs propres aux activités de la Société, tels que les variations des produits différés et la variation des frais d’échange futurs (le « BAIIA ajusté »), pour évaluer le rendement et mesurer la conformité aux clauses restrictives relatives à la dette. De l’avis de la direction, le BAIIA ajusté aide les investisseurs à comparer le rendement de la Société d’une manière uniforme, sans égard à l’amortissement et aux pertes de valeur du goodwill qui, de par leur nature, sont des éléments hors trésorerie et peuvent varier de façon importante en fonction des méthodes de comptabilisation utilisées et de divers facteurs non liés à l’exploitation tels que le coût d’origine. Le BAIIA ajusté tient aussi compte des distributions et des dividendes reçus ou à recevoir des placements mis en équivalence.

Le BAIIA ajusté n’est pas une mesure conforme aux PCGR, il ne saurait se substituer au résultat d’exploitation ou au résultat net pour mesurer le rendement et il n’est pas comparable aux mesures similaires employées par d’autres émetteurs. Pour un rapprochement avec les PCGR, se reporter au tableau Sommaire des résultats d’exploitation consolidés et rapprochement du BAIIA, du BAIIA ajusté, du résultat net ajusté et des flux de trésorerie disponibles inclus à la page 13 du rapport de gestion pour le trimestre et la période de neuf mois terminés le 30 septembre 2014. Le BAIIA ajusté ne doit pas être utilisé comme mesure exclusive des flux de trésorerie, puisqu’il ne tient compte ni de la croissance du fonds de roulement, ni des dépenses en immobilisations, des remboursements de la dette et d’autres rentrées et sorties de fonds, lesquels sont présentés au tableau des flux de trésorerie.

Résultat net ajusté
Le résultat net ajusté permet d’évaluer la rentabilité d’une manière cohérente avec le BAIIA ajusté. Il correspond au résultat net attribuable aux actionnaires de la Société, ajusté pour exclure l’amortissement des contrats avec des partenaires d’accumulation, des relations clients et de la technologie, la quote-part du résultat net des placements mis en équivalence et les pertes de valeur. Le résultat net ajusté tient compte de la variation des produits différés et de la variation des frais d’échange futurs, déduction faite de l’incidence de l’impôt sur le résultat et de la participation ne donnant pas le contrôle (le cas échéant) dans ces éléments à l’échelle de l’entité. Le résultat net ajusté tient aussi compte des distributions et des dividendes reçus ou à recevoir des placements mis en équivalence.

Le résultat net ajusté n’est pas une mesure conforme aux PCGR, il ne saurait se substituer au résultat net pour mesurer la rentabilité et il n’est pas comparable aux mesures similaires employées par d’autres émetteurs. Pour un rapprochement avec les PCGR, se reporter au tableau Sommaire des résultats d’exploitation consolidés et rapprochement du BAIIA, du BAIIA ajusté, du résultat net ajusté et des flux de trésorerie disponibles inclus à la page 13 du rapport de gestion du trimestre et de la période de neuf mois terminés le 30 septembre 2014.

Résultat net ajusté par action ordinaire
Le résultat net ajusté par action ordinaire permet d’évaluer la rentabilité par action ordinaire d’une manière cohérente avec le résultat net ajusté. Il correspond au résultat net ajusté diminué des dividendes déclarés sur les actions privilégiées, divisé par le nombre moyen pondéré de base et dilué d’actions ordinaires.

Le résultat net ajusté par action ordinaire n’est pas une mesure conforme aux PCGR, il ne saurait se substituer au résultat net par action ordinaire pour mesurer la rentabilité par action ordinaire et il n’est pas comparable aux mesures similaires employées par d’autres émetteurs. Pour un rapprochement avec les PCGR, se reporter au tableau Sommaire des résultats d’exploitation consolidés et rapprochement du BAIIA, du BAIIA ajusté, du résultat net ajusté et des flux de trésorerie disponibles inclus à la page 13 du rapport de gestion pour le trimestre et la période de neuf mois terminés le 30 septembre 2014.

Flux de trésorerie disponibles normalisés (« Flux de trésorerie disponibles »)
Les flux de trésorerie disponibles sont une mesure non conforme aux PCGR recommandée par l’ICCA en vue d’établir une mesure cohérente et comparable des flux de trésorerie disponibles d’une entité à l’autre à partir des flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation. Cette mesure est utilisée comme indicateur de la solidité et de la performance financières.

Les flux de trésorerie disponibles se définissent comme étant les flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation, comme ils sont comptabilisés selon les PCGR, déduction faite des ajustements pour tenir compte :

a) du total des dépenses en immobilisations inscrit selon les PCGR;
b) des dividendes, quand cela est stipulé, à moins qu’ils ne soient déduits du calcul des flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation.

Pour un rapprochement avec les flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation, se reporter au tableau Sommaire des résultats d’exploitation consolidés et rapprochement du BAIIA, du BAIIA ajusté, du résultat net ajusté et des flux de trésorerie disponibles inclus à la page 13 du rapport de gestion pour le trimestre et la période de neuf mois terminés le 30 septembre 2014.

Le BAIIA et les flux de trésorerie disponibles sont des mesures non conformes aux PCGR recommandées par l’ICCA conformément à sa publication d’octobre 2008, intitulée Améliorer la communication de l’information au moyen de mesures financières hors PCGR – Principes généraux et lignes directrices sur la présentation du BAIIA et des flux de trésorerie disponibles.

Flux de trésorerie disponibles avant versement de dividendes par action ordinaire

Les flux de trésorerie disponibles avant versement de dividendes par action ordinaire sont une mesure des flux de trésorerie tirés des activités d’exploitation, par action. Ils se calculent comme suit : flux de trésorerie disponibles avant versement de dividendes diminués des dividendes versés sur actions privilégiées, divisés par le nombre moyen pondéré d’actions ordinaires en circulation.

Se reporter au tableau Sommaire des résultats d’exploitation consolidés et rapprochement du BAIIA, du BAIIA ajusté, du résultat net ajusté et des flux de trésorerie disponibles inclus à la page 13 du rapport de gestion pour le trimestre et la période de neuf mois terminés le 30 septembre 2014.

Déclaration sur les hypothèses relatives aux prévisions

Les prévisions ci-dessus excluent les effets des fluctuations des taux de change. De plus, les prévisions pour 2014 ont été produites à l’aide d’un certain nombre d’hypothèses économiques et de marché, y compris des hypothèses concernant la conjoncture économique des pays dans lesquels la Société exerce ses activités, la concurrence et les lois fiscales applicables aux activités de la Société. La Société tient à rappeler que les hypothèses utilisées pour préparer les prévisions pour 2014, bien qu’elles étaient raisonnables au moment où elles ont été établies, pourraient s’avérer incorrectes ou inexactes. Les prévisions ci-dessus ne tiennent pas compte non plus de l’incidence que pourraient avoir d’éventuels éléments non récurrents ou exceptionnels ou de nouvelles ententes commerciales importantes, cessions, fusions, acquisitions ou autres regroupements d’entreprises ou transactions susceptibles d’être annoncés ou de se produire après le 12 novembre 2014. L’incidence financière de telles transactions et de tels éléments non récurrents ou exceptionnels peut être complexe et dépend des faits qui se rattachent à chacun d’entre eux. Nous ne pouvons donc décrire l’incidence prévue de façon complète ou la présenter de la manière dont nous connaissons actuellement les risques auxquels sont exposées nos activités. Par conséquent, les résultats réels pourraient différer considérablement de nos attentes énoncées dans le présent communiqué de presse. Les perspectives constituent des énoncés prospectifs au sens des lois sur les valeurs mobilières applicables et doivent être lues parallèlement à la rubrique « Avertissement concernant les énoncés prospectifs ».

Avertissement concernant les énoncés prospectifs

Le présent communiqué de presse contient des énoncés prospectifs. Ces derniers se reconnaissent à l’usage de termes tels que « prévoir », « croire », « pouvoir », « estimer », « s’attendre à », « avoir l’intention de », « planifier », « projeter » et à l’emploi d’autres termes semblables, notamment à la mention de certaines hypothèses. Ces énoncés peuvent porter, par exemple, sur des stratégies, des attentes, des activités prévues ou des mesures à venir sans s’y limiter.

De par leur nature, les énoncés prospectifs partent d’hypothèses et sont soumis à d’importants risques et incertitudes. Les prévisions, les prédictions ou les énoncés prospectifs ne sont pas fiables en raison notamment de la nature évolutive des événements externes et des incertitudes auxquelles les activités et la structure de l’entreprise sont soumises en général. La réalité pourra se révéler très différente des résultats exprimés dans les énoncés prospectifs pour de nombreuses raisons, entre autres la dépendance envers les principaux partenaires d’accumulation et les clients, les modifications apportées au programme Aéroplan, l’incapacité de protéger les bases de données et les renseignements personnels des consommateurs, les conflits d’intérêts, un nombre plus élevé que prévu d’échanges contre des primes, la réglementation, la situation de l’économie ou du marché de détail, la concurrence, les problèmes de liquidité d’Air Canada, les perturbations chez Air Canada ou dans l’industrie du voyage, des changements dans le secteur du transport aérien et une hausse des coûts des transporteurs aériens, les coûts d’approvisionnement et de capacité, les frais d’échange futurs non provisionnés, les changements aux programmes de fidélisation coalisés, la nature saisonnière des activités, d’autres facteurs et le rendement antérieur, les activités à l’étranger, les poursuites, la dépendance envers le personnel clé, les relations de travail, le passif au titre des régimes de retraite, les pannes d’équipement électronique et l’incapacité d’utiliser les logiciels tiers, l’incapacité de protéger les droits de propriété intellectuelle, les fluctuations des taux d’intérêt et du change, le niveau d’endettement et les clauses restrictives relativement à la dette actuelle et future, l’incertitude des versements de dividendes, la gestion de la croissance, les notations de crédit, de même que les autres facteurs précisés dans les documents publics d’Aimia déposés auprès des organismes de réglementation en valeurs mobilières canadiens.

Les énoncés prospectifs contenus dans les présentes témoignent des attentes d’Aimia au 12 novembre 2014 et ils pourraient changer après cette date. Toutefois, Aimia n’a aucunement l’intention ni l’obligation de mettre à jour ou de réviser les énoncés prospectifs, que ce soit en raison d’une nouvelle information, d’un fait nouveau ou pour toute autre raison, sauf si cela est exigé en vertu des règlements en valeurs mobilières applicables.

À propos d’Aimia

Aimia Inc. (« Aimia » ou la « Société ») est un chef de file international dans le domaine de la gestion de la fidélisation. Comptant plus de 4 300 employés dans 20 pays, Aimia offre à ses clients, à ses partenaires et à ses membres une expertise avérée pour ce qui est de lancer et de gérer des programmes de fidélisation coalisés, de fournir des services de fidélisation propriétaire, de créer de la valeur grâce à l’analytique de la fidélité et de susciter l’innovation dans les espaces émergents numériques, mobiles et de communication sociale.

Aimia possède et exploite Aéroplan, le programme de fidélisation coalisé par excellence du Canada, Nectar, le plus important programme de fidélisation coalisé du Royaume-Uni, Nectar Italia, le plus important programme de fidélisation coalisé d’Italie et Smart Button, un important fournisseur de solutions de fidélisation SaaS. Aimia détient en outre des participations dans Air Miles Moyen-Orient, Travel Club, le plus important programme de fidélisation coalisé d’Espagne, Club Premier, le plus important programme de fidélisation coalisé du Mexique, China Rewards, le premier programme de fidélisation coalisé en Chine qui permet à ses membres d’accumuler et de troquer une devise commune, Think Big, propriétaire et exploitant de BIG, le programme de fidélisation d’AirAsia et de Tune Group, Prismah Fidelidade au Brésil et i2c, une coentreprise avec Sainsbury, qui offre des connaissances et des services d’analytique des données aux détaillants et à leurs fournisseurs au Royaume-Uni. Aimia détient aussi une participation minoritaire dans Cardlytics, une société américaine fermée dans le domaine du marketing lié aux cartes, et dans Fractal Analytics, fournisseur de techniques d’analytique avancée. Aimia est cotée à la Bourse de Toronto (TSX: AIM). Pour obtenir plus de renseignements, veuillez visiter www.aimia.com.

SOURCE AIMIA

 

Médias
Krista Pawley
416 352 3794
krista.pawley@aimia.com

Analystes et investisseurs
Angela McMonagle
647-428-5280
angela.mcmonagle@aimia.com