Aimia assure le bon positionnement futur d’Aéroplan aux termes d’ententes décennales conclues avec TD et CIBC

////Aimia assure le bon positionnement futur d’Aéroplan aux termes d’ententes décennales conclues avec TD et CIBC
Aimia assure le bon positionnement futur d’Aéroplan aux termes d’ententes décennales conclues avec TD et CIBC 2017-12-06T20:12:59+00:00

16.09.2013

MONTRÉAL, le 16 sept. 2013 /CNW Telbec/ – Aimia a confirmé aujourd’hui la conclusion d’ententes décennales relatives aux cartes de crédit financières avec le Groupe Banque TD (TD) et la Banque Canadienne Impériale de Commerce (CIBC), qui prendront effet le 1er janvier 2014. TD deviendra le principal partenaire de services financiers et émetteur de cartes de crédit d’Aéroplan, en vertu d’une version modifiée de l’entente annoncée antérieurement, tandis que la CIBC continuera également d’être un émetteur de cartes de crédit Aéroplan pour les clients bancaires de la CIBC. Aimia a également annoncé la conclusion d’un contrat d’achat avec TD et la CIBC, contrat aux termes duquel TD acquerra environ la moitié du portefeuille de cartes Aéroplan actuel et la CIBC conservera le reste du portefeuille, composé des titulaires de cartes Aéroplan qui ont des relations bancaires plus étendues avec la CIBC.

Les deux banques offriront aux membres une gamme améliorée de cartes de crédit Visa Aéroplan qui comprendra plus d’options d’accumulation et d’avantages que jamais, y compris des primes aériennes exclusives avec Air Canada, tout en faisant bénéficier tous les membres Aéroplan des modifications inédites apportées au programme Aéroplan au moyen du lancement du programme d’avantages Distinction en janvier 2014.

Rupert Duchesne, chef de la direction du groupe d’Aimia a déclaré : « Les ententes que nous annonçons aujourd’hui avec TD et la CIBC donneront un élan réel au programme Aéroplan transformé que nous lancerons en janvier et fourniront une plateforme solide et stable sur laquelle asseoir la croissance de l’entreprise canadienne. La mise en place de ces ententes préservera également la souplesse financière dont nous avons besoin pour investir dans les occasions de croissance qui pourront s’ouvrir à Aimia au cours des prochaines années. »

Modalités des nouvelles ententes avec des entreprises de cartes de crédit financières

Les modalités des deux ententes décennales conclues avec des entreprises de cartes de crédit financières comprennent ce qui suit :

  • une augmentation de plus de 15 % du prix par mille, en phase avec les niveaux du marché; et
  • une collaboration plus exhaustive en matière d’analytique de données et de connaissance de la clientèle.

Comme il a été divulgué en juin, l’entente conclue avec TD prévoit expressément ce qui suit :

  • un versement initial à Aimia de 100 millions de dollars par TD en 2014 qui aidera à couvrir les améliorations apportées au programme; et
  • un engagement d’investissement conjoint en marketing d’environ 140 millions de dollars financé par TD et Aimia sur 4 ans en vue de faire connaître les caractéristiques des nouvelles cartes et du nouveau programme.

L’engagement d’achat de milles minimum de TD a été mis à jour et est passé à un engagement de volume quinquennal basé sur les milles achetés par TD et la CIBC. Ces paiements pourraient totaliser jusqu’à 95 millions de dollars.

Les caractéristiques de la nouvelle offre de cartes de crédit qui sera lancée par les banques au cours de 2014 ont été annoncées le 27 juin 2013. TD commercialisera ses cartes par l’intermédiaire d’un vaste réseau de canaux de TD, d’Aéroplan et de commercialisation grand public et la CIBC fera appel à ses canaux exclusifs pour les offrir à ses propres clients.

« Le fait de s’associer à deux des principales institutions financières du Canada représentera une nouvelle donne sur le marché pour Aéroplan et renforcera notre position de chef de file », a affirmé Vince Timpano, président et chef de la direction d’Aimia au Canada. « Grâce à ces ententes exceptionnelles, les membres Aéroplan ont toutes les raisons de se réjouir de ce qui les attend en 2014, car non seulement offrirons-nous une nouvelle gamme intéressante de cartes de crédit, mais janvier marquera également le lancement de Distinction, notre programme de reconnaissance innovateur, de même que de nos nouvelles primes aériennes au Tarif du marché qui offriront aux membres encore plus de sièges et une valeur supérieure. Grâce à ces changements inédits, Aéroplan continuera de pouvoir offrir la voie la plus rapide vers les vols et les expériences que les consommateurs canadiens de primes apprécient le plus. »

Aimia, TD et la CIBC sont déterminées à s’assurer que les membres demeurent informés au cours de tout ce processus et que toute transition se fera facilement. Une campagne de commercialisation tripartite sera lancée sous peu pour communiquer aux membres et aux titulaires de cartes Aéroplan l’information dont ils ont besoin en vue de la transition vers les nouvelles cartes en 2014.

Peu importe si les membres passent ou non à une nouvelle carte, tous les milles Aéroplan qu’ils accumulent jusqu’à la fin de 2013 sont déposés dans leur compte Aéroplan et ne sont pas liés à leur carte de crédit actuelle.

Modalités de l’opération d’achat

TD, la CIBC et Aimia ont aussi conclu une entente relativement à l’achat par TD d’environ la moitié du portefeuille de cartes de crédit Aéroplan auprès de la CIBC. Aux termes de cette entente, la CIBC conservera les 630 000 autres comptes Aéroplan détenus par ses clients bancaires existants. En date du 30 juin 2013, le portefeuille devant être acquis par TD représentait environ 20 milliards de dollars en volume d’achats, 550 000 comptes et 3 milliards de dollars en créances aux termes de cartes de crédit.

Au total, la CIBC recevra 312,5 millions de dollars (plus la valeur nominale des créances aux termes de cartes de crédit non réglées connexes) pour le transfert d’environ la moitié de son portefeuille de cartes Aéroplan à TD ainsi que d’autres arrangements connexes. Aux termes de ces ententes, Aimia fournira une tranche de 150 millions de dollars des paiements à faire à la CIBC.

Les titulaires de cartes inclus dans le portefeuille de la CIBC peuvent choisir de migrer vers TD et vice versa. Selon la migration nette de comptes de carte de crédit de marque Aéroplan entre la CIBC et TD au cours des cinq prochaines années, TD, Aimia et la CIBC ont convenu de faire des versements additionnels pouvant atteindre 400 millions de dollars. Aimia prendra à sa charge ou aura le droit de recevoir jusqu’à 100 millions de dollars sur ces versements.

La CIBC collaborera aussi avec TD aux termes d’une entente d’administration provisoire afin d’opérer une transition sans heurts des clients passant à TD, ce qui permettra aux membres de continuer à accumuler des milles Aéroplan.

Questions juridiques et conditions de clôture

Parallèlement aux ententes annoncées aujourd’hui, la CIBC a également accepté de donner, à la clôture de l’opération envisagée par le contrat d’achat, une quittance complète à Aimia et à TD à l’égard des réclamations qui pourraient être présentées par suite du fait que TD deviendra le principal émetteur de cartes de crédit financières d’Aéroplan.

L’entente relative aux cartes de crédit financières entre Aimia et la CIBC comprend une option de résiliation pour chaque partie après la troisième année de l’entente si certaines conditions reliées à la migration des cartes de crédit Aéroplan comprises dans le portefeuille que conservera la CIBC vers d’autres cartes de crédit CIBC sont réunies.

Les parties prévoient actuellement clôturer l’opération d’achat avant la fin de 2013, sous réserve de l’obtention de certaines approbations des organismes de réglementation et du respect des autres conditions de clôture usuelles dans le cadre d’opérations de cette nature.

Perspectives pour 2013

Notre BAIIA ajusté et nos flux de trésorerie disponibles avant dividendes comptabilisés pour 2013 sont en cours de révision principalement par suite des paiements exceptionnels annoncés aujourd’hui, en supposant que la clôture de l’opération d’achat aura lieu avant la fin de 2013, et des dépenses de marketing supplémentaires qui devront être engagées en 2013 relativement à l’opération.

Nous nous attendons actuellement à un BAIIA ajusté sous-jacent pour 2013 d’environ 350 millions de dollars et à une réduction de 25 millions de dollars principalement attribuable aux frais de marketing accrus associés aux ententes relatives aux cartes financières et à la conjoncture des marchés plus faible que prévue au cours de la dernière partie de 2013. Le versement de 150 millions de dollars à faire à la CIBC à la clôture et la provision pouvant s’élever jusqu’à 100 millions de dollars qu’il faudra peut-être constituer en vue des versements nets éventuels liés à la migration dont il est question ci-dessus pourraient réduire le BAIIA ajusté comptabilisé pour 2013 à environ 100 millions de dollars. La valeur de la provision qu’il faudra peut-être comptabiliser sera confirmée au moment de la communication de nos résultats de fin d’exercice. Ces versements éventuels liés à la migration ne sauraient avoir d’incidence réelle sur la trésorerie avant 2015 au plus tôt.

On prévoit maintenant que les flux de trésorerie disponibles avant dividendes sous-jacents de 2013 se situeront dans une fourchette révisée de 230 millions de dollars à 250 millions de dollars, compte tenu de la réduction de 25 millions de dollars décrite plus haut. Le versement de 150 millions de dollars effectué à la clôture en 2013 modifierait encore les flux de trésorerie disponibles avant dividendes de 2013, qui s’établiraient alors à un montant situé entre 80 millions de dollars et 100 millions de dollars.

Les prévisions ci-dessus devraient être lues à la lumière des prévisions plus détaillées se trouvant dans les communiqués sur les résultats datés du 27 février 2013 et du 12 août 2013. Les prévisions ci-dessus excluent les effets des fluctuations des taux de change et ont été produites à l’aide d’un certain nombre d’hypothèses économiques et de marché, y compris des hypothèses concernant la conjoncture économique des pays dans lesquels la Société exerce ses activités, la concurrence et les lois fiscales applicables aux activités de la Société. La Société tient à rappeler que les hypothèses utilisées pour préparer les prévisions pour 2013, bien qu’elles fussent raisonnables au moment où elles ont été établies, pourraient s’avérer incorrectes ou inexactes. Les prévisions ci-dessus ne tiennent pas compte non plus de l’incidence que pourraient avoir d’éventuels éléments non récurrents ou exceptionnels ou de nouvelles ententes commerciales importantes, cessions, fusions, acquisitions ou autres regroupements d’entreprises ou transactions susceptibles d’être annoncés ou de se produire après le 16 septembre 2013. L’incidence financière de telles transactions et de tels éléments non récurrents ou exceptionnels peut être complexe et dépend des faits qui se rattachent à chacun d’entre eux. Nous ne pouvons donc décrire l’incidence prévue de façon complète ou la présenter de la manière dont nous présentons les risques connus auxquels sont exposées nos activités. Par conséquent, les résultats réels pourraient différer considérablement de nos attentes énoncées dans le présent communiqué de presse. Les perspectives constituent des énoncés prospectifs au sens des lois sur les valeurs mobilières applicables et doivent être lues parallèlement à la rubrique « Avertissement concernant les énoncés prospectifs ».

Conférence téléphonique à l’intention des investisseurs et des analystes
Aimia tiendra une conférence téléphonique pour discuter de l’annonce à 8 h HE aujourd’hui, le lundi 16 septembre 2013. Vous pourrez participer à cette conférence en composant le 1 888 231-8191 ou le 647 427-7450 (région de Toronto). L’appel sera simultanément retransmis par webémission audio à : http://www.newswire.ca/fr/webcast/detail/1224043/1348001.

Renseignements à l’intention des membres concernant les améliorations apportées au programme Aéroplan et à l’entente relative aux cartes de crédit
Pour en savoir davantage, visitez www.aeroplan.com/nouveau. Les consommateurs peuvent aussi poser des questions sur Twitter (@Aeroplan) ou Facebook (www.facebook.com/Aeroplan) ou communiquer avec le Centre de contact Aeroplan, au 1 800 361-5373.

Utilisation de mesures non conformes aux PCGR
Afin de mieux comprendre les résultats financiers, les indicateurs suivants sont utilisés :

Résultat avant intérêt, impôts et amortissement ajusté 
La direction se sert du BAIIA ajusté en fonction de certains facteurs propres aux activités de la Société, tels que les variations des produits différés et la variation des frais d’échange futurs (le « BAIIA ajusté »), pour évaluer le rendement et mesurer la conformité aux clauses restrictives relatives à la dette. De l’avis de la direction, le BAIIA ajusté aide les investisseurs à comparer le rendement de la Société d’une manière uniforme, sans égard à l’amortissement qui, de par sa nature, est un élément hors trésorerie et peut varier de façon importante en fonction des méthodes de comptabilisation utilisées et de divers facteurs non opérationnels tels que le coût d’origine. Le BAIIA ajusté tient aussi compte des distributions et des dividendes versés par les investissements mis en équivalence.

Le BAIIA ajusté n’est pas une mesure conforme aux PCGR, il ne saurait se substituer au résultat opérationnel ou au résultat net pour mesurer le rendement et il n’est pas comparable aux mesures similaires employées par d’autres émetteurs. Pour un rapprochement avec les PCGR, se reporter au tableau Sommaire des résultats opérationnels consolidés et rapprochement du BAIIA, du BAIIA ajusté, du résultat net ajusté et des flux de trésorerie disponibles inclus à l’annexe ci-jointe. Le BAIIA ajusté ne doit pas être utilisé comme mesure exclusive des flux de trésorerie, puisqu’il ne tient compte ni de la croissance du fonds de roulement, ni des dépenses en immobilisations, des remboursements de la dette et d’autres rentrées et sorties de fonds, lesquels sont présentés au tableau des flux de trésorerie.

Résultat net ajusté 
Le résultat net ajusté permet d’évaluer la rentabilité d’une manière cohérente avec le BAIIA ajusté. Il correspond au résultat net attribuable aux actionnaires de la Société, ajusté pour exclure l’amortissement des contrats avec des partenaires d’accumulation, des relations clients et de la technologie, la quote-part du résultat net des placements mis en équivalence et les pertes de valeur comptabilisées. Le résultat net ajusté tient compte de la variation des produits différés et de la variation des frais d’échange futurs, déduction faite de l’incidence des impôts sur le résultat et de la participation ne donnant pas le contrôle (le cas échéant) dans ces éléments à l’échelle de l’entité. Le résultat net ajusté tient aussi compte des distributions et des dividendes versés par les investissements mis en équivalence.

Le résultat net ajusté n’est pas une mesure conforme aux PCGR, il ne saurait se substituer au résultat net pour mesurer la rentabilité et il n’est pas comparable aux mesures similaires employées par d’autres émetteurs. Pour un rapprochement avec les PCGR, se reporter au tableau Sommaire des résultats opérationnels consolidés et rapprochement du BAIIA, du BAIIA ajusté, du résultat net ajusté et des flux de trésorerie disponibles inclus à l’annexe ci-jointe.

Flux de trésorerie disponibles normalisés (« Flux de trésorerie disponibles »)
Les flux de trésorerie disponibles sont une mesure non conforme aux PCGR recommandée par l’ICCA en vue d’établir une mesure cohérente et comparable des flux de trésorerie disponibles d’une entité à l’autre à partir des flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles. Cette mesure est utilisée comme indicateur de la solidité et de la performance financière.

Les flux de trésorerie disponibles se définissent comme étant les flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles, comme ils sont comptabilisés selon les PCGR, déduction faite des ajustements pour tenir compte :

a) du total des dépenses en immobilisations inscrit selon les PCGR;

b) des dividendes, quand cela est stipulé, à moins qu’ils ne soient déduits du calcul des flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles.

Pour un rapprochement avec les flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles, se reporter au tableau Sommaire des résultats opérationnels consolidés et rapprochement du BAIIA, du BAIIA ajusté, du résultat net ajusté et des flux de trésorerie disponibles inclus à l’annexe ci-jointe.

Le BAIIA et les flux de trésorerie disponibles sont des mesures non conformes aux PCGR recommandées par l’ICCA conformément à sa publication d’octobre 2008, intitulée Améliorer la communication de l’information au moyen de mesures financières hors PCGR – Principes généraux et lignes directrices sur la présentation du BAIIA et des flux de trésorerie disponibles.

Devises constantes 
Les taux de change représentent un facteur important dans la compréhension de comparaisons d’une période à l’autre. La présentation de divers indicateurs financiers en devises constantes ou après avoir donné effet à la conversion de devises, en supplément des indicateurs financiers réels, contribue à améliorer la capacité de compréhension des résultats opérationnels et facilite l’évaluation du rendement par rapport aux périodes antérieures. Les informations en devises constantes comparent les résultats entre les périodes, comme si les taux de change n’avaient pas fluctué au cours de la période faisant l’objet de l’analyse. Pour obtenir les résultats en devises constantes, on recalcule les résultats de l’exercice en cours en utilisant les taux de change de l’année précédente. Les résultats calculés en devises constantes devraient se rajouter, et en aucun cas se substituer, aux résultats présentés conformément aux PCGR. Par ailleurs, il se peut que les résultats calculés en devises constantes ne soient pas comparables aux mesures semblables utilisées par d’autres sociétés.

Avertissement concernant les énoncés prospectifs 
Le présent communiqué de presse contient des énoncés prospectifs. Ces énoncés prospectifs se reconnaissent à l’usage de termes tels que « prévoir », « croire », « pouvoir », « estimer », « s’attendre à », « avoir l’intention de », « planifier », « projeter » et d’autres termes semblables, parfois employés au futur ou au conditionnel, et à l’emploi d’autres termes semblables, notamment à la mention de certaines hypothèses. Ces énoncés peuvent porter, par exemple, sur des stratégies, des attentes, des objectifs, des activités prévues ou des mesures à venir.

De par leur nature, les énoncés prospectifs partent d’hypothèses et sont soumis à d’importants risques et incertitudes. Les prévisions, les prédictions ou les énoncés prospectifs ne sont pas fiables en raison notamment de la nature évolutive des événements externes et des incertitudes auxquelles les activités et la structure de l’entreprise sont soumises en général. La réalité pourra se révéler très différente des résultats exprimés dans les énoncés prospectifs pour de nombreuses raisons, entre autres la dépendance envers les principaux partenaires d’accumulation et les clients, la mise en œuvre des améliorations du programme Aéroplan et d’un nouveau partenariat de carte financière et la migration connexe des titulaires de cartes, les conflits d’intérêts, un nombre plus élevé que prévu d’échanges contre des primes, la réglementation, la situation de l’économie ou du marché du détail, la concurrence, les problèmes de liquidité d’Air Canada, les perturbations chez Air Canada ou dans l’industrie du voyage, des changements dans le secteur du transport aérien et une hausse des coûts des transporteurs aériens, les coûts d’approvisionnement et de capacité, les frais d’échange futurs non provisionnés, l’incapacité de protéger les bases de données et les renseignements personnels des consommateurs, les changements aux programmes de fidélisation coalisés, la nature saisonnière des activités, d’autres facteurs et le rendement antérieur, les activités à l’étranger, les poursuites, la dépendance envers le personnel clé, les relations de travail, le passif au titre des régimes de retraite, les pannes d’équipement électronique et l’incapacité d’utiliser les logiciels tiers, l’incapacité de protéger les droits de propriété intellectuelle, les fluctuations des taux d’intérêt et du change, le niveau d’endettement et clauses restrictives relativement à la dette actuelle et future, l’incertitude des versements de dividendes, la gestion de la croissance, les notations de même que les autres facteurs précisés dans ce communiqué de presse et dans le dossier de divulgation publique d’Aimia déposé auprès des instances de réglementation des valeurs mobilières canadiennes.

Les énoncés prospectifs contenus dans les présentes témoignent des attentes d’Aimia au 16 septembre 2013 et ils pourraient changer après cette date. Toutefois, Aimia n’a aucunement l’intention ni l’obligation de mettre à jour ou de réviser les énoncés prospectifs, que ce soit en raison d’une nouvelle information, d’un fait nouveau ou pour toute autre raison, sauf si cela est exigé en vertu des règlements en valeurs mobilières applicables.

À propos d’Aéroplan
Aéroplan, le programme de fidélisation coalisé par excellence du Canada, est la propriété d’Aimia Inc., un chef de file mondial de la gestion de la fidélisation. Les millions de membres Aéroplan accumulent des milles Aéroplan par l’intermédiaire d’un réseau en expansion de plus de 75 partenaires d’envergure mondiale représentant au-delà de 150 marques dans les secteurs de la finance, de la vente au détail et du voyage.

En 2012, quelque 2,3 millions de primes ont été remises aux membres, dont plus de 1,6 million de vols avec Air Canada et les partenaires Star Alliance, qui proposent plus de 1 000 destinations dans le monde. Outre les vols, les membres ont un choix de plus de 1 000 primes alléchantes associées à des spécialités, des marchandises, des séjours à l’hôtel, des locations de voitures et des expériences.

À propos d’Aimia
Aimia Inc. (« Aimia » ou « la Société ») est un chef de file mondial de la gestion de la fidélisation. Comptant plus de 4 000 employés dans plus de 20 pays, Aimia offre à ses clients, à ses partenaires et à ses membres une expertise avérée pour ce qui est de lancer et de gérer des programmes de fidélisation coalisés, de fournir des services de fidélisation propriétaire, de créer de la valeur grâce à l’analytique de la fidélité et de susciter l’innovation dans l’espace émergent des communications numériques, mobiles et sociales.

Aimia possède et exploite Aéroplan, le programme de fidélisation coalisée par excellence du Canada, Nectar, le plus important programme de fidélisation coalisé du Royaume-Uni, et Nectar Italia. Aimia détient en outre des participations dans Air Miles Moyen-Orient, Club Premier, le plus important programme de fidélisation coalisé du Mexique, Prismah Fidelidade au Brésil et i2c, une coentreprise formée avec Sainsbury’s, qui offre des services de recherche et d’analytique des données aux détaillants et aux fournisseurs du Royaume-Uni. Aimia détient aussi une participation minoritaire dans Cardlytics, une entreprise privée américaine spécialisée dans le marketing transactionnel pour les services bancaires électroniques. Aimia est cotée à la Bourse de Toronto (TSX : AIM). Pour en savoir plus, visitez le www.aimia.com.

SOURCE AIMIA

Bas de vignette : “Ed Clark, président du Groupe et chef de la direction, Groupe Banque TD, Rupert Duchesne, chef de la direction, Aimia, et Gerry McCaughey, président et chef de la direction, CIBC, annoncent les ententes confirmées entre la TD, Aimia et la CIBC relativement aux cartes de crédit Visa Aéroplan. (Groupe CNW/AIMIA)”. Lien URL de l’image :http://photos.newswire.ca/images/download/20130916_C7348_PHOTO_FR_30866.jpg

Renseignements :Médias 
JoAnne Hayes
416-352-3706
joanne.hayes@aimia.com 

Analystes
Karen Keyes
416-352-3728
karen.keyes@aimia.com